DENIKINE ANTON IVANOVITCH (1872-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un officier de carrière né dans le servage, Denikine suit l'école normale de Lovitch, puis l'école militaire des cadets de Kiev ; il est officier d'artillerie, breveté d'état-major en 1899, puis commandant de la région militaire de Varsovie.

Il participe à la guerre russo-japonaise. Entre 1914 et 1916, il est commandant de la 4e division d'infanterie, dite « de fer », et, en 1916, du VIIIe corps d'armée. Politiquement, Denikine est « octobriste », proche des K.D. (constitutionnels démocrates). Après février 1917, il devient chef adjoint d'état-major du commandant en chef, puis commandant du front de l'Ouest, enfin du front du Sud-Ouest. Il participe au putsch de Kornilov, est arrêté et incarcéré à la prison de Bykhov.

Le 19 novembre 1917, il s'évade et gagne la région du Don. Avec Alexeïev et Kornilov, il contribue à la formation de l'armée des Volontaires et devient adjoint au commandant en chef de cette armée où affluent de nombreux officiers venus du front ou de l'intérieur ; il participe à la « campagne des glaces » du Don au Kouban. Après la mort de Kornilov, tué pendant l'attaque d'Ekaterinodar, Denikine devient commandant en chef des forces armées du Sud. En novembre-décembre 1918, les alliés, Français et Anglais, interviennent dans la guerre civile russe et réarment Denikine, l'aidant à regrouper les forces contre-révolutionnaires du Sud.

Les alliés des Russes blancs

Les alliés des Russes blancs

photographie

Les anciens alliés de la Russie soutiennent les Blancs contre l'Armée rouge, ici en 1919, sur les fronts d' Arkhangelsk et de Mourmansk. Les Britanniques surveillent une locomotive détruite par une attaque bolchevique. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Denikine lance sa grande offensive avec des forces importantes (200 000 combattants, 2 000 canons et 30 chars d'assaut), en juillet 1919. En septembre 1919, il occupe presque toute l'Ukraine, Odessa, Kiev, Kharkov, la Crimée, le Don, le Kouban, Tsaritsyne et Koursk. En octobre, ses troupes prennent Orel et Voronej. À la fin de ce mois, une contre-offensive de l'Armée rouge l'arrête au nord d'Orel.

Mais l'armée des Volontaires est en proie aux rivalités internes et en opposition ouverte avec Wrangel, partisan d'une restauration pure et simple, alors que Denikine a des sympathies démocrates. En novembre 1919, les armées de celui-ci reculent rapidement et à la fin de 1919 subissent une défaite irréparable. Denikine démissionne et passe ses pouvoirs au général Wrangel, dès le mois de mars 1920. Denikine émigre en France puis se rend aux États-Unis, dans le Michigan, où il meurt en 1947. Il est réhabilité par Moscou en 2005 ; sa dépouille et celle de sa femme sont rapatriées et inhumées en grande pompe dans la capitale russe le 4 octobre 2005.

—  Alexandre BENNIGSEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DENIKINE ANTON IVANOVITCH (1872-1947)  » est également traité dans :

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 635 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale et la lutte pour l'indépendance »  : […] Dès le déclenchement des hostilités entre la Russie et l'Autriche-Hongrie, le 1 er  août 1914, les publications et organisations culturelles ukrainiennes furent interdites dans l'Empire russe, et les personnalités en vue, arrêtées ou exilées. Quand les troupes russes entrèrent en Galicie en septembre, les Autrichiens exécutèrent au cours de leur retraite des milliers de pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ukraine/#i_1289

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « De la guerre impérialiste à la guerre civile »  : […] La conclusion de la paix est une priorité pour les bolcheviks. Sans paix, c'est l'avenir même de la révolution russe et de la révolution mondiale qui est menacé . Un armistice est conclu le 15 décembre 1917 avec les Puissances centrales, mais le traité de Brest-Litovsk n'est signé que le 3 mars 1918, à la suite de tractations dramatiques pour des dirigeants bolcheviques profondément divisés sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_1289

Pour citer l’article

Alexandre BENNIGSEN, « DENIKINE ANTON IVANOVITCH - (1872-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-ivanovitch-denikine/