Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) roi de France (1285-1314)

Le règne de Philippe IV le Bel, monté sur le trône de France à l'âge de dix-sept ans, à la mort de son père Philippe III, le 5 octobre 1285, est considéré par les historiens comme un des plus importants et des plus déconcertants de l'histoire de France.

Son importance tient au fait que le royaume de France apparaît alors au sommet de sa puissance médiévale : c'est le plus peuplé de la Chrétienté (de 13 à 15 millions d'habitants, le tiers de la Chrétienté latine). Il connaît une grande prospérité économique (extension maximale des défrichements, apogée des foires de Champagne, par exemple), le pouvoir monarchique accomplit de tels progrès qu'on voit dans Philippe le Bel, entouré de ses conseillers instruits en droit, les « légistes », le premier souverain moderne d'un État fort et centralisé.

Et pourtant, ce tableau optimiste ne cadre pas avec d'autres constatations. Un profond malaise économique semble latent, que manifestent les nombreuses mutations monétaires (dévaluations ou, plus rarement, réévaluations) ; à la fin du règne, le déclin des foires de Champagne concurrencées par le commerce maritime direct des Italiens avec l'Europe du Nord et, au lendemain de la mort du roi, la grande famine de 1315-1317.

Par ailleurs, des études plus minutieuses montrent un roi connaissant mal son royaume et incapable d'en maîtriser l'étendue (Fawtier), échouant à établir des impôts directs, impuissant à disposer d'une administration efficace (Strayer). Une série de procès et de scandales, mi-politiques, mi-privés, entourent la figure du roi d'un halo douteux : procès de l'évêque de Troyes, Guichard, accusé d'avoir fait mourir la reine par sorcellerie ; procès de l'évêque de Pamiers, Bernard Saisset, qui aggravera le différend du roi avec la papauté ; procès des Templiers ; emprisonnement des brus du roi et exécution de leurs amants.

Enfin, ce roi reste énigmatique. A-t-il été l'instigateur de la politique française ou un simple instrument entre les mains de ses conseilleurs ? Les chroniqueurs contemporains, hostiles pour la plupart aux aspects fiscaux et monétaires de cette politique, penchent pour la seconde hypothèse et font de Philippe IV un souverain mal conseillé. Mais c'est là une idée reçue de la littérature concernant les rois.

Il reste que, derrière ces incertitudes, on entrevoit en Philippe le Bel un type de roi qui n'est plus celui du Moyen Âge classique. Bien que l'on ait insisté sur sa piété et que son gouvernement ait continué l'évolution vers la spécialisation et la centralisation amorcée au moins sous Philippe Auguste, bien qu'il ait eu une vénération spéciale pour son grand-père dont il obtint la canonisation (1297), il apparaît comme un « anti-Saint Louis ». Un leitmotiv de cette époque est de déplorer les détériorations survenues depuis « le temps monseigneur Saint Louis », considéré comme le bon temps ; on pressent ainsi qu'avec ce roi d'un nouveau modèle c'est une autre époque qui s'annonce. Il ne faut pas cependant exagérer la « modernité » de Philippe le Bel et de la France de son temps.

Le roi et son Conseil

On possède peu de renseignements sur le physique, le caractère et la vie privée de Philippe le Bel. Son surnom, qui lui fut donné de son vivant, témoigne de l'habitude de l'entourage royal et de l'opinion publique de voir dans ses rois des incarnations du type idéal du chevalier, beau ou hardi (Philippe III) plus encore que bon (Jean II) ou sage (Charles V).

« D'une race royale et très sainte »

Le récit, par un envoyé de la cour de Majorque, de la mort et des funérailles de Philippe le Bel fournit des renseignements précieux sur le roi et le cérémonial monarchique. Le roi fut frappé d'une attaque le 4 novembre 1314, dans la forêt de Pont-Sainte-Maxence[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANAGNI ATTENTAT D' (1303)

    • Écrit par Vincent GOURDON
    • 216 mots

    Au tournant du xiiie siècle, plusieurs querelles éclatent entre le pape Boniface VIII et le roi de France Philippe IV le Bel. À propos de la levée d'une décime sur le clergé (1296) ou de la volonté du roi de juger un évêque, celui de Pamiers, Bernard Saisset (1301), le pape affirme la thèse de...

  • BILLON

    • Écrit par Jean DÉRENS
    • 702 mots

    Terme qui désigne les monnaies de métal vil, ou de métal précieux dont le titre est très fortement altéré. Les monnaies de billon ne doivent leur pouvoir libératoire qu'à la confiance du public et leur valeur intrinsèque est toujours très inférieure à leur valeur nominale. Le terme est le plus...

  • BONIFACE VIII (1235-1303)

    • Écrit par Marie-Dominique CHENU
    • 1 632 mots
    • 1 média
    ...l'indépendance des revenus de l'Église contre les prétentions des princes à lever des taxes pour financer leurs entreprises belliqueuses. C'est en France, face à Philippe le Bel, que l'impact de cette politique fut le plus rude. Aussi bien, par-delà les personnes en conflit, la situation était-elle provocante, car,...
  • CAPÉTIENS (987-1498)

    • Écrit par Jacques LE GOFF
    • 8 060 mots
    De Philippe II Auguste (1180-1223) à Philippe IV le Bel (1285-1314), cinq souverains d'envergure, dont trois ont un règne d'une longueur et d'une importance exceptionnelles (Philippe Auguste, Louis IX et Philippe le Bel), règnent sur un pays qui devient le plus prospère, le plus...
  • Afficher les 16 références

Voir aussi