RANKE LEOPOLD VON (1795-1886)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des classiques de l'historiographie germanique, Leopold von Ranke a exercé une grande influence sur la pensée historico-politique en Allemagne au xixe siècle, notamment en introduisant dans ce domaine la méthode critique de l'exploitation des sources.

Né en Saxe, Ranke fut marqué, dans son milieu familial, par un christianisme d'inspiration luthérienne et par le néo-humanisme ; il resta étranger au mouvement national des guerres de l'indépendance. Après des études de théologie et de philologie à Leipzig, il renonça à l'exercice du ministère ecclésiastique et devint professeur de lycée ; à partir de 1825, il enseigna à l'université de Berlin. Dès sa jeunesse, Ranke cherchait Dieu dans l'histoire, convaincu de l'existence d'un lien étroit entre l'idée divine et l'histoire de l'humanité. Affirmant que chaque génération est en relation directe avec Dieu et qu'elle doit être comprise par elle-même, il rejetait l'idée de progrès, ainsi que la conception selon laquelle l'histoire consisterait en une multiplicité chaotique de phénomènes sans relations mutuelles. Vivant dans la foi en une manifestation de Dieu dans l'histoire, Ranke donne pour caractéristique à son historiographie l'aspiration à une objectivité affranchie de toute influence subjective.

Dans sa première publication, en 1824, Geschichte der romanischen und germanischen Völker 1494-1535, il annonce l'idée dominante de toutes ses œuvres ultérieures et il formule dans la préface de cet ouvrage l'allégation, restée célèbre, selon laquelle l'historiographie doit dire ce qui s'est réellement passé, le rôle de l'historien n'étant ni de juger le passé ni d'en tirer des enseignements au profit du monde futur. L'idée de la transformation du monde romano-germanique du Moyen Âge en individualités politiques est encore plus accentuée dans le livre intitulé Die Fürsten und Völker von Südeuropa, die Osmanen und die spanische Monarchie im 16. und 17. Jahrhundert.

S'étant lentement habitué à vivre en Prusse, Ranke ne cachait pas qu'il était pa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en philosophie, Institut historique allemand, Paris

Classification


Autres références

«  RANKE LEOPOLD VON (1795-1886)  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « L'historisme »  : […] les éléments théoriques qui se sont incarnés exemplairement dans l'œuvre de Leopold von Ranke (1795-1886). « La tâche de l'historien », selon Humboldt, est d'« exposer ce qui a eu lieu », formule à laquelle Ranke donna toute sa consistance : « On a autrefois donné à l'histoire la fonction de juger le passé, d'éclairer les contemporains au bénéfice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-courants-et-ecoles-historiques/#i_36500

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire des relations internationales

  • Écrit par 
  • Robert FRANK
  •  • 4 386 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écoles en Europe et en Amérique »  : […] historiques se sont longtemps polarisés autour de la question de la primauté de la politique extérieure sur la politique intérieure ou inversement. Pour Leopold von Ranke, historien du xixe siècle, les relations d'un pays avec l'étranger conditionnaient la vie politique intérieure. En 1961, un retentissant ouvrage de Fritz Fischer sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-des-relations-internationales/#i_36500

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 442 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'« école historique » »  : […] apparaître qu'historiquement, c'est aussi la conviction de l'école historique. Ainsi Ranke commence à développer sa propre pensée historique par la critique d'un concept de l'État, fondé sur le droit naturel. Par ailleurs, il reste, d'une certaine manière, plus proche de Hegel (et de Fichte) qu'il ne veut le reconnaître d'après le principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_36500

MEINECKE FRIEDRICH (1862-1954)

  • Écrit par 
  • Christoph BRÜLL
  •  • 1 109 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historien des idées politiques »  : […] de théoriciens de l’État, mais aussi leur signification pour certains hommes politiques. Le second ouvrage traite des origines de la conscience historique, laquelle aurait trouvé son expression la plus forte chez l’historien von Ranke. La caractéristique principale de l’œuvre de Meinecke est de ne pas considérer la nation et l’État comme des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-meinecke/#i_36500

Pour citer l’article

Karl HAMMER, « RANKE LEOPOLD VON - (1795-1886) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-von-ranke/