Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BONO ROYAUME DE

Entre les royaumes akan méridionaux et les États mossi s'est développé au début du xve siècle le royaume de Bono, actuellement Takyiman, au Ghāna. L'expansion du royaume de Bono est favorisée par sa position au contact de la forêt et de la savane. Mais, surtout, les placers aurifères situés à proximité immédiate ont contribué à la richesse de cet État. L'extraction de l'or est attestée dès le règne du troisième souverain, Obunumankoma, dans la seconde moitié du xve siècle. Un voyageur portugais, Valentim Fernandes, décrit ces mines d'or vers 1500 : « Les mines sont creusées très profondément dans le sol. Les rois ont des esclaves qu'ils mettent dans ces mines. » Les rois utilisent en effet uniquement une main-d'œuvre servile razziée chez les vaincus. Au xvie siècle, l'or suit deux itinéraires : l'un, vers le nord, conduit à Tombouctou, d'où, par la route des caravanes, il aboutit au monde arabe ; le second a pour terminus le port d'Elmina, tenu par les Portugais, puis par les Hollandais. Mais, en 1722-1723, ainsi que le rapportent les auteurs arabes et néerlandais, le royaume de Bono est vaincu et passe dans la mouvance des rois achanti. Désormais, son histoire se confond avec celle des Achanti.

— Alfred FIERRO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi