ARGOT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le bas-langage

Le bas-langage, forme dégradée de la langue populaire, est dans son origine distinct de l'argot, langue spéciale et plus ou moins secrète du crime et de la gueuserie.

En fait, à partir du xixe siècle, la disparition des grandes bandes organisées et la vulgarisation de leur jargon entraînent une étroite compénétration du bas-langage et des argots qui, tout en conservant un certain nombre de traits propres à chacun, présentent des caractères communs tant dans leur origine que dans leur sémantique et leur morphologie.

Il a de tout temps existé une littérature populaire de conteurs, farceurs, bonimenteurs, à laquelle sont venus puiser les conteurs du xvie siècle (Rabelais, Noël du Fail, Béroalde de Verville...) ; elle alimentera plus tard le théâtre de Tabarin et le roman burlesque de Scarron ou de Sorel. Mais ce n'est qu'au xviiie siècle que le bas-langage accède au rang de langue littéraire stylisée avec le poissard. On entend sous ce nom le langage des harengères de Paris, personnages pittoresques et qui ont depuis toujours une réputation d'effronterie et de franc-parler.

Deux poèmes de Jean-Joseph Vadé : La Pipe cassée et les Bouquets poissards (1743) les mettront à la mode ainsi que leur langage. Le genre va désormais fleurir avec Le Déjeuner de La Rapée de Lécluse (1748), Les Porcherons (1773), certaines des Œuvres badines du comte de Caylus (Les Écosseuses, Histoire de M. Guillaume Cocher).

Ce sont là les ancêtres du Père Duchêne, de Madame Angot, du vaudeville et de la chanson populaire dont Bruant reste le maître incontesté.

Le chef-d'œuvre de cette littérature populiste est L'Assommoir de Zola (1876) ; avec ce dernier, le bas-langage – on dit désormais l'argot des ouvriers, des faubourgs – accède à la dignité de moyen d'expression littéraire, l'œuvre étant, selon l'auteur lui-même, un « travail philologique ». Et c'est un travail remarquable par la précision de l'information, la justesse du ton, l'art de l'expression. Zola montre, par exemple, l'encanaillement et l'avachissement progressif du langage de Ger [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice

Classification

Autres références

«  ARGOT  » est également traité dans :

COQUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 542 mots

Dès la conclusion du traité d'Arras (1435) entre Charles VII et Philippe le Bon, une partie des troupes utilisées au cours de la lutte des Armagnacs et des Bourguignons devient inutile, d'autant plus que le roi de France a déjà entamé la création du noyau d'une armée permanente. Après la trêve de 1444, le roi renvoie une partie des « écorcheurs », quelque 30 000 routiers, en Suisse et en Alsace. I […] Lire la suite

COUTÉ GASTON (1880-1911)

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 448 mots

Poète « mineur » puisque chansonnier montmartrois, Gaston Couté, né à Beaugency sur la frange beauceronne, mort à trente et un ans dans un hôpital parisien, de la misère et de tous les excès qui ont dévoré sa santé, fut un vrai poète maudit et un authentique créateur. Moins connu qu'Aristide Bruant (il n'eut pas son Toulouse-Lautrec) son aîné, bien qu'une plaque signale son nom aux visiteurs de la […] Lire la suite

JOBELIN

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 336 mots

Dans la première édition imprimée de François Villon (Pierre Levet, 1489), six ballades en argot sont rassemblées sous le titre : Jargon et jobellin . Le second terme doit préciser le premier ; on pense qu'il désigne le jargon des gueux ; mais, si on le rapproche du mot « jobe » (niais, sot), on peut se demander s'il ne s'applique pas au langage des « sots » et de la « sottie », dont l'obscurité e […] Lire la suite

LANGUE REGISTRES DE

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 840 mots

On appelle « registres de langue » les usages que font les locuteurs des différents « niveaux de langue » disponibles, en fonction des situations de communication. Ces usages relèvent de la « parole » telle que la définit Ferdinand de Saussure (1857-1913), c'est-à-dire de l'utilisation effective de la langue : c'est pourquoi on parle également de « registres de la parole ». La notion de « niveau […] Lire la suite

RICHEPIN JEAN (1849-1926)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 346 mots

Jeune normalien, Jean Richepin, après s'être engagé dans les francs-tireurs durant la guerre de 1870, se fait remarquer au quartier Latin par ses excentricités qui dénotent un mépris des conventions sociales. Son premier recueil poétique, La Chanson des gueux (1875), obtient un très vif succès de scandale. Sa révolte sincère s'y exprime avec beaucoup de facilité et de violence. C'est dans ce prem […] Lire la suite

RICTUS GABRIEL RANDON DE SAINT-AMAND dit JEHAN (1867-1933)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 442 mots

Beaucoup de mystère entoure l'origine de Jehan Rictus, écrivain populaire français. Sans doute fils naturel d'un noble anglais et d'une marquise française, il passe des années d'enfance malheureuses avec sa mère, après que son père l'eut quittée. Très jeune, il abandonne sa famille et vient de Boulogne-sur-Mer à Paris. Tour à tour manœuvre, balayeur, livreur, garçon de courses, il souffre de la pa […] Lire la suite

SCHWOB MARCEL (1867-1905)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 474 mots

Journaliste, conteur, poète, grammairien, essayiste, romancier... Il est bien difficile d'étiqueter les recherches de Marcel Schwob, esprit complexe et curieux, aussi attiré par le bizarre, les littératures anciennes ou étrangères, l'érudition que par la poésie naïve. Par ses travaux sur les littératures étrangères, il a beaucoup contribué à élargir les champs d'intérêt et à modifier la sensibilit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GUIRAUD, « ARGOT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/argot/