ANTIQUITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Antiquité comme objet scientifique

Quel que soit le camp choisi, cette querelle supposait que l'on dispose de critères rationnels, universellement valides pour juger les productions d'époques différentes. Elle devenait caduque à partir du moment où le caractère historique de l'humanité était pris en compte : il s'agissait alors non plus de juger, mais de comprendre comment des mondes historiques différents sont pensables ; ainsi, les nouvelles sciences historiques apparues à la fin du xviiie siècle ne s'intéressent plus directement aux œuvres de l'Antiquité, mais à leurs conditions de possibilité.

Le débat sur la spécificité de l'Antiquité a été vif dans deux traditions intellectuelles qui avaient été marquées par la Querelle, en Allemagne et en France. La coupure entre Anciens et Modernes paraissait moins pertinente pour une pensée empiriste comme celle qui règnait en Angleterre.

En Allemagne, peu après 1800, avec la création d'une « science de l'Antiquité » unifiée, la culture ancienne était posée comme objet de science dans la totalité de ses aspects. L'Antiquité grecque et romaine valait, par rapport à une civilisation moderne morcelée, précisément par son harmonie. C'était une culture libre, originale, qui avait su créer un lien organique entre tous ses composants (économie, politique, religion, art, langage). Le philologue Friedrich-August Wolf (1759-1824) qui, le premier, avait défini cette science, en avait exclu les Hébreux, car leur culture restait trop peu unifiée : ils n'avaient pas su élaborer une poésie qui fût à la hauteur de la révélation divine qu'ils avaient reçue. Cette nouvelle science donnant la primauté à l'idée de la spontanéité, de l'originalité harmonieuse de la Grèce, il était posé que la Grèce pouvait être étudiée pour elle-même, sans considération des influences orientales qu'elle avait connues. Une telle conception de l'individualité grecque et de son prolongement romain (considéré comme productif seulement jusqu'à la fin des empereurs antonins, en 192 apr. J.-C.) fut indéfiniment répétée, alors même que la science de l'Antiquité se scindait en disciplines techniques spécialisées (philologie, archéologie, etc.), sans jamais accomplir sa promesse. Des historiens comme Gustav Droysen (1808-1884) ou Leopold von Ranke (1795-1886) ont contesté ce programme et insisté sur le caractère relatif de l'Antiquité, qui n'était qu'une étape de l'histoire universelle.

En France, à la même époque, l'Antiquité est envisagée de manière différente. Une scission s'est maintenue entre un intérêt pour « les Antiquités », avec le développement de l'archéologie (comme en Angleterre), qui accompagnait une politique quasi coloniale en Méditerranée, et un intérêt pour les œuvres littéraires. Il ne s'agissait donc pas de retrouver un « esprit » antique unifié. Mais l'orientation méthodique est la même dans ces deux domaines. Contre la spéculation « allemande », d'inspiration romantique, l'accent est mis sur l'observation. Concernant la littérature, l'étude porte, d'une part, sur la langue, envisagée de manière comparatiste dans ses relations avec les autres langues indo-européennes et, de l'autre, sur les « faits de conscience » tels qu'ils ont été consignés dans les mythes (selon l'impulsion donnée par le philosophe Victor Cousin [1792-1867]). Au-delà de la Grèce et de Rome s'ouvrait ainsi la perspective d'une mythologie comparée. Le point de vue n'est pas centré sur une individualité historique, la Grèce et sa tradition romaine, mais sur les règles qui structurent l'esprit humain.

L'évolution de ces deux traditions différentes a fait que le terme « Antiquité » ne désigne plus désormais qu'une période historique, sans idéal sous-jacent. Les antiquisants contemporains ont rompu avec l'idée de décadence de l'Empire romain, notamment Peter Brown et Henri-Irénée Marrou : chaque époque, même tardive, comme celle de Constantin (ive siècle) se voit reconnaître sa créativité propre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANTIQUITÉ  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

L'histoire des droits antiques du monde méditerranéen, à l'exception du droit romain, s'échelonne sur plus de deux millénaires, depuis les fragments du code sumérien d'Ur-Nammu (env. 2080 av. J.-C.) jusqu'aux documents papyrologiques de l'Égypte lagide (iiie-ier […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

On méconnaîtrait l'importance culturelle de la philosophie antique si l'on n'y voyait qu'une période – la première, donc la plus fruste – dans le développement d'une activité intellectuelle spécifique, et clairement définie, qui serait la philosophie. En réalité, l'Antiquité, et singulièrement l'Antiquité grecque, est le lieu de naissance de […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

La question des rapports entre le christianisme primitif et l'Antiquité classique appelle un double travail de réflexion : on rencontre d'abord un problème préjudiciel et théorique, qui est de décider dans quel sens l'on peut envisager l'hypothèse d'une influence exercée sur les croyances et les pratiques chrétiennes par le […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Noël DUVAL
  •  • 4 295 mots
  •  • 3 médias

L'expression « Antiquité tardive » est d'usage plutôt récent en France alors que le mot Spätantike a été employé par l'historiographie allemande dès le début du xxe siècle pour définir une période, un goût, un style et que l'érudition anglo-saxonne s'est intéressée de tout temps (l'historien Gibbon au xviii […] Lire la suite

CABINET DE CURIOSITÉS ou WUNDERKAMMER

  • Écrit par 
  • Myriam MARRACHE-GOURAUD
  •  • 4 019 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le cabinet d’étude  »  : […] Recueillir des spécimens naturels permet de les observer et de les manipuler, afin de les identifier et d’en percer les mystères. C’est pourquoi le cabinet ne se sépare pas d’une bibliothèque, dont il est en fait le prolongement matériel. La présence de l’objet permet de compléter la consultation des traités et les connaissances livresques. C’est là une orientation majeure de la science de la Ren […] Lire la suite

L'ANTIQUITÉ RÊVÉE. INNOVATIONS ET RÉSISTANCES AU XVIIIe SIÈCLE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 079 mots

C'est une exposition remarquable que le musée du Louvre a offerte à son public avec L'Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIII e   siècle (2 décembre 2010-14 février 2011). À travers un choix de plus de cent cinquante œuvres majeures, l'ambition était d'illustrer la naissance du mouvement dit néo-classique, qui, au xviii e  siècle, a porté de nouveau l'Europe entière vers la redécouve […] Lire la suite

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Dans le chapitre « Prostitution et citoyenneté dans l’Antiquité »  : […] Dans l’Antiquité, la relation entre prostitution et citoyenneté prédomine. Cette dernière repose sur l’autonomie intellectuelle et corporelle de la personne, tandis que la prostitution est considérée comme une soumission au plaisir d’autrui. Ainsi, le citoyen qui se prostitue, assimilé alors à un esclave, perd ses droits civiques. Au contraire, le recours à la prostitution, jamais interdit, s’int […] Lire la suite

SURVIVANCE, arts

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Sylvie RAMOND
  •  • 1 139 mots

La notion de « survivance » est centrale pour l'histoire de l'art depuis que l'historien de l'art allemand Aby Warburg (1866-1929) l'a placée au cœur de son dispositif intellectuel et léguée comme une question essentielle. Nulle autre œuvre que la sienne, après celle de son compatriote Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), n'aura d'ailleurs marqué de manière aussi décisive la discipline, en rep […] Lire la suite

TRANSFERTS CULTURELS

  • Écrit par 
  • Michel ESPAGNE
  •  • 4 519 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Postcolonialisme et transferts culturels »  : […] La question du postcolonialisme n’est pas sans lien avec celle des transferts culturels. Il s’agit bien de s’intéresser à des formes culturelles résultant de rencontres entre les pays anciennement colonisés et l’héritage intellectuel des colonisateurs. Par exemple, l’incidence des cultures africaines sur l’esthétique ou les littératures française ou anglaise est tout aussi forte que les traces la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 septembre 2018 Brésil. Incendie du Musée national de Rio de Janeiro.

D’une superficie de treize mille mètres carrés, ce musée créé en 1818 renfermait des millions de pièces de valeur, notamment dans ses départements Antiquité et Paléontologie. Des coupes budgétaires dans le budget de fonctionnement expliquent les défaillances des systèmes de sécurisation du bâtiment. […] Lire la suite

19-20 mai 2015 France. Publication contestée de la réforme du collège.

« langues et cultures de l’Antiquité », ainsi que la suppression des classes bilangues et des sections européennes au profit de l’introduction de la seconde langue vivante dès la classe de cinquième. Ces deux mesures destinées, selon le ministère, à lutter contre l’« élitisme » de ces enseignements sont contestées par les professeurs de latin, de grec et d’allemand. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre JUDET DE LA COMBE, « ANTIQUITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite/