RANKE LEOPOLD VON (1795-1886)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des classiques de l'historiographie germanique, Leopold von Ranke a exercé une grande influence sur la pensée historico-politique en Allemagne au xixe siècle, notamment en introduisant dans ce domaine la méthode critique de l'exploitation des sources.

Né en Saxe, Ranke fut marqué, dans son milieu familial, par un christianisme d'inspiration luthérienne et par le néo-humanisme ; il resta étranger au mouvement national des guerres de l'indépendance. Après des études de théologie et de philologie à Leipzig, il renonça à l'exercice du ministère ecclésiastique et devint professeur de lycée ; à partir de 1825, il enseigna à l'université de Berlin. Dès sa jeunesse, Ranke cherchait Dieu dans l'histoire, convaincu de l'existence d'un lien étroit entre l'idée divine et l'histoire de l'humanité. Affirmant que chaque génération est en relation directe avec Dieu et qu'elle doit être comprise par elle-même, il rejetait l'idée de progrès, ainsi que la conception selon laquelle l'histoire consisterait en une multiplicité chaotique de phénomènes sans relations mutuelles. Vivant dans la foi en une manifestation de Dieu dans l'histoire, Ranke donne pour caractéristique à son historiographie l'aspiration à une objectivité affranchie de toute influence subjective.

Dans sa première publication, en 1824, Geschichte der romanischen und germanischen Völker 1494-1535, il annonce l'idée dominante de toutes ses œuvres ultérieures et il formule dans la préface de cet ouvrage l'allégation, restée célèbre, selon laquelle l'historiographie doit dire ce qui s'est réellement passé, le rôle de l'historien n'étant ni de juger le passé ni d'en tirer des enseignements au profit du monde futur. L'idée de la transformation du monde romano-germanique du Moyen Âge en individualités politiques est encore plus accentuée dans le livre intitulé Die Fürsten und Völker von Südeuropa, die Osmanen und die spanische Monarchie im 16. und 17. Jahrhundert.

S'étant lentement habitué à vivre en Prusse, Ranke ne cachait pas qu'il était par principe du côté de la monarchie et de l'ordre social établi. Directeur de l'officielle Historisch-politische Zeitschrift, il devint, en ce pays, après 1830, le défenseur de la politique d'une bureaucratie progressiste contre la critique libérale et l'opposition réactionnaire. Sans renier, en son principe, cette conception contemporaine de la restauration, il s'associa par la suite à la politique de Frédéric Guillaume IV. Plus tard, se consacrant essentiellement à ses travaux historiques, il s'éloigna de la politique prussienne, sans pourtant entrer en opposition avec elle.

La renommée internationale de Ranke est fondée sur son ouvrage Die römische Päpste, ihre Kirche und ihr Staat (1834-1836), à la suite duquel il se tourna vers l'histoire de son peuple, avec Deutsche Geschichte im Zeitalter der Reformation (1839-1847), ouvrage qui servit de fondement scientifique à l'histoire ecclésiastique de l'époque. Dans ses Neuen Bücher preussischer Geschichte (1847-1848), il évoquait l'accession de la Prusse au rang de puissance européenne, mais se heurta à l'opinion publique qui regrettait qu'il n'eût pas souligné la vocation expansionniste de cet État. Il resta étranger au réalisme de la politique nationale de l'Allemagne, ses convictions conservatrices l'empêchant d'approuver le caractère révolutionnaire d'un tel mouvement et lui faisant redouter de nouvelles révolutions sociales.

Les œuvres postérieures de Ranke telles que Französische Geschichte vornehmlich im 16. und 17. Jahrhundert (1852-1861) et Englische Geschichte vornehmlich im 17. Jahrhundert (1859-1868), qui ne voulaient pas être des histoires de la France ni de l'Angleterre, cherchaient à montrer à quel point ces deux pays étaient dépositaires de grands courants intellectuels.

Après 1871, Ranke, qui ne pensa nullement à devenir le héraut d'une nouvelle grandeur allemande dans l'ivresse de la victoire, fut néanmoins profondément ému par l'achèvement de l'unité allemande. Âgé et solitaire, il cessa de participer à la politique et se consacra à la rédaction d'une Weltgeschichte, sans se préoccuper de l'avenir de son peuple ni du proche destin du monde européen. Ayant été et demeurant un scrupuleux connaisseur du passé, il ne fut jamais le pro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, Institut historique allemand, Paris

Classification

Autres références

«  RANKE LEOPOLD VON (1795-1886)  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « L'historisme »  : […] En Allemagne, une notion en a exprimé le mouvement : l'historisme ( historismus ). Expression polysémique, elle se réfère notamment à un courant historique qui se démarque de la philosophie spéculative de l'histoire et des Lumières ; elle privilégie une démarche empirique, érudite et philologique, qui se fonde sur la critique méthodique des sources. Wilhelm von Humboldt (1867-1835), fondateur de […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire des relations internationales

  • Écrit par 
  • Robert FRANK
  •  • 4 386 mots

Dans le chapitre « Les écoles en Europe et en Amérique »  : […] En Italie, les débats ont été importants entre Mario Toscano, le tenant de l'histoire diplomatique classique, et Federico Chabod, qui a inspiré Renouvin par ses réflexions sur les rapports entre l'opinion publique et la politique extérieure. Chabod a ouvert la voie à la constitution de l'« école de Milan » autour de Brunello Vigezzi. La question de l'idéologie attire évidemment l'attention de ceu […] Lire la suite

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 442 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'« école historique » »  : […] Contre les illusions de la spéculation qui confond la réalité de l'histoire avec celle de la conscience de soi, les jeunes hégéliens ont exercé leur critique. C'est en partant de cette critique que la vision de l'historicité de l'homme se radicalise dans les premiers écrits de Karl Marx : la nature de l'homme est l'histoire ; son travail fait de lui ce qu'il est. Par là, au fond, les jeunes hégéli […] Lire la suite

MEINECKE FRIEDRICH (1862-1954)

  • Écrit par 
  • Christoph BRÜLL
  •  • 1 109 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historien des idées politiques »  : […] Dès 1893, Meinecke est étroitement lié à la Historische Zeitschrift ( Revue historique ), le principal organe de publication de la science historique allemande. Il est d’abord rédacteur, puis il en devient le coéditeur en 1896 avant d’en être écarté par le régime nazi en 1935. En 1934, il avait déjà dû abandonner la présidence de la Commission historique du Reich. Relevé de toute fonction offici […] Lire la suite

Pour citer l’article

Karl HAMMER, « RANKE LEOPOLD VON - (1795-1886) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-von-ranke/