Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) La formation des États indianisés

Le commerce ancien

Avant 1968, on disposait de très peu de données archéologiques spécifiques sur le commerce ancien dans la région. Les efforts considérables de Malleret pour établir une documentation complète concernant les pièces de monnaie, l'orfèvrerie et les perles provenant d' Oc-èo et de son voisinage et pour esquisser leur répartition au Sud-Est asiatique ont fourni un premier aperçu de l'existence d'un vaste réseau d'échanges et de commerce. Les analyses historiques des textes classiques, grecs, latins et indiens, permettent aussi d'avoir une idée de la connaissance géographique que l'on avait du Sud-Est asiatique dès le ier siècle après J.-C., connaissance fondée sur les voyages de commerce.

Pendant la dernière décennie, de nouvelles découvertes archéologiques ont ajouté nombre de traits spécifiques au tableau déjà esquissé. Il ressort de la liste de trouvailles faites à Beikthano qu'il y avait entre la capitale méridionale pyue et Oc-èo des relations commerciales à partir du iie siècle après J.-C. Ce réseau de commerce reliant l'État pyu au delta du Mékong descendait l'Irrawaddy, côtoyait la baie du Bengale pour traverser le col des Trois-Pagodes et ainsi passer par les villes mones situées de deux côtés de la péninsule Malaise à son extrémité septentrionale. La répartition à Nagara P'atóm, Kanchanāburi, Ut'ong et Oc-èo de pièces de monnaies en argent ornées de la conque et du Śrīvatṣa – dont la plus grande concentration apparaît, nous le voyons maintenant, dans les sites pyus – témoigne du passage des marchands de l'époque le long de cette route où l'on trouve également les bijoux en étain fabriqués à Oc-èo et les moules caractéristiques de cette industrie. Vers l'ouest, Beikthano entretenait des rapports commerciaux avec l'Inde méridionale, notamment Arikamédu, à en juger d'après les céramiques romano-indiennes provenant de cette ville et parvenues à Beikthano vers la fin du ier siècle et pendant le iie. Par l'intermédiaire des grands comptoirs de l'Inde méridionale, le réseau de commerce maritime allait jusqu'à la Méditerranée (Stargardt, 1968 et 1979).

Dans la région sud-est asiatique, les voies de commerce maritimes et fluviales étaient multiples. Les nouvelles preuves archéologiques ne permettent plus d'opposer une époque de voyages interocéaniques à une époque de voyages transisthmiens : dès le début de notre ère, le commerce au long cours se pratiquait librement le long de plusieurs routes transisthmiennes de même qu'autour de la péninsule Malaise. Tout récemment, on a découvert par hasard, dans le nord-ouest de Java, de nombreux spécimens de céramiques romaines et romano-indiennes datant des deux premiers siècles de notre ère et qui se rapportent parfaitement à la typologie et à la chronologie des spécimens mis au jour à Arikamédu (Walker et Santoso, 1977). De la même région de Java provient la célèbre inscription du roi Purnnavarma qui, vers le ve siècle, faisait allusion à la construction d'un canal important – une inscription qui laisse soupçonner le haut niveau économique du royaume de Purnnavarma de même que son caractère indianisé. Grâce aux découvertes nouvelles, on gagne une meilleure lecture du développement de la civilisation ancienne dans le nord-ouest de Java à partir du début de notre ère. En péninsule Malaise, on a repris des recherches sur le site de Kuala Selinsing, connu depuis longtemps comme un centre actif de la fabrication de perles en verre et en pierre polie et comme un centre du commerce des perles par des voies maritimes au long cours. Une datation au 14C du British Museum reporte la chronologie de ce site – toujours vivement controversée – au iie siècle (Sieveking, renseignement personnel). Les perles provenant de Kuala Selinsing[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : Directeur du projet de l'université de Cambridge sur les Civilisations du Sud-Est Asiatique

Classification

Pour citer cet article

Janice STARGARDT. ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - La formation des États indianisés [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Asie du Sud-Est, II<sup>e</sup> s. av. J.-C. - VI<sup>e</sup> s. apr. J.-C. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Asie du Sud-Est, IIe s. av. J.-C. - VIe s. apr. J.-C.

Beikthano - crédits : Encyclopædia Universalis France

Beikthano

Autres références

  • INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

    • Écrit par Bernard Philippe GROSLIER
    • 5 213 mots
    • 6 médias

    Nul océan ne mérite mieux son nom que l'océan Indien. Non seulement l'Inde y enfonce son formidable soc mais, de plus, sa civilisation en a parcouru toutes les eaux et en a modelé les rivages orientaux à son image. Par son amplitude géographique et son poids sur le cours des peuples, l'expansion indienne...

  • ANGKOR

    • Écrit par Bruno DAGENS, Claude JACQUES, Albert LE BONHEUR
    • 4 571 mots
    • 12 médias

    L' occupation de la région d'Angkor remonte au moins au Ier millénaire avant notre ère (connue par les fouilles de B.-P. Groslier) mais les premiers monuments ne datent que du viie siècle de notre ère ; ils se trouvent à l'ouest sur le Stung Puok. Le viiie siècle est marqué par...

  • AYUTHYA

    • Écrit par Jean BOISSELIER
    • 426 mots
    • 2 médias

    La ville d'Ayuthya, fondée en 1350 par le prince d'U Thong dans une île formée par le Ménam et ses affluents à cinquante kilomètres au sud de Lopburi, sera, durant quatre cent dix-sept ans, la capitale du Siam. Ayuthya se veut l'héritière de Dvāravatī, de la puissance d'...

  • BIRMANIE (MYANMAR)

    • Écrit par Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Universalis, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN
    • 31 961 mots
    • 18 médias
    Le pays abonde en sites archéologiques inexplorés ou fouillés de façon partielle.
  • GROSLIER BERNARD PHILIPPE (1926-1986)

    • Écrit par Denys LOMBARD
    • 975 mots
    • 1 média

    Le nom de Bernard Philippe Groslier, né le 10 mai 1926 à Phnom Penh, restera à jamais lié à celui du Cambodge, où il vécut de longues années et à l'histoire duquel il a consacré ses plus belles études. Son père, George Groslier, né en 1887, avait été l'un des « khmérisants » les plus sensibles...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi