APANAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'âge d'or des apanages (XIIIe-XVIe siècle)

Deux tendances contraires allaient pendant trois siècles jouer pour ou contre le développement des apanages. D'un côté, la plupart des rois étaient désireux de doter leurs fils puînés ou leurs frères, aussi bien pour tenter de désarmer leurs éventuelles révoltes que pour soutenir l'éclat du trône. Celui-ci paraissait de plus en plus lié au prestige de la famille royale tout entière, au groupe de ceux qui s'appelaient eux-mêmes, dès le xiiie siècle, « fils de roi de France », qu'on nomma, au xive siècle, « princes des fleurs de lys » ou, selon les termes de Charles V, « princes de notre sang », et, enfin, « princes du sang ». De l'autre, les conseillers du roi – de plus en plus conscients de la transcendance de la Couronne et de l'État – poussaient au renforcement des principes et des pratiques qui restreignaient les pouvoirs des apanagistes. Ils utilisèrent surtout les moyens suivants :

– la limitation de la succession des apanagistes aux hoirs directs, entraînant le retour des apanages à la Couronne, en cas d'extinction de la ligne directe (édictée pour la première fois par Louis VIII en 1224, à l'égard de son demi-frère Philippe Hurepel, et érigée en principe par un arrêt du Parlement de 1284, parlant de « retour au roi », puis par des lettres patentes datées du jour de la mort de Philippe IV le Bel, le 29 novembre 1314, et dues sans doute à son conseiller Enguerrand de Marigny, précisant « retour à la Couronne ») ;

– l'exclusion des femmes de la succession des apanages (pour la première fois énoncée par ces lettres de 1314, quatorze ans avant la décision des notables d'écarter du trône de France le roi d'Angleterre, descendant de Philippe le Bel par sa mère) ;

– l'exclusivité pour le roi d'exercer les droits régaliens dans les apanages (régale, garde des églises, frappe et justice des monnaies, crimes de lèse-majesté, droits de grâce, d'anoblissement, de légitimation, d'amortissement, ouverture des foires et marchés, propriétés des richesses du sous-sol et des futaies, etc.) ;

– la multiplication, aux xive et xve siècles, des « cas royaux » découlant de ces droits et jugés par des baillis installés dans le domaine royal à proximité immédiate des frontières des apanages (ainsi, en 1361, à Saint-Pierre-le-Moûtier, enclave royale dans le comté de Nevers, pour le jugement des cas royaux dans les apanages de Berry et d'Auvergne) ;

– l'application aux apanages des principes de l'inaliénabilité du domaine royal et de l'indivisibilité du royaume (bien définis en 1366 par un conseil réuni par Charles V pour examiner les problèmes de l'apanage du Berry).

La limitation du pouvoir des apanagistes fut favorisée aussi bien par l'évolution administrative et politique (progrès de la centralisation monarchique et de l'administration) que par l'évolution économique et sociale. Ainsi, les progrès de l'économie monétaire permirent des tentatives pour assurer la subsistance des apanagistes, non en terres, mais en revenus, en « fiefs-rentes » ou « fiefs de bourse ». Mais les apanages des fils et frères du roi, quoique souvent évalués en revenus (ce fut le cas sous Saint Louis, pour Alphonse de Poitiers en 1241, et pour Charles d'Anjou en 1247), furent toujours établis sur terres, encore que le second fils de Philippe le Bel, Philippe, n'eût jamais ni le gouvernement ni la gestion de son apanage du Poitou, pour lequel il se contenta de recevoir du Trésor royal les 20 000 livres annuelles que l'apanage était estimé rapporter. Au contraire, le principe et la pratique, inaugurés par Louis VIII en 1225 pour sa fille Elisabeth, d'« apaner en deniers » les princesses royales prévalut rapidement.

Toutefois, jusqu'à l'ordonnance de Moulins (1566), aucun des principes énoncés ci-dessus ne fut appliqué sans exception. D'autre part, si les princes apanagés durent accepter les limitations de souveraineté que l'autorité royale imposait à tous les seigneurs du royaume, aggravées par les règles de succession spéciales aux apanages, ils n'en jouirent pas moins, étant donné leur appartenance à la famille royale, d'une situation privilégiée par rapport aux autres vassaux royaux. S'ils prêtaient hommage au roi, ils refusaient, comme le roi lui-même, de prêter hommage à tout seigneur dont ils pouvaient tenir un fief. Ainsi Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, refusa de prêter hommage, en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  APANAGE  » est également traité dans :

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art de cour en France à la fin du XIVe siècle et les grands apanages »  : […] Les inventaires de Charles V (3 900 objets), ainsi que le banquet de huit cents couverts offert en 1378 à Paris par Charles V à l'empereur Charles IV et que décrivent les Grandes Chroniques , donnent une image du luxe à la cour de France. Les seules épaves en sont la coupe d'or émaillée de la Vie de sainte Agnès au British Museum, le sceptre du sacre, qui illustre la légende de Charlemagne et dont […] Lire la suite

MONOPOLISATION PROCESSUS DE

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 981 mots

Dans son ouvrage Über den Prozess der Zivili s ation ( Sur le processus de civilisation ), paru initialement en 1939, le sociologue d’origine allemande Norbert Elias propose une analyse de la genèse de l’État à deux niveaux, sociogenèse et psychogenèse, mettant en évidence un processus de « conquête monopolistique » conduisant, dans une logique de concurrence pour les ressources, à la constitu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE GOFF, « APANAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/apanage/