AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années 1910 : la naissance de l'avant-garde, l'expressionnisme

En Europe de l'Est, au début de la deuxième décennie du xxe siècle, le cubisme fut considéré dans le cercle d'artistes de l'avant-garde naissante comme une forme particulière d'expression individuelle subordonnée à l'expressionnisme, courant principal identifié à la modernité dans l'art. Les jeunes artistes acceptaient le mot d'ordre expressionniste de libération psychique de l'individu qui, dans le domaine de l'art, menait à l'apologie des valeurs de la création individuelle, seules capables d'établir une communication universelle entre les hommes. On s'intéressait au cubisme en tant qu'expérience formelle. La déformation cubiste, en rompant avec la représentation réaliste de la nature et en imposant les nouveaux principes de composition du tableau, permettait aux artistes d'assimiler le cubisme au « style de la modernité ». Ainsi les artistes d'Europe centrale et du Sud-Est évitaient-ils l'antagonisme, que n'avait pu résoudre l'avant-garde occidentale, entre la rigueur rationnelle du cubisme et la liberté formelle de l'expressionnisme. La tradition symboliste, et plus encore celle de l'Art nouveau (la Sécession viennoise), profondément enracinée dans la culture de la monarchie austro-hongroise et rayonnant au-delà de ses frontières, facilitèrent pendant des années la coexistence d'éléments émotifs et d'éléments décoratifs dans l'œuvre d'art. Bien que ce terme n'ait pas été reconnu par la génération des années 1910, le cubo-expressionnisme a constitué le courant principal de l'art d'avant-garde de cette période. Le second fut l'expressionnisme, dans ses versions activiste et spirituelle.

Le rythme cubiste des surfaces aussi bien que leur juxtaposition et leur interférence dominaient dans les tableaux des artistes tchèques du Skupina výtvarných umělců (Le Groupe d'artistes, 1911) comme Emil Filla, Bohumil Kubišta (1884-1918), A. Prochászka, et plus encore dans les sculptures d'Otto Gutfreund (1889-1927). Par opposition aux expériences picturales sur l'espace et l'illusion propres au cubisme français, les recherches des artistes tchèques traduisaient la suprématie des valeurs expressives de la surface et du volume par la prise en compte de la lumière et du mouvement.

Cet esthétisme particulier de l'avant-garde tchèque a trouvé sa confirmation dans les travaux des artistes du groupe Tvrdošijný (Les Obstinés : Josef Čapek [1887-1945], Adolf Hoffmeister [1902-1973], Zdenek Rykr [1900-1940], Josef Šima [1891-1971], Václav Spála [1885-1946], Alois Wachsman [1898-1942]...) créé en 1918 à Prague. Dans leurs œuvres, ils empruntaient au cubisme sa tendance à synthétiser la vision et à l'expressionnisme la force de son potentiel émotionnel.

Dans la peinture hongroise, la déformation cubiste a été presque totalement soumise à l'expression des couleurs et des formes propres au fauvisme. Dans les œuvres de Valéria Dénes (1877-1915), Sándorné Galimberti (1883-1915), dans la peinture de János Kmetty (1889-1975), József Nemes-Lampérth (1891–1924), enfin chez Péter Dobrovits (1890-1942) – peintre de Belgrade travaillant à Budapest –, le cubisme fut réduit à la netteté du contour du visage ou de la silhouette, à la géométrisation du paysage, à la mise en évidence du volume des objets.

Les premiers travaux des artistes polonais comme Jan Hryńkowski (1891-1971), Jacek Mierzejewski (1883-1925) et Tymon Niesiołowski (1882-1965), appliquaient la même convention. Néanmoins, les œuvres de Tytus Czỵzewski (1885-1945), Zbigniew Pronaszko (1885-1958) s'approchaient plus des recherches tchèques. La structure prismatique des sculptures de Pronaszko et la construction des dessins et des tableaux de Czỵzewski faisaient ressortir le rythme de la forme, les jeux de la lumière et l'expression de la représentation grâce à la répartition des différentes surfaces picturales. Enfin, en mettant l'accent sur l'aspect formel de l'art moderne, et non pas sur son aspect émotif, ce courant de l'art polonais évoluait dans une autre direction que celle de sa version tchèque.

En 1917, à Cracovie, naissait un groupe d'artistes qui prit d'abord le nom de Ekspresjoniści Polscy (Expressionnistes polonais), avant d'adopter, un an plus tard, celui de Formiści (les Formistes : Leon Chwistek [1884-19 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Bourgogne

Classification

Autres références

«  AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE  » est également traité dans :

ALLEGRO BARBARO. BÉLA BARTÓK ET LA MODERNITÉ HONGROISE 1905-1920 (exposition)

  • Écrit par 
  • Gérard DENIZEAU
  •  • 1 032 mots

L’exposition Allegro barbaro . Béla Bartók et la modernité hongroise, 1905-1920 , présentée au musée d’Orsay du 15 octobre 2013 au 5 janvier 2014, est centrée sur la personnalité et la production du compositeur hongrois, mais aussi sur le contexte dans lequel il a œuvré. Pionniers au sein d’une avant-garde européenne alors en pleine effervescence, les acteurs de la vie culturelle hongroise invent […] Lire la suite

MOHOLY-NAGY LÁSZLÓ (1895-1946)

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 2 380 mots

Artiste protéiforme, László Moholy-Nagy est né à Bácborsöd le 20 juillet 1895. À la fin de l'année 1919, peu après la chute de l'éphémère république des Conseils, il quitte la Hongrie pour s'établir successivement en Allemagne, en Angleterre puis aux États-Unis, incarnant dès lors la figure d'un artiste complet, en phase avec les valeurs internationales de la société industrielle. Ce n'est pas san […] Lire la suite

PERAHIM JULES (1914-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 228 mots

Peintre et dessinateur français d'origine roumaine. Né en 1914 à Bucarest (Roumanie) dans une famille d'intellectuels, Jules Perahim, de son vrai nom Iulis Blumenfeld, apparaît dès les années 1930 comme une figure de l'avant-garde artistique roumaine. Avec Gherasim Lucas, il cofonde notamment les revues Unu (Un) et Algre (Algues). En 1932, puis en 1936, il expose des toiles d'inspiration surré […] Lire la suite

SŁONIMSKI ANTONI (1895-1976)

  • Écrit par 
  • Krzysztof POMIAN
  •  • 1 342 mots

Né à Varsovie, Antoni Słonimski était le fils d'un médecin connu, le petit-fils d'un écrivain qui avait fondé un journal en hébreu et l'arrière-petit-fils d'un mathématicien et astronome fameux qui fut le premier juif à être admis dans la Société des amis des sciences, l'institution scientifique la plus prestigieuse de Pologne au cours de la première moitié du xix e  siècle. La famille d'Antoni S […] Lire la suite

STAẒEWSKI HENRYK (1894-1988)

  • Écrit par 
  • Andrzej TUROWSKI
  •  • 640 mots

La mort du peintre Henryk Stażewski clôt une époque de l'art polonais : avec lui disparaît le dernier créateur de l'avant-garde artistique. À quatre-vingt-dix ans passés, il continuait à symboliser l'intransigeance d'un peintre moderniste. Lors de ses études qu'il termina en 1920, à l'École des beaux-arts de Varsovie, Stażewski était déjà très proche des jeunes artistes à la recherche des nouvea […] Lire la suite

STRZEMINSKI WLADYSLAW (1893-1952)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 794 mots

Destiné à une carrière d'ingénieur, l'artiste Wladyslaw Strzemiński d'origine polonaise, né à Minsk en 1893, est avec son épouse Katarzyna Kobro, l'une des figures centrales des avant-gardes polonaises. Après des études d'art à Moscou, Strzemiński devient en 1919 membre du collège de l'IZO et expose à Moscou, Riazan et Vitebsk. Il rencontre Malévitch, également d'origine polonaise, et devient son […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Le 17, la Russie publie ses demandes relatives à l’évolution de la sécurité européenne, qui devraient faire l’objet de deux traités, l’un avec les États-Unis, l’autre avec l’OTAN. Elle exige que les États qui étaient membres de l’OTAN en 1997 – soit avant son élargissement vers l’est – s’engagent à ne pas déployer d’armes sur d’autres territoires européens ; que l’OTAN n’intègre ni l’Ukraine ni la Géorgie, et qu’elle ne se livre à aucune activité militaire en Ukraine, ainsi qu’en Europe orientale, en Asie centrale et dans le Caucase du Sud. […] Lire la suite

13-27 novembre 2015 France. Attentats terroristes à Paris et Saint-Denis.

Le 16, une minute de silence est observée à midi à travers toute l’Europe, à l’appel de l’Union européenne. François Hollande s’exprime ensuite devant le Congrès convoqué à Versailles à sa demande. Dans un discours au ton ferme, il déclare que « la France est en guerre » et affirme sa volonté d’« éradiquer, dans le respect de nos valeurs, le terrorisme ». […] Lire la suite

1er-27 septembre 2010 France. Prolongement de l'affaire Woerth-Bettencourt

Dans ce même avis, Jean-Louis Nadal, répondant à une requête de la députée européenne Corinne Lepage, indique que les conditions d'une saisine de la Cour de justice de la République, seule habilitée à juger des délits commis par des ministres dans l'exercice de leurs fonctions, ne lui semblent pas réunies.  […] Lire la suite

2-28 septembre 2007 France. Débat entre relance économique et rigueur

Le 15, Nicolas Sarkozy s'en prend à Jean-Claude Juncker, dont il critique l'inaction, ainsi qu'au président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, auquel il demande de baisser les taux d'intérêt. Le 21, le Premier ministre François Fillon, répondant lors d'une visite en Corse à des revendications d'agriculteurs, affirme être «à la tête d'un État qui est en situation de faillite». […] Lire la suite

10-24 septembre 2003 Suède – Union européenne. Assassinat du ministre des Affaires étrangères et rejet de l'euro par référendum

Le 10, Anna Lindh, ministre des Affaires étrangères, est mortellement blessée à coups de couteau, alors qu'elle se trouvait dans un grand magasin de Stockholm sans garde du corps. Anna Lindh était considérée comme la candidate la plus sérieuse à la succession du Premier ministre social-démocrate Göran Persson. Cet attentat survient quelques jours avant le référendum sur l'adoption de l'euro, qu'elle défendait. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Andrzej TUROWSKI, « AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/avant-garde-est-europeenne/