BAMILÉKÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Valeurs sociales

Pour un Bamiléké, le but de la vie est de fonder un village et de le faire prospérer, en y ayant beaucoup de femmes et d'enfants. Pour chaque femme, il faut offrir la compensation matrimoniale à ses parents ; les fils non héritiers ne peuvent le faire puisqu'ils ne possèdent rien. Un autre arrangement leur permet de prendre femme : une sorte de mariage à crédit, où la compensation est remplacée par l'appartenance des filles qui naîtront à leur grand-père maternel, qui pourra les donner en mariage à son gré. Ce procédé de capitalisation des droits matrimoniaux sur les personnes accroissait la puissance et le prestige social des polygames, disposant d'une progéniture nombreuse.

Le chef surtout, jusque dans un passé récent, bénéficiait de ce régime, auquel toutes ses filles étaient soumises. En les donnant en mariage, il se créait des obligés qui, par leurs propres filles, renforceraient son pouvoir. Il était ainsi le pivot de la société, par les liens directs qui l'unissaient à près des trois quarts des habitants de sa chefferie. C'est lui aussi qui attribuait une terre à cultiver à ceux qui fondaient une nouvelle famille. Il était juge et ses décisions étaient sans appel ; l'expulsion du territoire était la peine la plus lourde, car c'était la privation de tout moyen de vivre. À ces fonctions s'ajoutait l'accomplissement des rites agraires d'où découlait la fertilité des champs.

Le pouvoir du chef était tempéré par celui des associations religieuses, guerrières, ou d'entraide, qui tenaient leurs réunions hebdomadaires dans les cases réservées à cet usage ; on n'y entrait qu'après avoir acquitté un droit onéreux en chèvres ou en autres biens. Ce réseau de liens volontaires ne se tisse pas, cependant, contre le chef, puisque celui-ci assiste aux réunions et garde ainsi un contact régulier avec ses sujets. Grâce à ce système compliqué de relations mutuelles, aucun membre, même pauvre, de la chefferie n'est isolé, ne devient un paria. Tout homme, qu'il soit fils de chef, serviteur du chef ou simple habitant, est enc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAMILÉKÉ  » est également traité dans :

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la pénétration européenne »  : […] En 1472, sous le règne d'Alphonse V de Portugal, un certain Fernando Póo découvrit une île, qu'il appela Formosa, et l'estuaire d'un grand fleuve dominé par une haute montagne ; il nomma ce fleuve « o rio dos Camaroẽs ». La côte était habitée par les Caabo et les Bota ; le Français Jean Fontenau visita, un peu plus tard, la côte et en décrivit « les bonnes populations » qu'il appelait Ambou. Les P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cameroun/#i_13576

CHEFFERIE

  • Écrit par 
  • Henri LAVONDÈS, 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 2 924 mots

Dans le chapitre « Les chefferies africaines »  : […] On ne peut parler de « chefferies » africaines sans admettre d'abord, d'une part, que cette expression recouvre des réalités sociopolitiques extrêmement diversifiées, et, d'autre part, que les formes du pouvoir politique qu'elles caractérisent sont rarement figées mais, au contraire, subissent des contraintes historiques, démographiques ou simplement écologiques qui font d'elles un centre privilég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chefferie/#i_13576

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les groupements par sexe »  : […] La division naturelle entre sexes est toujours « traduite » en termes de culture et de rapports sociaux. Cette « traduction » s'exprime généralement sous la forme du dualisme sexualisé , situant les hommes et les femmes dans des systèmes de relations fondés sur la séparation, l'opposition et la complémentarité. Dans un grand nombre de mythologies, le rapport entre hommes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_13576

HABITAT - L'habitation africaine au sud du Sahara

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE
  •  • 2 921 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des constructions édifiées sans technologies architecturales, à l'aide de matériaux fragiles »  : […] Comme dans toutes les autres parties du monde, les Africains ont emprunté leurs matériaux de construction à l'environnement immédiat, et les exemples de transport de matériaux sur de longues distances sont rares ; en Afrique, l'exploitation excessive de certains matériaux a probablement conduit à des ruptures écologiques : c'est certainement le cas à Madagascar, où la demande de bois pour les dem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitat-l-habitation-africaine-au-sud-du-sahara/#i_13576

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « BAMILÉKÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bamileke/