NOVOTNY ANTONÍN (1904-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'ouvrier, Antonín Novotny adhère à dix-sept ans au Parti communiste tchécoslovaque qui vient de se constituer. Ce jeune serrurier de la banlieue de Prague gravira peu à peu les échelons d'une carrière d'apparatchik commencée dès 1929. Membre du comité régional du parti pour la ville de Prague, il fera partie en 1935 de la délégation du Parti communiste tchécoslovaque au VIIe congrès de l'Internationale communiste sans pour autant prendre part à ses débats ni se faire élire dans ses instances.

En 1937-1938, il est secrétaire du comité du parti pour la Moravie du Sud, dont il dirige le journal Moravské Slovácko. Pendant l'occupation allemande, il exerce des fonctions assez importantes dans l'organisation du parti à Prague. C'est de là qu'il est déporté en septembre 1941 dans le camp de Mauthausen, où il évite de s'engager ouvertement dans la résistance. Les dirigeants du Parti communiste soviétique et du Parti communiste tchécoslovaque le savent : désormais, il sera leur otage, ce qui le rendra plus fidèle et plus soumis que jamais. Secrétaire du comité du P.C. à Prague, où il remplace les résistants turbulents, il est élu en 1946 au comité central.

Après le « coup de Prague » en février 1948, ce spécialiste de l'organisation devient député. Il joue un rôle majeur lors de l'instruction des procès politiques grâce au contrôle qu'il exerce sur les documents du parti et des ministères. En septembre 1951, il profite des purges pour se faire nommer secrétaire du comité central, membre de son présidium et de son secrétariat politique. Il adopte une ligne d'autant plus dure qu'il sait que les résistants et les déportés inculpés peuvent être amenés à évoquer son propre passé. À la mort de Gottwald, en 1953, il devient premier secrétaire et « joue » la carte Khrouchtchev contre Malenkov. Cela ne l'empêche pas de mettre en scène huit nouveaux procès qui se solderont par de nouvelles exécutions.

À la fin de 1955, il est contraint d'entrouvrir le dossier des procès antérieurs à 1953. L'affaire hongroise lui permet de le refermer et de réprimer les oppositions des intellectuels et des Slovaques en arguant de la nécessité d'une politique « antirévisionniste ».

Après la mort du président Zápotocky, en novembre 1957, Novotny accède à la magistrature suprême. Réélu premier secrétaire du parti, il bloque les réhabilitations, dénonçant en Slánsky le « Béria tchécoslovaque », un mois après le XXIIe congrès du P.C.U.S. Il se heurte alors à la Cour suprême et doit faire machine arrière, sacrifiant son ministre de l'Intérieur comme bouc émissaire.

Chacune des mesures libérales apparaît comme un recul personnel du président, qui ne se résout pas à faire passer dans les faits la réforme économique amorcée en 1963. Un mois après la chute de Khrouchtchev, qui remet en cause le principe du cumul des fonctions, il se fait réélire à la présidence de la République. Novotny, homme méfiant et vindicatif, néglige de consulter le comité central et son présidium. Son anti-intellectualisme irrite le monde de la culture et les techniciens. En 1967, face à la hausse des prix de gros, il saborde la réforme économique en alignant les entreprises modèles sur les usines déficitaires. La même année, il purge les intellectuels du parti, réprime brutalement les étudiants et pourfend le « nationalisme bourgeois » slovaque. Enfin, il songe à sacrifier ses collaborateurs responsables de ces secteurs difficiles. Certains d'entre eux l'abandonnent alors et font bloc, lors de l'assemblée plénière du comité central d'octobre 1967-janvier 1968, avec les Slovaques qui réclament la démocratisation du parti. Il tente alors un coup d'État dont l'échec précipitera sa défaite : le 5 janvier 1968, après une autocritique lénifiante, Novotny annonce lui-même sa démission du premier secrétariat.

Cependant, il ne désarme pas : en février, il fait la tournée des usines en prétendant que les « intellectuels » veulent s'attaquer au « niveau de vie des travailleurs ». Piètre orateur, il se heurte aux partisans de Dubček, qui font appel à l'opinion tout en donnant des gages de modération aux Soviétiques et aux soixante mille apparatchiki. En mars, la fuite aux États-Unis de son ami Šejna, le général escroc, entraîne sa démission de la présidence de la République et du présidium du comité central. Novotny refuse obstinément de quitter le comité central lui-même. Au début de juin, il en est exclu et suspendu du parti à l'unanimité après une longue cam [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  NOVOTNY ANTONÍN (1904-1975)  » est également traité dans :

ČERNÍK OLDŘICH (1921-1994)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Fils de mineur de la région d'Ostrava, Oldřich Černík est ouvrier métallurgiste de 1937 à 1949. Il s'intègre alors dans l'appareil du Parti communiste — dont il est membre depuis 1945 — et dans celui de l'État de sa région, la Moravie du Nord ; à partir de 1954, il préside le conseil régional de celle-ci. Les remous politiques, économiques et sociaux de l'année 1956 le poussent en avant. Černik en […] Lire la suite

HUSÁK GUSTÁV (1913-1991)

  • Écrit par 
  • Bernard FÉRON
  •  • 892 mots
  •  • 2 médias

Né à Bratislava, Gustáv Husák adhère au mouvement communiste alors qu'il est étudiant. Pendant la guerre, il prend une part active au travail clandestin du parti. Il est l'un des organisateurs du soulèvement de la Slovaquie en 1944. Il est alors nommé membre du præsidium du comité central et vice-président du Parti communiste en Slovaquie. De 1946 à 1950, il préside le Conseil des commissaires (qu […] Lire la suite

PRAGUE (PRINTEMPS DE)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 983 mots
  •  • 2 médias

La période de libéralisation et de démocratisation du système socio-politique tchécoslovaque dite Printemps de Prague a été préparée dès le début des années 1960. À partir de 1961, le pays subit en effet une crise sans précédent : le système d'économie extensive, calqué sur celui de l'U.R.S.S., ne convient plus à ce pays industrialisé ; de 1961 à 1965, le taux de croissance stagne puis baisse, de […] Lire la suite

ŠIK OTA (1919-2004)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 882 mots

Né à Plzeň, Ota Šik est d'abord technicien dans l'industrie électrique. En 1940, il adhère au Parti communiste tchécoslovaque (P.C.T.) et connaît la déportation à Mauthausen, où il restera cinq ans sans cesser de militer. De 1947 à 1952, il étudie à l'Institut d'études politiques et sociales de Prague, où il sera, de 1952 à 1958, assistant puis professeur d'économie politique. Malgré une attitude […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 877 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les grands procès »  : […] Les tensions sociales que provoquait une telle politique, le climat international de « guerre froide » et surtout les suites de la rupture entre Staline et Tito sont à l'arrière-plan de la phase de répression qui culmina avec les grands procès qui décimèrent la direction même du parti. Entre 1949 et 1954, plus de 40 000 personnes furent condamnées selon une nouvelle législation concernant la sûre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « NOVOTNY ANTONÍN - (1904-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antonin-novotny/