ASHANTI ou ACHANTI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le royaume Ashanti

La vocation guerrière du royaume Ashanti se manifeste immédiatement. Au cours du règne d'Osei Tutu, plusieurs expéditions victorieuses sont menées contre les royaumes de Doma, de Denkyéra et des Akim. À la mort du fondateur, en 1712 ou 1717, un conflit de succession entre deux de ses neveux faillit mettre en cause l'œuvre accomplie. Finalement, les partisans du prétendant vaincu émigrèrent vers l'ouest où ils fondèrent le royaume Baoulé, et le jeune État ashanti survécut, poursuivant, sous le règne d'Opoku Ware, son action militaire, en particulier contre les Akim et les Akwapim. L'apogée de la puissance ashanti se situe dans la première moitié du xixe siècle, en particulier sous le règne d'Osei Bonsu ou Osei Kwamina (1804-1823). Celui-ci accentue l'expansion vers la côte, soumettant une grande partie du pays Fanti, et s'attaque aux peuples du Nord, conquérant le royaume de Gonja et imposant aux Dagomba vaincus un tribut en esclaves. À l'est, il entre en contact avec le royaume du Dahomey, avec lequel il entretiendra pendant un certain temps des relations diplomatiques.

Mais déjà a commencé l'affrontement avec les Britanniques. Ceux-ci ont pris le relais des Portugais et des Hollandais sur la côte, limitant, au cours de la période suivante, les possibilités d'initiative des Ashanti. Le royaume Ashanti constituait l'arrière-pays de la région que les Européens avaient, dès la fin du xve siècle, nommée Côte-de-l'Or. Depuis cette époque, l'or étant échangé dans les forts de la côte, d'abord contre des esclaves (en particulier dans le royaume du Bénin), puis contre des armes, des étoffes, de l'alcool (quand la traite des esclaves fut plus systématiquement dirigée vers l'Amérique). Jusqu'au début du xixe siècle, les Ashanti ne participaient à ces échanges que par l'intermédiaire des Fanti.

Les contacts directs avec les Européens datent seulement de cette époque. Le premier envoyé britannique reçu à la cour de Kumasi, T. E. Bowdich, le fut sous le règne d'Osei Kwamina. De cette visite et de celles qui suivirent, l'im [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  ASHANTI ou ACHANTI  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les chefferies Baoulé et Ashanti »  : […] La sculpture, chez les Baoulé, est véritablement perçue comme un art et appréciée en tant que tel. La plupart des objets usuels sont décorés de figures gravées ou sculptées. Les statuettes, parmi les plus belles de l'Afrique noire, sont soit des portraits que l'on garde en tant qu'œuvres d'art, soit des figurines funéraires, les waka sona . Le masque de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-un-foisonnement-artistique/#i_23584

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Représenter l'histoire »  : […] L'iconographie africaine comprend peu d'exemples d'images, qu'elles soient en plan ou en volume, où sont représentés un ou plusieurs personnages engagés dans l'accomplissement d'une action. Font exception les scènes rencontrées dans les plaques de cuivre qui ornaient les colonnes de bois du palais royal à Bénin ou dans les scènes ornant les murs et les tentures du royaume du Danhomè (l'actuel Béni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-aires-et-styles/#i_23584

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots

Dans le chapitre « Variété des cultes »  : […] Les religions d'origine africaine se sont conservées le plus pures chez les nègres marrons, ou Bosh, qui ont fui le régime de l'esclavage pour constituer des républiques indépendantes à l'intérieur des forêts des Guyanes hollandaise et française. On retrouve chez eux, juxtaposées plus qu'intégrées, les religions des Fanti- Ashanti (Ghāna) et des Fon (Bénin), le Grand Dieu qu'ils adorent s'appelan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-les-religions-afro-americaines/#i_23584

BONO ROYAUME DE

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 222 mots

Entre les royaumes akan méridionaux et les États mossi s'est développé au début du xv e  siècle le royaume de Bono, actuellement Takyiman, au Ghāna. L'expansion du royaume de Bono est favorisée par sa position au contact de la forêt et de la savane. Mais, surtout, les placers aurifères situés à proximité immédiate ont contribué à la richesse de ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-de-bono/#i_23584

FEYIASE BATAILLE DE (1701)

  • Écrit par 
  • Claude-Hélène PERROT
  •  • 323 mots

La bataille de Feyiase mit fin à la domination denkyira, qui s'étendait sur les États akan du Ghana et de la Côte d'Ivoire actuels, et marqua l'émergence de l'hégémonie asante (ou ashanti). Elle eut lieu à une quinzaine de kilomètres de Kumasi, la capitale asante. Contrairement aux Asante, le Denkyira, grand producteur d'or, accédait directement à la côte (la Côte de l'Or) où plusieurs « nations » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-feyiase/#i_23584

GHANA

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Anne HUGON
  •  • 7 191 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La constitution d'États à l'époque moderne »  : […] Du xv e au xix e  siècle, l'histoire du Ghana est essentiellement marquée par la fondation d'États puissants et centralisés, parfois rivaux, parmi lesquels l'Ashanti connaîtra une ascension particulière. Au nord du pays, l'un des principaux royaumes fondés par les peuples molé-dagbani au Moyen Âg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghana/#i_23584

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La réincarnation »  : […] La croyance en la réincarnation des défunts est admise par de nombreuses religions « orientales » (orphites de l'ancienne Égypte, pythagoriciens, manichéens, certains néo-platoniciens) et asiatiques (brahmanistes) ; elle joue encore, en Afrique noire, un rôle prépondérant. En effet, « les morts récents ont tendance à renaître dans leurs petits-enfants à la différence des ancêtres fondateurs, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-societes-devant-la-mort/#i_23584

RITES DE PASSAGE

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rituels collectifs »  : […] Les rituels centrés sur le destin social de l'individu peuvent, grâce au modèle de Van Gennep, être apparentés à des rituels qui relèvent d'un autre niveau de l'organisation sociale et dans lesquels prédomine la dimension collective. Ainsi, les rituels cycliques des sociétés agraires ont fréquemment la structure des rites de passage. Tel est le cas, par exemple, des rituels qui marquent le changem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites-de-passage/#i_23584

ROYAUMES AKAN (TERRITOIRES DU GHANA ACTUEL) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude-Hélène PERROT
  •  • 523 mots

Fin xiv e -début xv e  s. Arrivée des dyula (marchands mandé) à Begho, qui deviendra une grande place de commerce. Première moitié du xv e  s. Le royaume brong de Bono Manso est fondé par Asa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaumes-akan-territoires-du-ghana-actuel-reperes-chronologiques/#i_23584

SACERDOCE

  • Écrit par 
  • Mariasusai DHAVAMONY, 
  • Universalis
  •  • 5 872 mots

Dans le chapitre « Les religions africaines »  : […] Pour les Abaluyia du Kavirondo (Kenya), l'homme dont la femme est atteinte de stérilité, dont le bétail périt, dont les récoltes sont dévastées par les tempêtes et dont le caractère est en contradiction avec les dispositions des représentants du sacré est frappé d'interdit et ne peut se voir confier la charge sacerdotale ( omusalisi ). Le fait d'être avancé en âge ne suffit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacerdoce/#i_23584

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul MERCIER, « ASHANTI ou ACHANTI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ashanti-achanti/