ŠIK OTA (1919-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Plzeň, Ota Šik est d'abord technicien dans l'industrie électrique. En 1940, il adhère au Parti communiste tchécoslovaque (P.C.T.) et connaît la déportation à Mauthausen, où il restera cinq ans sans cesser de militer. De 1947 à 1952, il étudie à l'Institut d'études politiques et sociales de Prague, où il sera, de 1952 à 1958, assistant puis professeur d'économie politique. Malgré une attitude dure dans la campagne contre les économistes de son ancien parti (social-démocrate), il connaît une disgrâce politique de 1952 à 1958 et perd ses fonctions à la direction du comité régional du P.C.T. à Prague. En 1957 et 1958, il est un des premiers à réclamer que l'on revienne sur l'élimination artificielle des relations monétaires. Une telle pratique avait été inaugurée en Russie après 1917 dans le cadre du communisme de guerre, puis appliquée de nouveau au début de la N.E.P. (Nouvelle Politique économique). Dans la phase d'économie dite de transition où se trouve alors la Tchécoslovaquie, elle permet d'améliorer la question économique en rendant aux prix leur vérité ; elle désorganise en contrepartie la vie économique, tout développement des échanges sous forme de trocs et de transferts de produits supposant un lourd appareil bureaucratique. Malheureusement, le « Système de gestion améliorée » qu'il préconise alors est remis en cause du fait de la nouvelle campagne antiyougoslave. Il n'en demeure pas moins, à partir de 1958, membre du comité central du P.C.T., tout en se cantonnant dans la recherche scientifique. Prorecteur puis, de 1963 à 1968, directeur de l'Institut d'économie rattaché à l'Académie des sciences, il anime la commission pour la réforme économique créée en 1963. Cette année-là, le taux de croissance annuel se transforme en un mouvement de décroissance et donne une baisse de 3 p. 100 du produit national. L'assainissement qu'il opère est bloqué par la prééminence du plan quinquennal et par l'hégémonie des novotnystes au sein du présidium du comité central, lesquels peuvent alors s'appuyer sur leur appareil anonyme et tout-puissant. Ses interventions courageuses en faveur d'une vérité des prix le rendent populaire : en juin 1966, au XIIIe congrès du parti, Novotny ne parvient pas à le faire taire, mais censure son intervention.

Au plénum du comité central de décembre 1967-janvier 1968, il prononce un réquisitoire implacable contre le gaspillage économique, l'absence de démocratie dans le parti et le poids exorbitant de la police sur la politique. Cet homme prudent reconnaît qu'il n'a « plus rien à perdre ». Lors du Printemps de Prague, présent dans tous les milieux, il répond du tac au tac à la démagogie ouvriériste et à l'esprit de censure. Sous la pression des travailleurs, Ota Šik devient le 8 avril 1968 vice-président du Conseil sans se laisser ligoter par le novotnyste Strougal. Il propose alors de joindre la rigueur et la technicité à la liberté d'expression et à la prise en charge de la réforme par les travailleurs eux-mêmes, organisés en conseils. Dès le 27 juin 1968, les conservateurs du présidium réclament son éviction. ; devant la pression soviétique, Dubček s'engage à éliminer Ota Šik lors de la conférence de Bratislava (1er août 1968). Celui-ci, qui ignore tout, part en vacances en Yougoslavie. Au lendemain de l'invasion soviétique, le XIVe congrès clandestin du P.C.T. l'élit au présidium du comité central ; le 3 septembre, il est « démissionné » par le gouvernement Hušak et à la demande des Soviétiques ; quinze jours plus tard, il est nommé conseiller commercial à l'ambassade de Belgrade alors qu'une violente campagne de presse est déclenchée contre lui dans la Pravda et le Neues Deutschland. Il doit se sacrifier et s'installe alors près de Bâle, à Saint-Gall, où il poursuit son œuvre d'universitaire.

Homme politique et homme de sciences, Ota Šik a su analyser mieux que quiconque les défauts de l'économie extensive, cela notamment dans ses deux livres Économie, intérêts et politique (1962) et Sur la problématique des rapports marchands socialistes (1965). Il prône en échange l'adoption du marché comme indicateur de la bonne marche de l'entreprise socialiste et la réduction de l'intervention de l'État à la planification macro-économique à long terme (cf. La Vérité sur l'économie tchécoslovaque, 1968). Ces options lui ont fait remettre en cause les définitions habituelles, « très abstraites », des systèmes capitaliste et socialiste au profit d'une alliance entre un management scientifique et la démocratie industrielle.

Ota Šik, qui a obtenu en 1970 l'asile politique en Suisse où il est resté vingt ans, s'était vu attribuer l'ordre du 25-Février en 1948 et le prix d'État Klement Gottwald en 1966. Il est revenu brièvement à la vie politique après la « révolution de velours » (nov.-déc. 1989), en tant que conseiller économique du président tchécoslovaque Václav Havel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, diplômé de l'École nationale des langues orientales, chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  SIK OTA (1919-2004)  » est également traité dans :

ČERNÍK OLDŘICH (1921-1994)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Fils de mineur de la région d'Ostrava, Oldřich Černík est ouvrier métallurgiste de 1937 à 1949. Il s'intègre alors dans l'appareil du Parti communiste — dont il est membre depuis 1945 — et dans celui de l'État de sa région, la Moravie du Nord ; à partir de 1954, il préside le conseil régional de celle-ci. Les remous politiques, économiques et sociaux de l'année 1956 le poussent en avant. Černik en […] Lire la suite

VARSOVIE (PACTE DE)

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI, 
  • Universalis
  •  • 5 956 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « souveraineté limitée » »  : […] La déclaration de Leonid Brejnev du 2 juillet 1968, selon laquelle « l'U.R.S.S. ne peut être indifférente et ne le sera jamais aux destinées de la construction du socialisme dans les autres pays, ainsi qu'à la cause commune du socialisme mondial », est particulièrement significative. Prononcée peu avant l'intervention en Tchécoslovaquie, elle traduit l'une des préoccupations majeures de Moscou. E […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vladimir Claude FISERA, « ŠIK OTA - (1919-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ota-sik/