BARRE, océanographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Barres de débouchés

Les barres d'estuaires, et leurs homologues du précontinent, sont façonnées, non par les houles seules, mais, surtout, par les courants.

Barres d'estuaires

Ce sont des accumulations marines qui se constituent, un peu en avant de l'embouchure d'un fleuve, par le refoulement vers le large des sédiments qui cheminent le long de la côte. Le phénomène est dû, soit aux eaux fluviales proprement dites, soit, plus souvent, au reflux des eaux marines entrées dans l'estuaire à la faveur de la marée. Le fait se produit d'ailleurs avec une particulière netteté devant les rias qui ne reçoivent guère d'eaux continentales. Ces barres rendent l'entrée des navires dans ces goulets souvent difficile, parfois dangereuse d'autant plus qu'elles sont instables et que seuls les pratiques du port peuvent en suivre tous les déplacements. Une dérive littorale importante, apportant du sable en abondance devant l'embouchure, est la condition du maintien de telles barres : celle qui gênait autrefois le port du Guilvinec (Finistère) n'a pas reparu après avoir été détruite par dragage, parce qu'elle était bien séparée des plages voisines. Celles des passes de Lorient sont plus difficiles à vaincre parce que le plateau sableux est vaste (fig. 4). Celle de la rivière d'Étel, la plus célèbre, est actuellement indestructible, parce qu'elle fait partie d'une plage arquée d'une trentaine de kilomètres de long.

Barres sous-marines du large

Elles se forment, sur la partie interne du précontinent, dans des profondeurs médiocres et parmi des reliefs contrastés, sous l'influence des courants, et surtout des courants de marée : lorsqu'un tel courant, après avoir été resserré, puis accéléré, entre deux reliefs, parvient dans une large dépression où il s'étale et ralentit, il y dépose une partie importante de sa charge. Ces accumulations ont généralement un plan arqué, avec leur point culminant dans le prolongement de l'axe du détroit, et un profil dissymétrique ; les deux cornes latérales, plus basses, se rapprochent des deux reliefs entre lesquels le co [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARRE, océanographie  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 908 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La plate-forme continentale »  : […] Sur le plateau continental, beaucoup d'accumulations sédimentaires sont d'origine subaérienne, et datent de l'une des grandes régressions quaternaires. Toutefois, il est hors de doute qu'il y a eu des remaniements par la mer, assez comparables à ceux qui ont été évoqués par les accumulations sablo-vaseuses du bas de l'estran. C'est ainsi que la partie externe des plateaux continentaux, du moins lo […] Lire la suite

DELTAS

  • Écrit par 
  • Gilbert BELLAICHE
  •  • 3 784 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les deltas de type houle dominante »  : […] Ce sont des deltas exposés à l'activité destructrice des vagues qui entraîne un démantèlement permanent des barres d'embouchure en une série de barres côtières. Ils s'avancent moins loin en mer que les deltas de type fleuve dominant. L'action des courants de dérive littorale contribue à modeler ces barres côtières en cordons sablonneux orientés parallèlement à la ligne de rivage. Un bon exemple […] Lire la suite

PLAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 8 121 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mécanisme du démaigrissement »  : […] Si, après une période où la plage a pris une pente assez forte par engraissements successifs, les caractéristiques de la houle et du vent deviennent telles que la nappe de retrait retrouve la prépondérance, les vagues destructives engendrent un régime de sable descendant . À l'étale – et dans les mers sans marée –, la nappe de retrait érode longtemps au même niveau. L'abaissement du niveau du sabl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre PINOT, « BARRE, océanographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barre-oceanographie/