ARMAN ARMAND FERNANDEZ dit (1928-2005)

Arman casse, découpe, accumule et vandalise... Cet artiste iconoclaste fut l'un des piliers du Nouveau Réalisme, éphémère mais très novateur mouvement français d'avant-garde des années 1960 qui comptait aussi dans ses membres des artistes comme Yves Klein, César ou Martial Raysse. Si on peut y déceler une critique de la société de consommation, tout autant qu'une négation de la valeur de la pièce unique, on aurait tort pourtant, de réduire l'oeuvre d'Arman à une simple position rebelle et révolutionnaire. Arman, qui fut d'abord dans sa jeunesse un peintre, conservait, dans ses Accumulations, ses Colères et ses Poubelles, une indéniable dimension esthétique.

Un peintre devenu « nouveau réaliste »

Fils d'un antiquaire niçois, Armand Fernandez (qui prendra pour nom d'artiste son prénom raccourci) s'engage, encore adolescent, dans la Résistance ; le spectacle de sa ville bombardée le frappe. Bachelier, il suit les cours des Arts décoratifs à Nice, puis de l'École du Louvre à Paris, de 1946 à 1949. En 1947, il rencontre à un cours de judo Yves Klein, qui sera son émule jusqu'à sa mort en 1962, puis Pierre Restany, futur théoricien du Nouveau Réalisme. En 1954, la découverte des collages de Schwitters, des tableaux de Pollock et d'un article sur le graphisme dans la revue Art d'aujourd'hui l'éloignent de l'abstraction lyrique de l'École de Paris.

Ce sont les empreintes sur toile qui d'abord l'intéressent : tampons encreurs ou Cachets à partir de 1955, puis en 1956 Allures d'objets obtenues par le déplacement sur le support d'objets imprégnés de liquide.

En 1959, avec ses premières sculptures, on passe à l'objet même... Ou plutôt à l'objet éclaté, résultat de Colères (1961) et d'une relecture détonante du développement cubiste des objets sur le support plan. À des totalités d'objets avec les Poubelles (dès 1959), vision triviale du all over de l'Action Painting. Enfin à des multiplications d'objets – les Accumulations, à partir de 1959 –, version quotidien [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  ARMAN ARMAND FERNANDEZ dit (1928-2005)  » est également traité dans :

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Aberrant catalogue d'un musée contradictoire »  : […] des murs nus de la galerie Iris Clert à Paris. En 1960, Arman remplit à ras bord la même galerie avec les ustensiles les plus divers. Au Salon de mai 1960, la presse parle d'un attentat à la sculpture lorsque César expose trois compressions de voitures, prismes d'une tonne chacun. En 1971, devant la cathédrale de Milan, Tinguely dévoile un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-art/#i_28248

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les prémices d'une appropriation concertée »  : […] Klein présente alors au critique son ami d'enfance Armand Fernandez, dit Arman, puis Raymond Hains et Jean Tinguely. À cette époque, Arman se dégage peu à peu de l'abstraction et intégrera bientôt dans ses Cachets, réalisés à l'aide de tampons de caoutchouc, la dimension répétitive qui deviendra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_28248

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry DUFRÊNE, « ARMAN ARMAND FERNANDEZ dit (1928-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arman/