VALDÉS LEAL JUAN DE (1622-1690)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né d'un père portugais et d'une mère andalouse, Valdés Leal apprit son métier de peintre à Cordoue dans l'atelier d'Antonio del Castillo. Il travailla dans cette ville jusqu'en 1653. Durant les cinq années suivantes, il se partagea entre Cordoue et Séville, puis s'établit définitivement à Séville en 1658. On ne lui connaît plus d'autres déplacements qu'un voyage à Madrid en 1675 et un bref séjour à Cordoue vers la même date.

L'artiste est divers et inégal. Longtemps sa renommée demeura exclusivement régionale. Les romantiques furent séduits par ses allégories macabres. L'époque moderne découvrit en lui un virtuose de la couleur. On ne saurait cependant dissimuler qu'il est parfois pesant et ampoulé, partant ennuyeux.

La partie la plus considérable de son œuvre consiste en cycles monastiques et en tableaux d'autel. Entre 1653 et 1656, il raconte la vie de sainte Claire pour les clarisses de Carmona. Les deux pièces essentielles de ce premier ensemble ont été acquises par le musée de Séville. Elles forment une étonnante antithèse. À la grave procession des religieuses et des novices, défilant devant la sainte portant la custode, s'oppose une scène légendaire traitée avec une fougue véhémente : la prétendue défaite des Sarrasins attaquant le couvent.

Entre 1654 et 1658, Valdés Leal exécute pour les carmes déchaussés de Cordoue un vaste retable à sujets bibliques relatifs aux vies d'Élie et d'Élisée. Demeurées en place, ces compositions comportent de beaux paysages.

En 1657, c'est un nouveau cycle réalisé cette fois pour le monastère de San Jérónimo de Buenavista à Séville : tantôt des compositions frémissantes aux couleurs vives, tantôt de longues figures solitaires de saints hiéronymites. Le musée de Séville n'a su retenir que quelques-uns de ces tableaux, alors qu'il possède la totalité d'un autre cycle, celui-là fort médiocre, relatif à la Vie de saint Ignace (1674-1676).

L'art baroque de Valdés Leal se signale aussi par une incomparable virtuosité dans le traitement du macabre, qu'il s'agisse de la représentation de têtes coupées — saint Jean-Baptiste et saint Paul — ou de la peinture de Vanités. Les plus célèbres de ces dernières furent livrées en 1672 à Miguel de Mañara pour l'église de l'hôpital de la Charité à Séville. Elles évoquent la mort inévitable (In ictu oculi) et la vanité de la chair et du monde (Finis gloriae mundi). Le métier, l'imagination, la poésie noire, tout concourt à assurer le succès de ces chefs-d'œuvre insolites.

In ictu oculi, J. de Valdés Leal

In ictu oculi, J. de Valdés Leal

photographie

Juan de VALDÉS LEAL, In ictu oculi, 1672. Église de l'hôpital de la Charité, Séville, Espagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  VALDÉS LEAL JUAN DE (1622-1690)  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 386 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or de la peinture andalouse »  : […] Par un curieux décalage entre l'art et l'histoire, qui a été maintes fois signalé, c'est au xvii e  siècle seulement que la peinture andalouse connut son véritable âge d'or, grâce surtout à l'éclatante fécondité de Séville. Très rapidement, l'école était parvenue à la maturité, moins par l'action de Pacheco (1564-1654), qui fut surtout le théoricie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_1685

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « VALDÉS LEAL JUAN DE - (1622-1690) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-valdes-leal/