ANTIBIORÉSISTANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les nouvelles technologies au service de la lutte contre l’antibiorésistance

Pour continuer la lutte contre l’antibiorésistance, le microbiologiste est en première ligne dans les laboratoires pour isoler les bactéries pathogènes, détecter et interpréter les éventuels mécanismes de résistance associés. C’est un métier en perpétuelle évolution qui doit s’adapter et évoluer aussi rapidement que l’antibiorésistance. L’apport des nouvelles technologies dans le suivi et la détection quasi quotidienne des mécanismes de résistance permettent de poursuivre la recherche et continuer le combat contre les infections bactériennes. Le développement de cette lutte s’opère à trois niveaux.

Le premier niveau est l’amplification du suivi classique de l’antibiorésistance. Le nombre de tests de détection des résistances au laboratoire est en perpétuelle augmentation. Parmi les tests classiques, l’antibiogramme reste la technique de référence car elle est bien standardisée, facilement applicable et réalisée au quotidien, mais la nécessité d’une culture bactérienne pure et le temps de pousse des bactéries (de 18 à 24 heures) constituent des freins à la prise en charge des patients dans un délai optimal. C’est pourquoi des tests rapides ont été développés afin de pouvoir isoler beaucoup plus vite les patients dans le but d’empêcher leur dissémination et la survenue d’épidémies. Dans ce cadre, les tests phénotypiques permettent en quelques minutes de mettre en évidence la présence d’enzymes liées à la résistance (pénicillinases, carbapénémases…). Les tests génotypiques recherchent quant à eux la présence d’un gène d’intérêt (gène de résistance ou de virulence) dans la bactérie. Ils sont souvent utilisés pour identifier rapidement un micro-organisme spécifique et (ou) un phénotype de résistance particulier et sont aujourd’hui bien adaptés au diagnostic de routine. C’est le cas, par exemple, du test recherchant la tuberculose résistante à la rifampicine et de celui recherchant le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline, menés directement à partir du prélèvement.

Le deuxième niveau est le développement du séquençage de l’ADN d’isolats et de prélèvements. L’essor de nouveaux outils technologiques permet aussi d’accéder rapidement à de plus grandes quantités d’informations, en recherche, pour mieux comprendre la dissémination des gènes de résistance. Par exemple, le séquençage haut débit de l’ADN est un outil particulièrement efficace pour mettre en évidence la composition en gènes de résistance (dont l’ensemble est encore appelé « résistome ») d’un échantillon complexe, sans avoir besoin d’isoler au préalable les bactéries. Il peut s’appliquer à de nombreuses situations comme l’analyse du contenu génomique d’une souche bactérienne, d’un échantillon clinique ou environnemental (effluent, sol…). Le séquençage a par exemple permis d’améliorer la compréhension des supports des gènes de résistance et de virulence, d’établir des relations phylogéniques entre isolats du monde entier, de retracer l’apparition et la dissémination d’une épidémie ou d’un gène de résistance donné. Outre le séquençage haut débit, d’autres techniques ciblant l’ARN des bactéries (transcriptomique), les protéines exprimées à partir de ces ARN (protéomique) ou les métabolites (métabolomique) sont utilisées en recherche. L’ensemble de ces techniques permet de dessiner en un moment précis le paysage des résistances d’un échantillon, et d’en suivre l’évolution.

Enfin, le troisième niveau est l’intégration dans un réseau d’information. Outre ces technologies, l’amélioration des outils informatiques de surveillance et de communication ainsi que la création de nouveaux réseaux et de comités de surveillance permettent une coordination étroite afin de lutter efficacement contre l’apparition de nouvelles menaces. En effet, la surveillance est le meilleur outil de la lutte contre l’antibiorésistance. Cette surveillance permet surtout d’établir la prévalence et les tendances, de détecter les problèmes émergents, d’estimer le poids des BMR et BHRe en termes de santé publique, de suivre l’effet des interventions et de participer à l’élaboration de stratégies à l’échelle planétaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Répertoire des résistances bactériennes aux antibiotiques

Répertoire des résistances bactériennes aux antibiotiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Principaux mécanismes de résistance

Principaux mécanismes de résistance
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Progression de la résistance aux antibiotiques

Progression de la résistance aux antibiotiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Antibiogrammes de Klebsiella pneumoniae sensibles et résistants

Antibiogrammes de Klebsiella pneumoniae sensibles et résistants
Crédits : Sylvain Meyer

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : pharmacienne-biologiste spécialisée, Laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : assistant hospitalo-universitaire, Laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges
  • : professeure des Universités, praticienne hospitalière, Laboratoire de bactériologie virologie hygiène, CHU de Limoges

Classification

Autres références

«  ANTIBIORÉSISTANCE  » est également traité dans :

RÉSISTANCE BACTÉRIENNE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 774 mots

L'activité d'un antibiotique sur une souche bactérienne peut être évaluée par une donnée mesurable, caractéristique de la souche, que l'on appelle « concentration minimale inhibitrice » (C.M.I.) : c'est la plus faible concentration de l'antibiotique capable d'inhiber, in vitro, la croissance de cette bactérie. Cette donnée permet de définir la résistance bactérienne et a l'avan […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 940 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Utilisation croissante et inappropriée des antibiotiques en médecine humaine »  : […] Alexander Fleming mit très tôt l'accent sur la nécessité de traitements menés à leur terme et du respect des posologies, estimant que les prises inadéquates de pénicilline et des doses trop faibles étaient susceptibles de sélectionner des bactéries résistantes. Il était très inquiet des conséquences possibles de l'automédication par les antibiotiques. Ce danger était réel, puisque la pénicilline é […] Lire la suite

ANTIBIOTIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 471 mots

1903 Découverte du Trypan Röd (premier antibiotique anti-parasitaire) par Paul Ehrlich (1854-1915). 1909 Découverte du Salvarsan (606), puissant anti-syphilitique par Paul Ehrlich. 1921 Synthèse du Stovarsol (anti-microbien peu toxique dérivé de l'arsenic) par Ernest Fourneau (1872-1949). 1928 Découverte de l'action antibiotique du Penicillum par Alexander Fleming. 1935 Gehrad Dogmak (1895-1 […] Lire la suite

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 040 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dissémination des gènes »  : […] Le matériel génétique bactérien peut être transmis indépendamment de la division cellulaire et selon divers processus. La transformation est l'assimilation par une bactérie d'un morceau d'ADN libre provenant d'organismes décomposés dans le milieu qu'elle occupe. Elle l'intègre dans son propre génome ou au niveau de son plasmide. Les transferts d'ADN entre bactéries peuvent également se produire pa […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Génétique et pandémies »  : […] Le génome d’un virus ou d’une bactérie étudié au sein d’un laboratoire est caractérisé par une séquence unique et stable. Il n’en est pas de même dans la nature où de nombreux variants sont observés. Les génomes bactériens et viraux sont en effet sujets à une certaine instabilité responsable de variations importantes dans la pathogénicité des microorganismes. Ces variations peuvent consister en de […] Lire la suite

INTÉGRON

  • Écrit par 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY
  •  • 437 mots

Les intégrons constituent un système de capture et d'expression de gènes sous forme de cassettes. Celles-ci constituent des éléments mobiles capables d'être intégrés ou excisés dans un intégron par un mécanisme de recombinaison, spécifique de site, catalysé par une intégrase. Un intégron se compose d'un gène intI codant pour une intégrase et d'un site spécifique de recombinaison attI . Chaque cas […] Lire la suite

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 884 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Biofilms »  : […] Dans la nature, les biofilms sont des populations de micro-organismes intimement associées à des surfaces vivantes ou minérales par l'intermédiaire d'une substance muqueuse composée d'eau et de polymères biologiques (sucres, protéines, ADN, acides humiques). Ils sont présents partout : sur le tronc des arbres ou les galets du fond d'une rivière, mais aussi sur la coque des bateaux, à l'intérieur […] Lire la suite

NOSOCOMIALES INFECTIONS ou HOSPITALISME INFECTIEUX

  • Écrit par 
  • Gilles HAROCHE
  •  • 1 015 mots

On appelle infections nosocomiales, ou hospitalisme infectieux, les contaminations bactériennes ou virales consécutives à l'hospitalisation. Ces infections, encore appelées nosocomiales, sont très fréquentes puisqu'on estime qu'environ 5 p. 100 des patients admis dans un hôpital général en sont atteints, ce pourcentage s'élevant à 50 p. 100 ou plus dans certains services de réanimation. Les affect […] Lire la suite

O.G.M. - Les risques

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 713 mots

Dans le chapitre «  Les risques environnementaux »  : […] Les premiers risques qui peuvent résulter du transfert de gènes dans des organismes entiers concernent les recherches elles-mêmes. Celles-ci sont étroitement surveillées. En France, la Commission de génie génétique (C.G.G.), créée en 1989, est chargée de définir dans quelles conditions de confinement les expériences impliquant des O.G.M. doivent être conduites. Tous les projets, qu'ils soient aca […] Lire la suite

PARASEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • Jacques THÈZE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT, 
  • Philippe VIGIER
  •  • 5 380 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  La circulation génétique chez les Procaryotes »  : […] Comme toutes les populations naturelles, les populations bactériennes ne sont jamais statiques, mais au contraire variables au cours du temps (évolution verticale) et dans l'espace (évolution horizontale). Cette dynamique évolutive est la conséquence des modifications héréditaires qualitatives et quantitatives du génome bactérien. Elle permet à une population bactérienne de tendre vers la meilleur […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Aurélie CHABAUD, Sylvain MEYER, Marie-Cécile PLOY, « ANTIBIORÉSISTANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antibioresistance/