Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARMES Armes légères

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Étant au service du combattant à pied, les armes légères doivent le gêner le moins possible dans ses évolutions : marche, course, saut, rampé, accès dans les véhicules ; elles répondent donc à des impératifs de poids et d'encombrement très sévères. Les limites les plus couramment admises, dans ce domaine, sont pour les armes d'appoint 1 kg et 30 cm, pour une arme individuelle de base 4 kg et 80 cm, et pour une arme collective de 10 à 12 kg et 1,2 m en deux éléments au plus. Comme le fantassin, elles sont aptes au service, en tout temps et en tout lieu. Leur fonctionnement doit, de ce fait, être assuré de — 50 à + 55 0C, sous la pluie, la neige, après passage ou chute dans l'eau, dans la boue, dans la poussière ou sur le sable, qu'elles soient lubrifiées ou encrassées.

Quels que soient les appuis dont il puisse bénéficier – artillerie, blindés, génie, aviation – dans les phases les plus critiques de son combat, l'assaut, la défense rapprochée ou le corps à corps, le fantassin ne peut compter que sur ses propres armes. Elles ont donc le privilège de remplir à faible portée un rôle normalement dévolu à des armes lourdes et encombrantes. Leur puissance spécifique est donc souvent considérable.

Il faut, enfin, que le combattant à pied puisse atteindre son adversaire quel que soit le mode de locomotion ou de protection qu'il utilise : abris, tranchées, bonds rapides, véhicules blindés ou non, parachute, hélicoptère, avion. Malgré un souci de standardisation et de simplification poussé à l'extrême, la technique moderne n'a pu répondre à ces impératifs que par un accroissement de la variété des armes légères.

En effet on a assisté à la généralisation d'emploi de l'arme automatique individuelle de petit calibre, ce qui s'est traduit en France par l'adoption du FA.MAS 5,56 F1 (fusil automatique ; Manufacture d'armes de Saint-Étienne). L'électronique a envahi le champ de bataille, y compris dans l'armement de base de l'infanterie avec tous les systèmes d'aide à la visée nocturne, et l'autopropulsion met à la disposition du fantassin des systèmes d'arme dont la puissance de feu égale celle de l'artillerie.

La constante recherche de l'amélioration de la probabilité d'atteinte aura dégagé de nouveaux concepts d'armes dites légères, mais elle aura également provoqué un retour aux sources avec la réapparition des munitions sans douille dont l'arme G 11 est naturellement le prototype de système d'arme du futur.

Histoire des armes à feu portatives

Arme à feu du début du XV<sup>e</sup> siècle - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Arme à feu du début du XVe siècle

Elles apparurent au xive siècle, peu après la bombarde. Le bâton à feu, ou canon à main, est un tube de fer prolongé par une tige ou monté sur un fût pour son maintien. Il lance de courtes flèches fixées sur un « sabot », puis des balles. La mise à feu se fait en approchant du « bassinet », contenant de la poudre fine (pulvérin), une braise, puis une mèche lente imprégnée de salpêtre. L'inflammation se communique à la « chambre » par la « lumière », percée à travers la paroi du canon. Bien qu'inférieure, à ses débuts, la nouvelle arme élimine vite l'arbalète – mais non l'arc – pour une simple question de coût : avec son accessoire (treuil, « cranequin ») de mise sous tension, la puissante arbalète de l'époque revenait de vingt à trente fois plus cher.

De l'arquebuse au fusil à tir rapide

Se perfectionnant, le bâton à feu devint l' arquebuse (Hackenbüchse), dont le fût s'améliora en crosse ; les modèles puissants reçoivent un croc qui, fiché dans le rempart, absorbe le recul. Mais, surtout, au lieu d'être appliquée à la main, la mèche est tenue par une tige pivotante, le serpentin, qui l'appuie exactement sur le bassinet : toute l'attention peut être consacrée à la visée. Puis ce serpentin[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ingénieur en chef de l'armement
  • : ingénieur à l'École polytechnique, à l'École supérieure de gestion et à l'Institut national des sciences et techniques nucléaires (I.N.S.T.N.), général en deuxième section

Classification

Pour citer cet article

François AMBROSI et Alain BRU. ARMES - Armes légères [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Arme à feu du début du XV<sup>e</sup> siècle - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Arme à feu du début du XVe siècle

Arme individuelle : évolution - crédits : Encyclopædia Universalis France

Arme individuelle : évolution

Cartouche 7,62 x 51 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cartouche 7,62 x 51

Autres références

  • AFFÛT

    • Écrit par
    • 403 mots

    Terme d'artillerie désignant l'une des deux parties d'un canon, la première étant la bouche à feu qui sert au lancement du projectile, l'affût, lui, permettant la mise en œuvre de la bouche à feu (pointage en hauteur et en direction) et son emploi dans les différentes circonstances de la guerre...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par , et
    • 9 654 mots
    • 6 médias
    ...principal expliquant la conquête militaire est l'avancée technique décisive de l'Occident sur le reste du monde, grâce à la révolution industrielle. Les nouvelles armes (fusils à répétition, mitrailleuses, artillerie de campagne) permettent non seulement la conquête, mais la rendent relativement peu...
  • AGRICULTURE - Politiques agricoles et négociations internationales

    • Écrit par
    • 10 574 mots
    • 6 médias
    ...partenariat économique qui prennent le relais de l’accord de Cotonou, qui avait lui-même succédé à la Convention de Lomé. Et, en 2001, elle a lancé l’initiative « Tout sauf les armes », qui dispense de tout droit de douane les produits importés des PMA, à l’exception des armes. Ces pays bénéficient ainsi...
  • ARTILLERIE (HISTOIRE DE L')

    • Écrit par
    • 6 783 mots
    • 6 médias

    Le mot « artillerie » apparaît avec Joinville au xiiie siècle pour désigner l'ensemble des engins de guerre. Il vient sans doute du vieux français artillier(garnir d'engins), par altération du mot art ou, peut-être, plus anciennement encore, du mot atilier, ou atillier, signifiant...

  • Afficher les 92 références