ANAGRAMME, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les avatars de l'anagramme fournissent le paradigme des changements de fonction de nombreux artifices linguistiques : désacralisée par les auteurs antiques, elle devient plus tard un jeu littéraire, recouvre sa nature ésotérique, puis recommence une nouvelle carrière littéraire. La transposition des éléments constitutifs d'un segment de la langue doué de sens en vue de la production d'un autre segment, également significatif mais sans aucune relation sémantique avec le précédent, permet de soutenir la thèse de l'« arbitraire du signe », tandis que l'inversion de lettres en un propre nom, qui porte quelque devise convenable à la personne (comme en « Francoys de Valois, De facon suys royal, Henry de Valoys, Roys es de nul hay »), est un procédé cratylien. Aussi n'est-il pas étonnant que l'histoire de l'anagramme (et de l'acrostiche), remontant jusqu'à Lycophron, soit retracée dans le manifeste de la Pléiade par Du Bellay, et que l'anagramme de Rose de Pindare (pour Pierre de Ronsard) soit trouvée par Jean Dorat, l'autre témoin de la « justesse des noms ». Symétrique à cette démarche cabalistique de décryptage est la fabrication de pseudonyme ou de texte étendu (cachant par exemple la composition de la poudre à canon, anagrammatisée par Roger Bacon).

Le procédé, sorti de son purgatoire où les époques plus « rationnelles » l'ont relégué, retrouve son éclat d'antan, grâce à la lecture passionnée des vers saturniens par Saussure, qui y recherche un texte sous-jacent inscrit, non pas par des lettres, mais dans des combinaisons de phonèmes disséminés dans les poèmes latins. « Il s'agira de reconnaître et de rassembler les syllabes directrices, comme Isis réunissait le corps dépecé d'Osiris », commente Starobinski dans une formule où sont mêlées réserve et admiration. L'anagramme, réhabilitée par les surréalistes puis par l'Oulipo, perd de sa faveur qu'elle cède au palindrome.

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANAGRAMME, littérature  » est également traité dans :

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Une rhétorique de l'excès »  : […] On pourra décrire cet excès de multiples façons. Entendu mécaniquement, par exemple, il consiste à ajouter une contrainte aux règles de la langue (par exemple, que tous les mots doivent commencer par la même lettre), ou bien à en retrancher une, par exemple en acceptant qu'un mot soit découpé en ses constituants plus d'une fois (c'est ce que pratique Brisset). Le résultat est qu'on laisse parler l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « ANAGRAMME, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anagramme-litterature/