FREUD ANNA (1895-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Orthodoxie » freudienne et ego psychology

Parallèlement à son activité d'analyste, Anna Freud s'est occupée de la publication des œuvres inédites de son père, notamment de ses lettres, ce qui, ajouté à son statut d'enfant préféré, contribua à faire d'elle, aux yeux des analystes, le garant de l'orthodoxie freudienne. Mais il semble qu'elle ait mis à profit cet avantage pour influer sur la doctrine : d'une part, en essayant de la rendre accessible aux non-analystes, notamment les parents et les pédagogues (telle sera la visée de certains de ses ouvrages, comme L'Initiation à la psychanalyse pour éducateurs, où elle abandonne le jargon sophistiqué et utilise des notions simples) ; d'autre part, en accentuant le rôle de l'ego dans la personnalité et en infléchissant les théories de son père dans le sens d'une psychologie du moi. Dans son ouvrage célèbre, Le Moi et les mécanismes de défense, elle explique que « le traitement analytique a de tout temps eu pour objet le moi et ses troubles, l'étude du ça et de ses modes d'action ne constituant qu'un moyen d'atteindre le but thérapeutique. Ce but reste invariablement le même : supprimer les troubles et rétablir l'intégrité du moi ». Or si l'on définit la psychanalyse comme un moyen de rétablir l'intégrité du moi plutôt que comme une voie d'approche des désirs inconscients, et si l'on définit le moi lui-même comme l'instance qui permet au sujet de « s'adapter à la réalité », on semble se contenter de vouloir remanier superficiellement et artificiellement la « personnalité » du sujet pour lui permettre de jouer, pendant au moins un certain temps, le rôle que la société attend de lui.

Anna Freud est restée jusqu'à sa mort le défenseur farouche de ce qu'elle jugeait être la vraie doctrine freudienne. Mais la lecture qu'elle en faisait et l'autorité qu'elle garda sur l'I.P.A. suscitèrent souvent des débats et des conflits passionnés au sein de la communauté psychanalytique internationale, comme en 1953, au Con [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : Ph.D. de Columbia University, New York, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Lille-III

Classification

Autres références

«  FREUD ANNA (1895-1982)  » est également traité dans :

DÉFENSE MÉCANISMES DE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 664 mots
  •  • 1 média

Expression usitée en psychanalyse pour désigner plusieurs types d'opérations psychiques destinées à « protéger » le moi. La notion de défense est présente chez Freud dès le début de ses recherches ; ainsi, dans ses Études sur l'hystérie (1895) : « Une condition indispensable à l'apparition de l'hystérie est qu'il y ait incompatibilité entre le moi et la représentation qui le confronte. J'espère p […] Lire la suite

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « La défense : au service de quelle instance ? »  : […] Par ailleurs, si l'on se place dans la perspective de la deuxième topique, ce n'est pas seulement pour éviter d'être submergé par les processus primaires à l'œuvre dans le ça, mais aussi pour satisfaire aux exigences du surmoi que le moi est amené à élaborer des mécanismes de défense. Aussi la liste des défenses possibles peut-elle s'allonger à l'infini selon les instances psychiques défendues, la […] Lire la suite

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La logique de l'inconscient »  : […] Caractériser les processus inconscients par la condensation et le déplacement, c'est, au regard de la pensée consciente, les assimiler à l'arbitraire et à l'incohérence. Freud dit en effet que les pulsions, c'est-à-dire les motions de désir constitutives de l'inconscient, ne connaissent pas la contradiction et donc la négation , mais qu'elles persistent les unes à côté des autres sans s'influencer […] Lire la suite

KLEIN MELANIE (1882-1960)

  • Écrit par 
  • Jean-Bertrand PONTALIS
  •  • 2 231 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « privilège » de l'analyse d'enfants »  : […] Melanie Klein, née à Vienne, reçut sa formation analytique – conjonction rare – de Sandor Ferenczi (Budapest) et de Karl Abraham (Berlin). Après la mort de ce dernier (1925), elle se rendit, sur l'invitation d'Ernest Jones, à Londres où elle resta jusqu'à sa mort. C'est au sein de la Société britannique de psychanalyse que ses idées et sa technique ont fait l'objet des débats les plus passionnés : […] Lire la suite

NÉVROSE INFANTILE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 835 mots
  •  • 1 média

Les particularités spécifiques des névroses infantiles ont été isolées relativement tard dans l'évolution de la psychiatrie. Au début de la psychanalyse, la névrose infantile est considérée comme ayant la même symptomatologie que celle de l'adulte, mais aussi comme étant son prototype et son modèle ; elle est alors rétrospectivement analysée à travers la névrose de l'adulte. En fait, quand on se p […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « De la psychanalyse du jeune enfant à Lacan »  : […] La notion de couple de termes a été largement utilisée par les représentants de la psychanalyse du très jeune enfant – tout d'abord pour décrire la relation duelle d'un type particulier entre l'enfant et le partenaire nourricier. Elle concerne aussi le mécanisme spécifique du clivage, dans ses diverses variétés selon les auteurs. Par ailleurs, ceux-ci font un usage diversifié, selon leurs perspect […] Lire la suite

WINNICOTT DONALD WOODS (1896-1971)

  • Écrit par 
  • François GANTHERET
  •  • 2 204 mots

Dans le chapitre « Le champ d'investigation »  : […] Tout au long de la vie et de l'œuvre de Winnicott, on retrouve à la fois une orientation pédiatrique et une orientation psychanalytique, qui, sans que l'une détrône l'autre, s'accordent en un va-et-vient continuel. C'est vers 1930 que Winnicott apparaît sur la scène psychanalytique anglaise, à une époque où elle est particulièrement animée. En 1926, en effet, Ernest Jones, alors président de la So […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pamela TYTELL, « FREUD ANNA - (1895-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-freud/