ASIE DU SUD-EST (art et archéologie)Préhistoire et protohistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge des métaux et la protohistoire

Les dates et les circonstances de l'apparition des premiers métaux en Asie du Sud-Est sont encore enveloppées d'une brume épaisse. Jusqu'à il y a un peu plus de vingt ans, la civilisation de Dongson, au nord du Vietnam, dont la naissance était datée de 800 à 300 avant J.-C. suivant les chercheurs différents, était généralement considérée comme la civilisation utilisant le bronze la plus ancienne de l'Asie du Sud-Est. Mais, en 1967, une découverte fut faite qui devait entraîner de vives discussions au sujet du début de la métallurgie, non seulement ici, mais dans le monde entier. Il s'agit de la découverte, au site déjà mentionné de Non Nok Tha en Thaïlande, de moules en grès pour des haches à douille en bronze, datés au IIIe millénaire. Cela voudrait dire que le bronze aurait été connu et travaillé dans cette région beaucoup plus tôt qu'en Chine ou en Inde. La même année, un autre site fut fouillé, qui allait devenir un des sites les plus spectaculaires et en même temps un des plus controversés de toute l'Asie : celui de Ban Chiang, non loin de Non Nok Tha. Là, une belle poterie peinte a été trouvée qui fut datée d'environ 5000 avant J.-C. par un laboratoire américain de datation utilisant la méthode de thermoluminescence ; en elle-même, cette date ne serait pas sensationnelle pour une poterie fabriquée en Extrême-Orient, mais comme celle de Ban Chiang était placée auprès de squelettes qui portaient des bracelets de bronze, des objets en fer et des perles en verre, cette date aurait donc été aussi celle de ces métaux et du verre ! Cela est simplement inadmissible, surtout parce qu'il n'y a aucun signe d'une activité technologique antérieure qui aurait préparé le terrain pour ces inventions importantes – ni objets en cuivre, ni outils en bronze primitifs, etc. Toujours est-il que certains chercheurs sont convaincus qu'après avoir été le lieu de la première horticulture et de la première riziculture du monde, la Thaïlande actuelle fut aussi le pays d'origine de toutes les inventions technologiques qui sont à la base de notre civilisation. Entre-temps, il fut pourtant prouvé par d'autres datations que les fameux pots peints de Ban Chiang ne datent que des derniers siècles avant J.-C., ce qui s'accorde très bien avec nos connaissances traditionnelles de l'âge du bronze dans la région.

Les choses en restaient là lorsqu'une pointe de lance à douille en bronze fut découverte sur le même site, en association avec une poterie noire à dessin incisé et datée de 3600 avant J.-C. Un plus ample examen des circonstances de la découverte de cette pointe de lance, en 1982, a démontré qu'elle était en réalité associée avec un autre type de poterie ne datant que d'environ 1750 avant J.-C., ce qui serait donc aussi la date la plus ancienne du bronze pour ce site (White). Pourtant, des doutes subsistent même quant à la véracité de cette datation deux mille ans plus jeune.

Dans le nord du Vietnam, berceau traditionnel du bronze en Asie du Sud-Est, les travaux archéologiques ont repris dès 1960, dans des conditions des plus difficiles. Les chercheurs vietnamiens, sous la direction du professeur Pham Huy Thông, ont pu démontrer non seulement que la civilisation indigène était d'un niveau plus élevé que l'on ne croyait auparavant et que le bronze y est plus ancien, mais aussi que cette civilisation du bronze repose sur une longue tradition remontant au moins au Néolithique, puisque les mêmes éléments de décoration se retrouvent sur les objets en bronze et sur la poterie néolithique. Mais on ne sait pas encore avec certitude l'origine de la découverte du bronze, qui semble apparaître assez subitement vers la fin du IIe ou au début du Ier millénaire, sans qu'il y ait eu auparavant une période où le cuivre seul était utilisé.

Quoi qu'il en soit, il y a du nouveau en ce qui concerne l'objet le plus spectaculaire de cette civilisation du bronze, à savoir les tambours en bronze et en particulier ceux du type Heger I, les plus anciens. D'après les travaux récents, on connaît mieux maintenant leur âge et leur signification : en 1977, ce qui semble être un modèle en céramique d'un tel tambour fut trouvé dans la vallée du fleuve Rouge et daté de 850 avant J.-C. Mais l'apparition soudaine de ces tambours dotés d'une forme et d'une décoration caractéristiques, sans que des prototypes plus simples en soient connus, demeure encore inexpliquée. Quant à la signification de ces tambours qui ont été découverts presque partout en Asie du Sud-Est, on croit maintenant que, loin d'avoir été de simples objets de commerce, ils étaient essentiellement des insignes de légitimation des chefs – un peu comme une couronne ou un sceptre. Or, le commerce des couronnes étant impossible, il a dû y avoir quelque part dans le nord du Vietnam actuel un centre rituel où résidait l'autorité ayant le droit de conférer des insignes de légitimation (comme jadis le pape pour la chrétienté), et où se rendaient les missions des pays lointains venant chercher un tambour dont la possession transformait le chef de tribu en roi légitime. Une situation analogue donc à celle qui existera quelques siècles plus tard, quand les chefs locaux chercheront à devenir de vrais rois suivant les rites hindous, avec l'aide de brahmanes venus de l'Inde.

Au Vietnam, la civilisation dite de Dongson est maintenant considérée comme étant la phase finale d'un âge du bronze qui a commencé beaucoup plus tôt par l'époque de Gò-Bông (bronze inférieur), suivie par celles de Dông-Dâu (bronze moyen) et Gò-Mun (bronze supérieur). Considéré dans son ensemble, cet âge est vu comme la période protohistorique du pays, puisqu'il correspond grosso modo à celle des rois Hùng qui, d'après la légende, auraient régné sur le royaume de Vanlang de 2879 à 257 avant J.-C., avant que ce dernier ne soit remplacé par le royaume d'Au-Lac, puis par celui de Nam-Viêt, pour finalement être absorbé par la Chine des Han en 111 avant J.-C.

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Vidéo : -1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Métallurgie du fer. Assyrie. Renaissance grecque. Expansion scythe. Les Olmèques en Amérique centrale. Chavín dans les Andes.C'est dans de violents bouleversements que commence le Ier millénaire.Les grands empires du Bronze s'effondrent sous les coups de guerriers nomades, redoutables... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Si les recherches archéologiques récentes au Vietnam ont donc transformé cette période légendaire en période sinon historique, du moins protohistorique, elles ont aussi démontré que le nord du Vietnam actuel a dû être le point focal de l'âge du bronze dans le Sud-Est asiatique. Car il apparaît désormais que pratiquement tous les sites de l'Asie du Sud-Est datant de l'âge du bronze, tels que Samrong Sen, Mlu Prei et peut-être Mimot au Cambodge, Kampong Sungai Lang en Malaisie occidentale, Gilimanuk à Bali et même les sites susmentionnés de la Thaïlande nord-orientale, Non Nok Tha, Ban Chiang et Non Chai, que l'on datait de deux à trois millénaires plus tôt (et qui ne sont distants de Dongson que de quelque 400 kilomètres), sont liés à la civilisation du bronze du nord du Vietnam. Malgré des différences dans leur culture matérielle [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Asie du Sud-Est : préhistoire et protohistoire

Asie du Sud-Est : préhistoire et protohistoire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres de l'université de Fribourg (Suisse), professeur associé des civilisations de l'Asie

Classification

Autres références

«  ASIE DU SUD-EST, art et archéologie  » est également traité dans :

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - La formation des États indianisés

  • Écrit par 
  • Janice STARGARDT
  •  • 4 710 mots
  •  • 2 médias

Parmi les recherches archéologiques de la dernière décennie se distingue une série d'ouvrages et de travaux portant précisément sur le problème fondamental de l'évolution des premières villes du Sud-Est asiatique et sur la formation des premiers États. Il y a dix ans, l'énoncé même d'une chronologie allant du iie siècle avant J.-C. au […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Les grands empires

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 4 128 mots
  •  • 5 médias

Comme entraînées par leur vitalité, l'Inde et la Chine, vers les débuts de notre ère, débordèrent leurs frontières naturelles et civilisèrent les deltas et les îles d'Indochine et d'Indonésie, venant finalement à la rencontre l'une de l'autre, comme elles le firent – presque au même moment – en Asie centrale. Cette expansion, dont elles n'eurent pas même conscience ! et qui fut de peu d'importance […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Nul océan ne mérite mieux son nom que l'océan Indien. Non seulement l'Inde y enfonce son formidable soc mais, de plus, sa civilisation en a parcouru toutes les eaux et en a modelé les rivages orientaux à son image. Par son amplitude géographique et son poids sur le cours des peuples, l'expansion indienne est un des mouvements les plus importants de l'histoire.À l'ouest, certes, les échanges ont su […] Lire la suite

ANGKOR

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Claude JACQUES, 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 580 mots
  •  • 10 médias

L' occupation de la région d'Angkor remonte au moins au I er  millénaire avant notre ère (connue par les fouilles de B.-P. Groslier) mais les premiers monuments ne datent que du vii e  siècle de notre ère ; ils se trouvent à l'ouest sur le Stung Puok. Le viii e  siècle est marqué par des constructions dans le secteur de Rolûos. Elles s'y multiplient au ix e  siècle après la « fondation » de la mon […] Lire la suite

AYUTHYA

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER
  •  • 427 mots
  •  • 2 médias

La ville d'Ayuthya, fondée en 1350 par le prince d'U Thong dans une île formée par le Ménam et ses affluents à cinquante kilomètres au sud de Lopburi, sera, durant quatre cent dix-sept ans, la capitale du Siam. Ayuthya se veut l'héritière de Dvāravatī, de la puissance d'Angkor (1431) et la maîtresse du royaume de Sukhothai (1438) et son art est influencé par cette triple vocation. Composite et ric […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Arts et archéologie »  : […] La Birmanie est un des pôles de l' Asie du Sud-Est, mais son rôle est parfois sous-estimé. C'est particulièrement vrai pour son art qui, à Pagan par exemple, rivalise avec ceux d'Angkor ou de Java, et fut l'expression la plus achevée de la tradition bouddhique des Thera. Dans ses riches plaines fluviales – les monts qui les encerclent ont surtout été infestés de tribus guerrières toujours tentées […] Lire la suite

GROSLIER BERNARD PHILIPPE (1926-1986)

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 971 mots
  •  • 1 média

Le nom de Bernard Philippe Groslier, né le 10 mai 1926 à Phnom Penh, restera à jamais lié à celui du Cambodge, où il vécut de longues années et à l'histoire duquel il a consacré ses plus belles études. Son père, George Groslier, né en 1887, avait été l'un des « khmérisants » les plus sensibles de la génération précédente ; directeur des Arts et conservateur du Musée national du Cambodge, auteur de […] Lire la suite

KHMER ART

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Claude JACQUES
  •  • 8 447 mots
  •  • 20 médias

Par essence, l'art khmer est celui du Cambodge, mais l'expression est plus spécialement utilisée pour l'art d'une période, longue de quelque huit siècles, s'étendant de la fin du vi e  siècle ou du début du vii e (débuts de la royauté khmère et premiers monuments datables ) à la fin du xiv e siècle ou aux premières décennies du xv e (moment de l'abandon d'Angkor par les souverains khmers). L'im […] Lire la suite

LA MORT N'EN SAURA RIEN, RELIQUES D'EUROPE ET D'OCÉANIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jérôme COIGNARD
  •  • 1 023 mots

« La mort n'en dira rien/Priez les dévots mornes/Nous dansons sur les tombes/La mort n'en saura rien. » Ce dernier vers, tiré de « Funérailles », un poème du recueil Le Guetteur mélancolique de Guillaume Apollinaire, sert de titre à l'une des expositions des plus singulières. Les expositions thématiques sont encore trop rares en France où l'on préfère revoir « Chardin » plutôt que se hasarder à […] Lire la suite

MÔN

  • Écrit par 
  • Emmanuel GUILLON
  •  • 1 822 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Plus de mille ans d'histoire »  : […] Les spécialistes – anglais notamment – ont longtemps débattu de l'origine des peuples môn-khmer : venaient-ils de la vallée du Yangzijiang ? Constituaient-ils le fond de population de la péninsule ? Depuis une vingtaine d'années, les chercheurs ont délaissé cette question, issue de l'ethnologie, pour se consacrer, à partir de fouilles archéologiques minutieuses, à l'établissement de périodes préci […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Helmut LOOFS-WISSOWA, « ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Préhistoire et protohistoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-du-sud-est-art-et-archeologie-prehistoire-et-protohistoire/