BAMILÉKÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économie et parenté

Actuellement, les Bamiléké ne sont plus que cultivateurs, principalement de maïs et d'arachides, et éleveurs de chèvres. Ce sont les femmes qui travaillent la terre, ce qui donne au polygame des revenus supérieurs à ceux du monogame, et un plus haut rang social. Les chèvres paissent sur les prairies au sommet des collines : les gardiens sont inutiles, car un système ingénieux de chemins bordés de haies vives les y mène toutes seules, depuis leur parc derrière la maison du maître.

Les habitations sont dispersées, et chaque lot de terre, attribué par le chef à une famille nouvelle, est clôturé. C'est la tâche des hommes que d'entretenir ces clôtures. Auparavant, la forêt couvrait tout ; elle ne subsiste qu'au fond des vallées, où poussent les bambous utilisés pour la construction. Les champs recouvrent les pentes, la terre y est maintenue par les haies et des arbres dispersés.

Le groupe de parenté bamiléké ne comporte jamais beaucoup de personnes car il se segmente à la mort de son chef : y reste seul l'héritier désigné par le défunt pour le remplacer sur sa terre ; l'aîné n'a pas plus droit qu'un autre fils à la succession ; c'est à l'héritier qu'incombera le culte des crânes des ancêtres, gages de l'ancienneté du lignage, et le soin de la terre familiale qui n'est jamais divisée ; les femmes du père, qui font partie de l'héritage, continueront à la cultiver. Les frères non élus devront la quitter pour fonder ailleurs un autre groupe de descendance : le chef, qui est maître de la terre, leur assignera une parcelle non cultivée ou abandonnée, vraisemblablement assez loin ; d'où le voisinage de personnes qui ne sont reliées entre elles que par leur soumission au même chef.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAMILÉKÉ  » est également traité dans :

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la pénétration européenne »  : […] En 1472, sous le règne d'Alphonse V de Portugal, un certain Fernando Póo découvrit une île, qu'il appela Formosa, et l'estuaire d'un grand fleuve dominé par une haute montagne ; il nomma ce fleuve « o rio dos Camaroẽs ». La côte était habitée par les Caabo et les Bota ; le Français Jean Fontenau visita, un peu plus tard, la côte et en décrivit « les bonnes populations » qu'il appelait Ambou. Les P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cameroun/#i_13576

CHEFFERIE

  • Écrit par 
  • Henri LAVONDÈS, 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 2 924 mots

Dans le chapitre « Les chefferies africaines »  : […] On ne peut parler de « chefferies » africaines sans admettre d'abord, d'une part, que cette expression recouvre des réalités sociopolitiques extrêmement diversifiées, et, d'autre part, que les formes du pouvoir politique qu'elles caractérisent sont rarement figées mais, au contraire, subissent des contraintes historiques, démographiques ou simplement écologiques qui font d'elles un centre privilég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chefferie/#i_13576

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les groupements par sexe »  : […] La division naturelle entre sexes est toujours « traduite » en termes de culture et de rapports sociaux. Cette « traduction » s'exprime généralement sous la forme du dualisme sexualisé , situant les hommes et les femmes dans des systèmes de relations fondés sur la séparation, l'opposition et la complémentarité. Dans un grand nombre de mythologies, le rapport entre hommes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_13576

HABITAT - L'habitation africaine au sud du Sahara

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE
  •  • 2 921 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des constructions édifiées sans technologies architecturales, à l'aide de matériaux fragiles »  : […] Comme dans toutes les autres parties du monde, les Africains ont emprunté leurs matériaux de construction à l'environnement immédiat, et les exemples de transport de matériaux sur de longues distances sont rares ; en Afrique, l'exploitation excessive de certains matériaux a probablement conduit à des ruptures écologiques : c'est certainement le cas à Madagascar, où la demande de bois pour les dem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitat-l-habitation-africaine-au-sud-du-sahara/#i_13576

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « BAMILÉKÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bamileke/