ANGLAIS (ART ET CULTURE)Langue

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le système phonologique

Les consonnes

L'anglais possède des consonnes occlusives (ou momentanées) et fricatives (ou continues), sourdes (comme p ou f) ou sonores (comme b ou v), et des consonnes résonnantes sonores (nasales, latérales et semi-voyelles). Toutes ces consonnes se trouvent en position d'initiales de mots, à l'exception de la fricative sonore ž dans measure, de la nasale vélaire ŋ dans sing, et de la semi-voyelle ə qui suit la voyelle dans beard, poor, dans les variétés d'anglais qui manquent d'un r postvocalique.

Le tableau donne les exemples de toutes les consonnes qui apparaissent en position d'initiale de mot.

Consonnes en position initiale de mots

Tableau : Consonnes en position initiale de mots

Consonnes apparaissant en position initiale de mots. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les changements historiques majeurs du système des consonnes en anglais sont les suivants :

– la confusion des consonnes longues du vieil anglais avec les consonnes simples correspondantes ;

– l'apparition de fricatives sonores et sourdes dès le début du moyen anglais.

On peut citer d'autres changements :

– le développement de la nasale vélaire ŋ à travers l'assimilation de la séquence ng, comme dans : long, sing ;

– l'apparition de la fricative sonore ž venant de zj dans vision, measure, et quelques autres mots empruntés au français ;

– la simplification de certains groupes de consonnes comme dans know, gnaw, lamb, long, listen, castel, talk, folk.

Tous ces changements sont indigènes. Toutefois, l'extension de v, z et ǧ à la position d'initiale de mot, comme dans veal, zeal, join et dans nombre d'autres mots provenant du français, est sans nul doute un apport étranger à la phonologie anglaise.

Les phonèmes vocaliques. Monophtongues et diphtongues

Le système des voyelles est composé d'un ensemble de phonèmes entravés (syllabe fermée, du type bed), d'un ensemble de phonèmes libres (syllabe ouverte, du type go) et de la voyelle non accentuée e. Les voyelles libres se trouvent en toutes positions – en finales aussi bien que devant des consonnes – alors que les voyelles entravées n'apparaissent qu'en position préconsonantique.

L'anglais possède les six voyelles entravées qui figurent dans les exemples suivants : bit, bet, bat, hut, hot, foot, et neuf ou dix voyelles libres représentées dans bee-beat, bay-bait, buy-bite, boy-boil, dans do-boot, no-boat, law-bought, now-out et dans fur-hurt, far-heart. Cette dernière manque si le r est prononcé comme tel, ce qui est le cas dans une grande partie de l'Amérique du Nord.

Certaines de ces voyelles se présentent aussi dans des syllabes non accentuées : dans hábit, hóuses, háppy, válue, féllow, obéy.

La voyelle non accentuée unique e se trouve dans des mots tels que agó, sófa, búllock.

Le caractère phonique de certaines voyelles varie considérablement selon les régions et selon les groupes sociaux.

C'est ainsi que les voyelles entravées, très généralement monophtongues dans l'anglais type de Grande-Bretagne et dans celui de la plus grande partie des États-Unis, ont souvent tendance à diphtonguer dans le sud des États-Unis, comme dans bed, sun, pull.

Les voyelles libres dans day, know sont nettement diphtongues en anglais type de Grande-Bretagne et généralement en Amérique du Nord, mais monophtongues dans certaines régions des États-Unis. Les voyelles libres à diphtongue de buy, bite et now, out ont toutes une série de variantes selon les régions et les classes sociales ; et le phonème vocalique de fur, learn varie davantage encore. Cependant, du fait que l'anglais britannique et les différentes variétés de l'anglais américain ont pour la plus grande part le même système de voyelles, de telles différences phoniques non fonctionnelles, aussi frappantes qu'elles puissent être, n'influent pas sérieusement sur la communication, du moins entre gens cultivés.

L'histoire du système des phonèmes vocaliques de l'anglais est si compliquée qu'on peut tout juste y faire allusion ici. En passant du vieil anglais au moyen anglais, les vieilles diphtongues sont devenues monophtongues, les voyelles brèves en syllabe ouverte ont été allongées et les voyelles longues abrégées devant les groupes de consonnes.

L'opposition phonologique de quantité entre voyelles, préservée dans le moyen anglais, a été éliminée au cours du passage à l'anglais moderne.

Les anciennes voyelles brèves du moyen anglais ont produit les voyelles entravées ; les anciennes voyelles longues, par fusion partielle avec des diphtongues, se sont transformées en voyelles libres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Vocabulaire d'origine anglaise

Vocabulaire d'origine anglaise
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Consonnes en position initiale de mots

Consonnes en position initiale de mots
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'américain à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : professeur à l'université d'Ann Arbor, Michigan

Classification

Autres références

«  ANGLAIS ART ET CULTURE  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 108 mots

Il est significatif que les deux ouvrages les plus importants consacrés au particularisme marqué de l'art anglais, à son caractère unique au sein de l'histoire de l'art occidental, et en tout cas les premiers à poser délibérément cette question et à en faire l'objet principal de leur réflexion, L'« Anglicité » de l'art anglais et Les Antécédents idéologiques de l […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Toute histoire littéraire sous-entend une perspective et la perspective a rapport au temps présent, le passé étant vu en fonction de problèmes contemporains ; ainsi, maint écrivain dont le nom est consacré dans le panthéon des célébrités peut se trouver aujourd'hui ou demain dans la situation de la semence qui tombe sur le basalte. Si l'on conçoit l'histoire littéraire comme dynamique et non plus […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

La peinture anglaise est souvent évoquée avec condescendance de ce côté-ci de la Manche – quand elle n'est pas complètement ignorée. On y discerne seulement, entre deux abîmes de médiocrité, un bref « âge d'or » allant de 1750 à 1850 et culminant avec Turner. Pour comprendre comment cette présentation caricaturale a pu longtemps être crédible, il faut aborder de front le reproche habituel fait à l […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dupremier voyage de John Robert Cozens en Italie en 1776 à la mort de Turner en 1851, l'Angleterre a connu un âge d'or de l'aquarelle. Cette technique picturale, auparavant réservée au dessin topographique et architectural, a brusquement connu la faveur des artistes et de leurs clients au moment où les voyage […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

La « sculpture anglaise » existe-t-elle vraiment ? Si l'on a évidemment pratiqué de tout temps la sculpture en Angleterre, l'expression ne prend corps qu'à l'âge contemporain avec l'invention de la sculpture moderne. Le xxe siècle est en effet marqué par une véritable effervescence de la création sculpturale en Angleterre, phénomène qui a été analysé […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 822 mots
  •  • 29 médias

L'architecture anglaise reste étrangement méconnue en France. Or le développement de cet art au cours des quatre siècles qui vont de la Renaissance à l'orée des temps contemporains, de l'avènement d'Élisabeth à la mort de Victoria, prouve qu'à côté de l'Italie et de la France l'Angleterre fut une des terres les plus fécondes en grands praticiens et en mo […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 932 mots
  •  • 8 médias

Les arts sont les témoins des civilisations et sont, comme elles, largement façonnés par le contexte géographique et historique qui les voit naître et se développer. La musique anglaise n'échappe pas à cette loi.Protégée de l'influence immédiate de ses voisins les plus proches par l'existence entre elle et eux d'un bras de mer, c'est en son propre terroir qu […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 487 mots
  •  • 4 médias

Depuis ses origines, le cinéma britannique s'épanouit dans la contradiction – un peu comme l'humour anglais, que l'on caractérise comme conformiste d'un côté, iconoclaste de l'autre. On le déclare périodiquement « fini » pour mieux parler de ses « renaissances » ; les généralisations sont tentantes, souvent réductrices, parfois abusives, car à bien des égards, cette cinématographie reste déroutant […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy Jean FORGUE, Hans KURATH, « ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-langue/