AUTOMOBILEÉconomie et stratégies de mondialisation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'industrie automobile est celle qui pèse le plus lourd dans l'économie mondiale et son produit est le plus couramment associé à la qualité du niveau de vie. Devant le succès de cet objet technique et le désir des pays en développement d'accéder à ce bien de consommation, les problèmes soulevés par une croissance soutenue seront insurmontables avec les technologies actuelles. L'humanité vit une véritable contradiction entre le désir d'accroissement de la quantité de biens consommables et une gestion raisonnable des ressources de la planète.

Les données observables

Production, immatriculations et parc mondial

La production mondiale de voitures particulières et de véhicules utilitaires légers (tabl. 1), qui était de 39,3 millions en 1980 (dont près de 30 millions pour les seules voitures particulières), a atteint 66,5 millions en 2005 (dont 46 millions de voitures particulières). Cette progression est due principalement au développement de la construction automobile dans les pays asiatiques (dont le Japon, puis la Corée du Sud, l'Inde et la Chine) et, dans une moindre mesure, dans les pays d'Europe centrale (Roumanie, Slovénie, République tchèque, ...). Cette production est aujourd'hui grossièrement répartie en un tiers pour l'Europe, un tiers pour le continent américain et un tiers pour l'Asie-Océanie, ce dernier ensemble étant largement dominé par le Japon. En Europe, la production augmente peu depuis le début du xxie siècle, la baisse observée dans certains pays comme le Royaume-Uni, l'Espagne ou l'Italie étant compensée par l'accroissement observé dans les pays d'Europe centrale. Aux États-Unis, la production de berlines n'a cessé de diminuer depuis 1980, passant de 6,3 millions de véhicules à 4,3 millions en 2005. Parallèlement, la production de voitures utilitaires (4 × 4, vans...) à l'usage des particuliers a véritablement explosé, passant de 1,6 million à plus de 7,6 millions durant cette même période.

Automobile : production

Tableau : Automobile : production

Production de voitures particulières et de véhicules utilitaires (en milliers). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les immatriculations représentent, quant à elles, la quantité de nouvelles voitures mises en circulation chaque année. Dans les pays industrialisés, ce nombre a régulièrement augmenté jusqu'à la fin du xxe siècle, porté à la fois par les avancées techniques, la progression globale des revenus des ménages, la diminution relative du coût d'usage et le développement d'une clientèle féminine (multimotorisation des ménages). Depuis 2000, cette situation s'est brutalement inversée du fait de la hausse massive du prix du pétrole, d'une prise de conscience réelle des problèmes écologiques et d'une saturation du marché dans ces pays. Ainsi, les immatriculations européennes (15 pays) sont passées de 14,7 millions en 1999 (année correspondant au maximum observé) à 14 millions en 2005. Il en est de même aux États-Unis, avec les chiffres de 8,8 millions et 7,6 millions pour la même période. Toutefois, au niveau mondial, les immatriculations continuent leur progression (38,7 millions en 2000, 43 millions en 2005), la baisse observée dans les pays industrialisés étant largement compensée par un accroissement dans le reste du monde.

Quant au parc automobile mondial, c'est-à-dire le nombre de véhicules en circulation, c'est un indicateur significatif puisqu'il permet de mesurer les écarts patrimoniaux entre les États et, surtout, le potentiel d'émissions nocives (cf. tabl. 2). Les estimations de quelque 1 500 millions de véhicules vers 2010-2015 découlent de l'hypothèse qu'en dix ans le parc automobile mondial augmenterait autant qu'il l'a fait ces vingt-cinq dernières années. Il est évident qu'une telle progression n'est pas tenable sans révolution technologique et un effort de développement des infrastructures.

Automobile : parc mondial

Tableau : Automobile : parc mondial

Parc mondial de voitures particulières (en millions). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le parc français est caractérisé par un faible accroissement (28 millions de véhicules en 2000 et 30 millions en 2005) mais surtout par un vieillissement de l'âge moyen des automobiles (5,8 ans en 1980 et 7,6 ans en 2005) avec un kilométrage par véhicule qui passe de 63 500 kilomètres au compteur en 1980 à 99 600 en 2005, ce qui est supérieur à la plupart des grands pays européens. Ces indicateurs (âge et kilométrage), bien que fortement corrélés à l'amélioration de la qualité des véhicules, sont très défavorables en termes d'émissions et montrent la nécessité d'une politique visant à renouveler le parc afin d'en éliminer les vieilles voitures polluantes.

L'analyse de la densité automobile par pays, c'est-à-dire le nombre de véhicules pour 1 000 habitants (tabl. 3), montre que la Chine et l'Inde, avec une densité respective de 21 et 11, ont un retard considérable même par rapport à des pays en cours d'industrialisation comme le Brésil (123) et la Turquie (108). Certes, en vingt ans ces chiffres ont été multipliés par 7 pour la Chine et par 3 pour l'Inde. On prend ainsi la mesure de l'énorme effort de développement des infrastructures, de croissance urbaine et d'industrialisation qu'ont déjà réalisé ces pays. Toutefois les objectifs affichés par leurs gouvernements, qui visent à rejoindre en quinze ans les pays occidentaux, posent des problèmes énergétiques et écologiques majeurs à l'échelle de la planète.

Automobile : taux de motorisation

Tableau : Automobile : taux de motorisation

Densité automobile par pays (nombre de voitures particulières et de véhicules utilitaires pour 1 000 habitants au 1er janvier). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Poids de l'industrie automobile en France

En France, le chiffre d'affaires des constructeurs automobiles a atteint 88 milliards d'euros en 2005 dont 54 milliards à l'exportation, pour un investissement industriel de 3,3 milliards d'euros. Si une comparaison avec les années antérieures est rendue délicate du fait des changements de périmètres des statistiques et des évolutions monétaires, on peut toutefois avancer que ce chiffre d'affaires a augmenté de plus de 40 p. 100 depuis 1990. Cette augmentation s'est accompagnée d'une baisse dramatique des effectifs (emplois directs) qui sont passés, durant cette même période, de 320 000 à 180 000. Cette situation est due à la fois à l'externalisation des productions vers les équipementiers, aux transferts de fabrication à l'étranger et aux gains de productivité propres aux constructeurs. Pour prendre toute la mesure du poids de l'industrie automobile sur les emplois en France, une étude a été menée par le Comité des constructeurs français d'automobiles (C.C.F.A.) en 2004, concernant tous les secteurs d'activités liés, de près ou de loin, à l'automobile. Les résultats sont impressionnants : près de 2,5 millions de personnes, soit environ 10 p. 100 de la population active, auraient des revenus dépendant plus ou moins de cet objet. Les inquiétudes soulevées par les risques de délocalisation expliquent que les pouvoirs publics soient confrontés à un problème d'une extrême difficulté, aucune industrie de substitution ne permettant de préserver une telle quantité d'emplois.

La part de l'automobile dans le commerce extérieur de la France reste déterminante. La confirmation des prog [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Automobile : production

Automobile : production
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Automobile : parc mondial

Automobile : parc mondial
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Automobile : taux de motorisation

Automobile : taux de motorisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Usine Volkswagen, Bratislava

Usine Volkswagen, Bratislava
Crédits : EPA/ CTK/ S. Kubani/ Communauté européenne

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien directeur de Renault S.A., administrateur de société, membre du comité de rédaction de la Société des ingénieurs de l'automobile

Classification

Autres références

«  AUTOMOBILE ou VOITURE  » est également traité dans :

AUTOMOBILE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Alfred MOUSTACCHI
  •  • 786 mots
  •  • 2 médias

Depuis des temps immémoriaux, l'homme éprouve le besoin de se déplacer. Après des centaines de milliers d'années de bipédie, il a su utiliser certains animaux, grâce à la domestication, pour le porter, le tracter et l'aider dans ses lourdes tâches. Ce n'est qu'après quelque 6 000 ans de traction animale, qu'il a effectué, à partir du xviiie siècle, d […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Histoire

  • Écrit par 
  • Alfred MOUSTACCHI
  •  • 5 993 mots
  •  • 22 médias

Plusque l'histoire de tout autre objet technique, celle de l'automobile est complexe, résultant de l'évolution des techniques et des moyens de production, des changements des sociétés et de l'imaginaire populaire. Devenue une industrie de masse, tant par le nombre de ses acteurs que par celui de ses clients, elle n'échappe à aucun moment à l'impact de l'histoire économique et politique du monde. D […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Conception

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MANCEAU, 
  • Alfred MOUSTACCHI, 
  • Jean-Pierre VÉROLLET
  •  • 10 532 mots
  •  • 7 médias

L'entreprise automobile fonctionne par séquence de processus que l'on peut, en simplifiant, résumer aux étapes suivantes : innovation, conception, fabrication, vente et entretien. Chacune d'entre elles, coordonnée dans l'espace et le temps, peut elle-même être décomposée en processus linéaires ou matriciels. Si l'innovation, la vente et l'entretien ne pro […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Technologie

  • Écrit par 
  • Georges BRESSON, 
  • Jean-Pierre CAPET, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • Thierry HALCONRUY, 
  • Frédéric RIVAS, 
  • Jean-Pierre VÉROLLET
  • , Universalis
  •  • 15 851 mots
  •  • 29 médias

Concrètement,un véhicule se compose de pièces élémentaires (se comptant en dizaines de milliers) réunies en organes (quelques milliers), lesquels sont organisés en systèmes (quelques centaines). Ces derniers sont assemblés sur les véhicules unitairement ou par sous-ensembles appelés modules. Classiquement, une automobile se découpe en quatre grands domaines technologiques : la carrosserie, le grou […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Fabrication

  • Écrit par 
  • Freddy BALLÉ
  •  • 4 938 mots
  •  • 2 médias

La sophistication des produits et l'échelle de leur production donne à l'industrie automobile toute sa spécificité. Pour comprendre les conditions dans lesquelles la construction des véhicules s'effectue, il est indispensable d'appréhender la complexité des différentes étapes de leur fabrication. La description du processus industriel doit être complétée […] Lire la suite

AUTOMOBILE - Défis

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • François de CHARENTENAY, 
  • André DOUAUD, 
  • Francis GODARD, 
  • Gérard MAEDER, 
  • Jean-Jacques PAYAN
  •  • 11 549 mots
  •  • 8 médias

L'automobile, menacée par son succès, est confrontée depuis la fin du xxe siècle à une série de redoutables et nouveaux défis. Il s'agit d'abord des contraintes environnementales, auxquelles le protocole de Kyōto (signé en décembre 1997 et entré en vigueur en février 2005) a sensibilisé la plupart des pays dotés d'économies développées, ensuite de la […] Lire la suite

AÉRODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Jean DÉLERY, 
  • Jean-Pierre VEUILLOT
  •  • 7 225 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Les moyens expérimentaux : souffleries et méthodes de mesure »  : […] Le moyen d'essai au sol qu'est une soufflerie aérodynamique repose sur le principe que les forces s'exerçant sur un corps baigné par un fluide sont les mêmes que le corps se déplace à travers le fluide au repos ou que le fluide s'écoule autour du corps immobile avec la même vitesse relative. Ce changement de repère pose un problème quand on étudie des véhicules terrestres se déplaçant sur une rou […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 050 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des régions industrielles en profonde transformation »  : […] Ce polycentrisme s'appuie fortement sur la répartition des activités industrielles et des pôles de services. Mis à part les bassins de houille et de lignite des zones de piémont et de plaine, et les gisements de minerais des régions hercyniennes où s'est localisée la métallurgie proto-industrielle (massif de l'Eifel, rebord du bassin saxo-thuringien, pourtour du plateau bohémien ou encore Haute-S […] Lire la suite

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 480 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'assurance automobile »  : […] Il aura fallu attendre le 27 février 1958 pour qu'une loi rende obligatoire l'assurance de responsabilité du fait des véhicules automobiles. L'État et certains établissements publics restent dispensés de cette obligation. Le contrat d'assurance automobile peut couvrir également les dommages aux véhicules et comporter certaines garanties annexes : incendie, explosion, attentat, grêle et tempête, vo […] Lire la suite

ASSURANCE - Économie de l'assurance

  • Écrit par 
  • Pierre PICARD
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Le cas de l'assurance automobile »  : […] Ces résultats peuvent être illustrés dans le cadre de l'assurance automobile. En effet, l'effort de prudence au volant affecte vraisemblablement non seulement la probabilité d'être à l'origine d'un accident, mais aussi sa gravité. Il en résulte que des contrats de franchise standards ne sont pas optimaux pour de tels risques, bien qu'ils soient les plus courants en assurance automobile. Par ailleu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alfred MOUSTACCHI, « AUTOMOBILE - Économie et stratégies de mondialisation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/automobile-economie-et-strategies-de-mondialisation/