AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Types trophiques

Types trophiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Organismes ponts : les quatre combinaisons possibles

Organismes ponts : les quatre combinaisons possibles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les organismes ponts

Les bactéries phototrophes présentent une très grande diversité d'aptitudes. Les Rhodospirillum, bien que photo-organotrophes, peuvent se développer dans l'obscurité, mais alors en présence d'oxygène. Dans ces conditions, elles n'utilisent pas le gaz carbonique et vivent comme la majorité des bactéries, en chimio-organotrophes ; l'énergie chimique qui leur est nécessaire est obtenue par l'oxydation de substances organiques. Diverses souches se contentent des sulfures ou de l'hydrogène comme réducteurs. À la lumière, en l'absence d'oxygène, elles se comportent comme les photolithotrophes, mis à part leur exigence en facteurs de croissance. Il en est qui croissent à l'obscurité, en aérobiose, en oxydant les mêmes substances minérales, adoptant le mode de vie des chimiolithotrophes. Les quatre combinaisons possibles entre l'utilisation des deux types d'énergie et des deux types de substances réductrices ne sont peut-être pas réalisées par une seule souche, mais elles se rencontrent dans le même groupe (cf. figure).

Organismes ponts : les quatre combinaisons possibles

Organismes ponts : les quatre combinaisons possibles

Dessin

Les quatre combinaisons possibles (énergie x substance réductrice) pour les organismes ponts. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces organismes aux multiples potentialités, quoique toujours auxotrophes, font le lien entre les deux types de phototrophie et les deux types de chimiotrophie. C'est pourquoi on les qualifie d'organismes ponts.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-Sud, correspondant de l'Académie des sciences

Classification


Autres références

«  AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE  » est également traité dans :

ANIMAL

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 2 691 mots

Dans le chapitre « Une définition s'appuyant sur les progrès en biologie »  : […] Les progrès accomplis en physiologie, en cytologie et en embryologie durant les xix e et xx e  siècles ont permis de considérablement affiner la définition de l'animal. La notion de plans d'organisation anatomique, apparue avec Georges Cuvier et développée par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal/#i_2119

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiologie des populations bactériennes »  : […] Les cellules bactériennes sont capables de se multiplier dans des milieux de culture liquides ou sur milieux solides artificiels, dans des conditions physico-chimiques approchant les conditions de leur écosystème naturel. Cependant, certaines espèces bactériennes ne sont pas cultivables sur milieux artificiels ; c'est le cas de Mycobacterium leprae , agent de la lèpre, ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_2119

BIOÉNERGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Jacques TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 5 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les sources d'énergie pour les êtres vivants »  : […] Pour leur entretien et leur développement, et aussi pour extraire du milieu où ils vivent les aliments dont ils se nourrissent, les êtres vivants ont besoin d'énergie. Selon leurs caractéristiques trophiques, la source d'énergie à laquelle ils puisent est différente. Les végétaux chlorophylliens utilisent la lumière ; ils élaborent, par photosynthèse, des composés carbohydrogénés – glucose, amido […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioenergetique/#i_2119

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Cellules procaryotes : bactéries et cyanobactéries »  : […] Une bactérie comme le colibacille ( Escherichia coli ) est une cellule qui a la forme d'un bâtonnet cylindrique aux extrémités arrondies ; elle mesure 2,5 μm de long et 0,8 μm de diamètre ( fig. 1a). Cette cellule est enfermée à l'intérieur d'une enveloppe rigide ou paroi formée par l'association complexe de polypeptides, de polysaccharides et de lipides qui ont été synthétis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-l-organisation/#i_2119

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 942 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Caractères physiologiques »  : […] De l'observation courante et de l'expérimentation en cultures artificielles se dégagent quelques notions élémentaires : – L' eau est indispensable à la germination, puis au développement des champignons ; comme les végétaux, ils se nourrissent d'aliments dissous, par osmose à travers les parois de l'hyphe. La plupart des espèces, champignons supérieurs ou moisissures, n'appa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/champignons/#i_2119

CHIMIOSYNTHÈSES

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 601 mots
  •  • 3 médias

La chimiosynthèse est l'élaboration, par les êtres vivants, des constituants de leur protoplasme. Ils utilisent à cette fin des matériaux divers et se servent, pour en combiner les éléments, de l'énergie chimique. La chimiosynthèse s'oppose ainsi à la photosynthèse réalisée par les végétaux et par quelques bactéries à chlorophylles qui utilisent l'énergie de la lumière. Prise dans son sens le plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimiosyntheses/#i_2119

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 251 mots

Nicolas Théodore de Saussure (1767-1845), dans ses Recherches chimiques sur la végétation , démontre définitivement, en 1804, la nutrition dite autotrophique des végétaux, à partir des nutriments minéraux. Débarrassé de la théorie du phlogistique et doté d'un vocabulaire chimique nouveau, grâce aux travaux de Lavoisier sur la combustion, Saussure établit les aspects essentiel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-gazeux-chez-les-plantes/#i_2119

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Organisation trophique »  : […] Un des problèmes majeurs de l'écologie est la description et la compréhension de la structure trophique des principaux écosystèmes. Cette structure trophique est constituée par les relations qui lient les organismes consommés à ceux qui les consomment, relations dont l'ensemble forme le réseau trophique du système. Ce terme traduit bien mieux que celui de chaînes alimentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_2119

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 5 448 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'organisation trophique des écosystèmes »  : […] L'intensité de la production primaire nette est le déterminant unique de la quantité de composés organiques disponibles pour les autres organismes de l'écosystème. En fait, seuls les organismes photosynthétiques et quelques micro-organismes (comme les bactéries nitrifiantes du sol) sont autonomes pour la couverture de leurs besoins en énergie et en carbone, étant capables de se développer à parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosystemes/#i_2119

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'azote »  : […] L'azote présente pour une plante, comme pour tout organisme, une importance primordiale (cf. azote ). C'est l'un des principaux constituants des protéines, qui caractérisent la matière vivante. La carence en azote, ou « faim d'azote », se traduit par une chlorose (feuillage vert jaunâtre), avec apparition de taches colorées produites par des pigments anthocyaniques ; le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_2119

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De l'autotrophie au parasitisme »  : […] Les faits précédemment relatés ne concernent que des organismes aplastidiés, fondamentalement hétérotrophes : l'évolution du parasitisme à partir du saprophytisme n'est pas surprenante, et l'on comprend que les parasites végétaux appartiennent, en grande majorité, aux Bactéries et aux Champignons. Il est, par contre, étonnant de constater que des organismes chlorophylliens, doués du pouvoir de ph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_2119

SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Pierre CACHAN, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 5 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les symbioses entre autotrophes et hétérotrophes »  : […] Les symbioses entre êtres autotrophes et hétérotrophes sont caractérisées par l'association d'un végétal chlorophyllien avec un animal ou un champignon, organismes sans chlorophylle. Le caractère biochimique, trophique, de ces symbioses est évident. Les végétaux chlorophylliens sont phototrophes, tandis que les animaux et les champignons, incapables de ces synthèses, sont hétérotrophes, c'est-à-d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbiose/#i_2119

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexis MOYSE, « AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/autotrophie-et-heterotrophie/