LANGUE REGISTRES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle « registres de langue » les usages que font les locuteurs des différents « niveaux de langue » disponibles, en fonction des situations de communication. Ces usages relèvent de la « parole » telle que la définit Ferdinand de Saussure (1857-1913), c'est-à-dire de l'utilisation effective de la langue : c'est pourquoi on parle également de « registres de la parole ».

La notion de « niveaux de langue », issue de la tradition scolaire, est invoquée pour rendre compte de la diversité des usages de la langue en fonction des milieux sociaux dans lesquels ou par référence auxquels celle-ci est employée : on constate en effet que, selon le milieu social auquel ils appartiennent ou dans lequel ils se trouvent à un moment donné, les locuteurs utilisent la langue différemment. On distingue habituellement trois principaux niveaux de langue : celui de la langue dite « soutenue » (attribuée aux couches cultivées), celui de la langue « courante » (le parler dit populaire, ou l'usage spontané de la langue) et celui de certains dialectes sociaux (patois ruraux, argot...) – sans préjudice des emplois techniques de la langue, à propos desquels on parle de « langues de spécialité ».

Dictionnaires et grammaires se sont essentiellement intéressés aux différences de nature lexicale existant entre les niveaux de langue, en particulier entre la langue courante et l'argot : les exemples du type « avoir peur » /« flipper » ou « voiture » /« tire » sont légion. On remarquera à ce propos que les formations lexicales argotiques, souvent éphémères, recourent à une multiplicité de procédés aussi bien sémantiques (emprunts à d'autres langues, métaphores, métonymies) que formels (inversions des syllabes en verlan, troncation des mots, resuffixation, redoublement de syllabes, etc.).

Mais les différences linguistiques entre niveaux de langue ne sont pas exclusivement d'ordre lexical. Elles peuvent également toucher la phonétique, la morphologie et la syntaxe : l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LANGUE REGISTRES DE  » est également traité dans :

BALLY CHARLES (1865-1947)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 491 mots

Linguiste suisse, Bally est l'élève de Ferdinand de Saussure, auquel il succède à la chaire de linguistique générale de l'université de Genève ; avec Albert Sechehaye et Albert Riedlinger, il assure la publication posthume du Cours de linguistique générale . La plus grande partie de son œuvre est consacrée à la stylistique. Celle-ci est, par tradition, à la fois l'étude des r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-bally/#i_51083

LE DIMANCHE DE LA VIE, Raymond Queneau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 024 mots

Dans le chapitre « Les facéties du langage »  : […] Cette histoire loufoque, mais ténue, est, au fond, sans importance. Elle est avant tout prétexte à une révolution langagière que Queneau mène depuis quinze ans et qui trouve là son apogée. Dès 1937, en effet, celui-ci s'inquiétait de l'écart grandissant entre la langue écrite et la langue parlée et estimait que, s'il ne prenait pas en compte la réalité effective de cette dernière, le français litt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dimanche-de-la-vie/#i_51083

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la fixation à l'éthique »  : […] On ne songe certes plus assez à louer la Renaissance de tout ce qu'elle a dépensé d'efforts pour faire du français la plus riche et la plus féconde des langues. En revanche peut-être s'est-on trop extasié sur les exercices d'ascèse fustigeante où se complut Malherbe. Le fait en tout cas est là, indiscutable : ce diable d'homme sut imposer ses oracles et faire respecter ses sentences d'une manière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_51083

GRAMMAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 8 566 mots

Dans le chapitre « Système de la norme »  : […] Les diverses grammaires traiteront de manière variable ces homonymies. Au niveau des principes, elles pourront accepter ou ne pas accepter que la norme grammaticale soit une norme sociale ; elles pourront utiliser ou ne pas utiliser le vocabulaire de la faute, le style prescriptif de la règle, etc. Au niveau des données, elles pourront proposer des réponses différentes aux questions suivantes : –  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaire/#i_51083

ACQUISITION DE LA PRAGMATIQUE DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 249 mots

Dans le chapitre « Les registres »  : […] Un registre langagier est défini par l’ensemble des marques langagières structurales appropriées dans une situation sociale donnée (on ne parle pas de la même façon à un copain, à un adulte non familier, à la maison, en classe, etc.). L’adéquation marques structurales/ situation sociale est conventionnellement définie. Les registres correspondant à différents statuts sociaux fréquents, le registre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-de-la-pragmatique-du-langage/#i_51083

ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Liselotte BIEDERMANN-PASQUES, 
  • Fabrice JEJCIC
  •  • 4 753 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Distinction par la suppression de marques graphiques, lexicales et grammaticales, ou dégrammatisation »  : […] Parmi ces procédés de distinction graphique on note la suppression à l'écrit de -r final muet dans un mot comme gas « gars », qui signale une forme familière, voire populaire. Ce procédé est renforcé par l'adjonction d'un accent circonflexe gâs [ga] (É. Jacqueneaux, 1993), qui confirme la prononciation populaire. Une seule forme verbale, allé pour aller […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orthographe/#i_51083

SMS (Short Message Service) ou TEXTO

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 324 mots

Dans le chapitre « Les relations entre SMS et orthographe traditionnelle »  : […] Cette pratique d’une langue écrite « différente » est souvent soupçonnée par les parents, les enseignants ou les médias d’être la cause des difficultés en orthographe des élèves et/ou de l’apprentissage de la langue française. Les résultats scientifiques les plus récents ne confirment pas cette position « négative » et conduisent à définir les SMS comme un nouveau registre de la langue écrite. Un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sms-texto/#i_51083

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « LANGUE REGISTRES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/registres-de-langue/