VÉSALE ANDRÉ (1514-1564)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

à Bruxelles, André Vésale commence ses humanités à Louvain, puis étudie la médecine à Paris (1533-1536). Ses maîtres parisiens sont Gonthier d'Andernach et Jacques Sylvius ; Michel Servet est son condisciple. Sa passion pour l'anatomie l'entraîne à déterrer des cadavres au cimetière des Innocents et à dérober des pendus au gibet de Montfaucon. À vingt ans, il démontre que la mâchoire inférieure de l'homme est composée d'un os unique, contrairement à ce qu'enseignait Galien. Après un bref retour à Louvain, où il enseigne l'anatomie, il part pour l'Italie. Passant par Bâle et par Venise, il atteint Padoue à la fin de 1537, est reçu docteur de l'université et, après une remarquable leçon de dissection, il est nommé professeur d'anatomie et de chirurgie de cette université. Cette nomination est renouvelée en 1543 mais, pour une raison non éclaircie, il quitte précipitamment l'Italie l'année suivante et se rend à Madrid où Charles Quint lui propose d'être l'un de ses médecins ; il le suit dans ses voyages (France, Belgique, Autriche) et, lorsque ce prince abdique, il devient le médecin de son successeur Philippe II ; à ce titre il est appelé en consultation à Paris, en 1559, au chevet d'Henri II blessé à mort lors du tournoi donné en l'honneur du mariage de sa fille avec Philippe II. Lors de son séjour à Madrid, des inimitiés l'opposent à ses confrères flamands ou espagnols ; il quitte l'Espagne (1563), une fois encore dans des conditions mal définies. Avait-il, comme l'affirme Ambroise Paré, disséqué un gentilhomme en état de mort apparente et son voyage aux Lieux saints devenait-il un pèlerinage d'expiation ? Était-il las de l'Espagne et souhaitait-il, au retour de la Palestine, s'arrêter en Italie où Padoue s'apprêtait à lui offrir à nouveau une chaire ? Réellement malade, comme il le prétendait, cherchait-il la guérison sous un autre climat ? À son retour de Jérusalem, son vaisseau fait naufrage sur les côtes de l'île de Zante, et Vésale y meurt peu après.

André Vésale

Photographie : André Vésale

André Vésale, anatomiste et physiologiste flamand, est l’auteur d’un précis d'anatomie, Fabrica, qui intègre une représentation des organes humains. Il est représenté, sur ce tableau (non daté) de Jan Van Calcar, enseignant à Bologne. Jan Van Calcar, André Vésale. Huile sur... 

Crédits : AKG-images

Afficher

C'est durant la partie padouane de sa vie (1537-1544) qu'il rédige, fait illustrer et imprimer le texte de la célèbre Fabrica ; impressionné par les nombreuses erreurs qu'il relève en comparant les textes anatomiques de Galien avec les cadavres humains qu'il dissèque, Vésale entreprend de corriger les inexactitudes du maître en rappelant que celui-ci n'avait disséqué que des animaux (singes, en particulier). Vésale décrit le corps humain tel qu'il l'a étudié au cours de ses nombreuses dissections et il illustre son récit par d'admirables planches anatomiques, gravées soit sur cuivre, soit sur bois. Bien que présenté par Vésale, dans la préface, comme l'œuvre d'un disciple de Galien, De corporis humani fabrica libri septem (Bâle, 1543) provoque un énorme scandale chez les disciples du maître de la médecine. L'ouvrage connaît un immense succès en Europe, mais Vésale est attaqué par les traditionalistes, menés par son ancien maître Jacques Sylvius. Les réformes vésaliennes seront reconnues et admises, et si Vésale n'a pas rectifié toutes les erreurs et en a lui-même commis quelques-unes, sa Fabrica est à l'origine de l'étude moderne de l'anatomie, fondée sur la dissection et l'observation scientifique. La Fabrica est un chef-d'œuvre d'imprimerie, typographie superbe, iconographie due à un ou, plus probablement, plusieurs artistes jusque-là inconnus. C'est l'iconographie qui, paradoxalement, est la partie la plus étudiée et commentée de la Fabrica : au style verbeux et grandiloquent des sept livres de l'ouvrage s'oppose la clarté des légendes et de la préface.

Planche de la Fabrica

Photographie : Planche de la Fabrica

Une planche anatomique illustrant la Fabrica, le livre que fit paraître, en 1543, le médecin flamand André Vésale (1514-1564), détaille les muscles du corps humain. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Squelette humain (côté dorsal)

Photographie : Squelette humain (côté dorsal)

Planche de la "De humani corporis fabrica" de Vésale (1543) représentant la morphologie et l'articulation de l'ossature humaine, en vue dorsale fléchie. 

Crédits : D.R./ Aldus Books London

Afficher

Squelette humain (côté ventral)

Photographie : Squelette humain (côté ventral)

Planche de la "De humani corporis fabrica" de Vésale (1543) représentant la morphologie et l'articulation de l'ossature humaine, en vue ventrale "expressive". 

Crédits : D.R./ Aldus Books London

Afficher

Viscères abdominaux profonds et pelviens de l'homme

Photographie : Viscères abdominaux profonds et pelviens de l'homme

Planche de la "De humani corporis fabrica" de Vésale (1543) représentant les organes contenus dans les cavités abdominales et pelviennes de l'homme (plan profond). 

Crédits : BIU Sante, Paris, côte : 000302

Afficher

Avant Vésale, d'autres esprits s'étaient élevés contre l'autorité incontestée de Galien en médecine, mais ils n'ont pas été, comme il le fit, jusqu'à une reconstruction presque parfaite de ce qu'ils démolissaient. Deux autres ouvrages ont précédé la Fabrica : Tabula anatomica sex (1538), illustré par Jean Stephen van Calcar, et Epistola docens venam axillarem dextri cubiti in dolore laterali secandam (1539).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

André Vésale

André Vésale
Crédits : AKG-images

photographie

Planche de la Fabrica

Planche de la Fabrica
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Squelette humain (côté dorsal)

Squelette humain (côté dorsal)
Crédits : D.R./ Aldus Books London

photographie

Squelette humain (côté ventral)

Squelette humain (côté ventral)
Crédits : D.R./ Aldus Books London

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VÉSALE ANDRÉ (1514-1564)  » est également traité dans :

FONDATION DE L'ANATOMIE MODERNE

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 187 mots
  •  • 1 média

Fidèle pendant des siècles aux écrits d'Hippocrate, Aristote et Galien, l'anatomie humaine devient véritablement scientifique entre les mains du médecin flamand André Vésale (1514-1564). Déçu par ses études de médecine à Paris et à Louvain, il part s'installer en Italie et devient en 1537 professeur de médecine c […] Lire la suite

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 909 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Léonard de Vinci, Vésale, l'écorché »  : […] C'est dans l'œuvre de Léonard de Vinci que l'on voit se nouer avec éclat la liaison intime du savoir et de l'outil graphique. Dans un même regard, Léonard voit les anatomies artistique et spéculative. Tout ce qui chez lui est théorie aussitôt se convertit en procédé de représentation, dont le produit a lui-même une fécondité heuristique. D'une dissection, il lui arrive de ne pas seulement donner […] Lire la suite

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] La plupart des peuples antiques savaient extraire une flèche, ou réduire une fracture à l'aide d'attelles, grâce à des procédés rudimentaires, en général accompagnés d'incantations et de pratiques magiques pour s'assurer la faveur des dieux. Les Indiens, toutefois, semblent avoir très tôt compris l'intérêt de l'entraînement à la dissection. Susruta ( v e  s. apr. J.-C.) nous montre les apprentis c […] Lire la suite

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 946 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'anatomie »  : […] La libération des esprits, la répudiation de contraintes intellectuelles, le retour à une esthétique réaliste et l'ardeur qui poussait les « humanistes » à connaître l'homme sous tous ses aspects ont eu, au xv e et au xvi e  siècle, une répercussion décisive sur le développement de la médecine. Bravant les interdits portés jusqu'alors sur la dissection des cadavres, les premiers anatomistes, form […] Lire la suite

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 777 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Objectifs et méthode de la physiologie »  : […] Il est aisé de comprendre pourquoi l'anatomie du corps humain a d'abord dominé et inspiré la connaissance de ses fonctions, pourquoi on a estimé que, dans beaucoup de cas, on pouvait se faire une idée des fonctions à partir de l'inspection de la forme et de la structure des organes. Mais il s'agissait de structures à l'échelle macroscopique et de fonctions initiales ou terminales de processus comp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « VÉSALE ANDRÉ - (1514-1564) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-vesale/