Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BAMOUM

Les Bamoum, qui vivent dans la région de Foumban (à l'ouest du Cameroun), ont un passé prestigieux. En témoigne le musée de Foumban qui contient dix-sept masques représentant les dix-sept souverains qui se sont succédé depuis le fondateur, Nacharé, venu du pays Tikar. Au xviiie siècle, les Bamoum ont une histoire assez complexe. Ils ont dû subir la pression des Peuls du massif d'Adamaoua, et leur indépendance, à partir du début du xixe siècle, devient précaire.

Mais les Bamoum sont surtout célèbres par le système d'écriture inventé par un de leurs sultans, Njoya, qui exerce le pouvoir de 1894 à 1932. C'est au début de son règne, avant l'arrivée des Allemands (1902), qu'il conçoit un alphabet de 510 lettres qui est remanié sept fois et réduit à 83 signes, dont 10 chiffres. Il projette d'installer une imprimerie, fait ouvrir des écoles et y impose son écriture. Il recueille lui-même les récits des vieillards et en tire un livre, l'Histoire des lois et coutumes des Bamoum. Hésitant entre l'islam et le protestantisme, il opte pour une religion syncrétiste. Il fait aussi rédiger toutes les recettes médicales de son peuple. Il ordonne la construction d'un moulin mécanique et son frère, Nji-Mama, dresse la carte du royaume.

L'art bamoum est également de qualité exceptionnelle (fonte à la cire perdue, broderie et décoration d'objets en perles) ; l'architecture aussi est remarquable par l'usage qu'elle fait des colonnes de bois sculptées en forme de caryatides. Sous Njoya, la technique du dessin au fusain est utilisée pour reproduire l'épopée de la dynastie et pour orner les ouvrages écrits par le sultan.

— Alfred FIERRO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

    • Écrit par Jean DEVISSE, Universalis, Francis GEUS, Louis PERROIS, Jean POLET
    • 6 689 mots
    ...boucle du Sénégal ; elle a gagné très lentement et très inégalement vers le sud, en particulier avec les progrès du rigorisme aux xviiie et xixe siècles. Le cas des Bamoum du Cameroun est particulièrement éclairant : il existait, dans ce royaume, une importante sculpture sur bois, riche en signes symboliques...
  • CAMEROUN

    • Écrit par Maurice ENGUELEGUELE, Universalis, Jean-Claude FROELICH, Roland POURTIER
    • 12 135 mots
    • 5 médias
    ...très originale, avec roi, reine mère, nombreux dignitaires et tout un réseau de sociétés dites secrètes, régnant sur une population très hiérarchisée.Il y a deux siècles, peut-être, les Bamoum s'en détachèrent et constituèrent un royaume unifié sous l'autorité du roi Ncharé d'origine tikar.
  • CHEFFERIE

    • Écrit par Henri LAVONDÈS, Jean-Claude PENRAD
    • 2 929 mots
    Il ne semble pas que l'évolution interne de ces chefferies ait été suffisante pour entraîner une transformation radicale du système politique,comme ce fut le cas en pays bamum. Ce sont, en effet, les attaques fulbe, au xixe siècle, et les violences de la guerre qui ont conduit le chef Mbuembwe...

Voir aussi