ANACHRONISME, histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une incitation à faire de l'histoire

Et pourtant, le métier d'historien repose tout autant sur une démarche anachronique ; Jules Michelet le rappelle dans sa célèbre Préface à l'Histoire de France (1869). L'œuvre n'est-elle pas colorée des sentiments du temps de celui qui l'a faite ? Et d'évoquer l'émotion de la France envahie de 1815 comme clé des Récits des temps mérovingiens d'Augustin Thierry (1840). Mais ce défaut, Michelet le revendique. Sans cet anachronisme de point de vue, le passé resterait illisible puisque c'est la vision moderne qui donne sa force et sa cohérence au passé. Marc Bloch prolonge l'argument de Michelet avec deux principes : s'interdire de poser au passé les questions du présent revient à « estimer que la nomenclature des documents puisse suffire entièrement à fixer la nôtre [...] en somme à admettre qu'ils nous apportent l'analyse toute prête. L'historien en ce cas n'aurait plus grand-chose à faire » (Apologie pour l'histoire, ou Métier d'historien, 1949) ; de surcroît, les emprunts terminologiques n'empêcheraient pas l'historien de penser selon les catégories de son propre temps.

Mais les suggestions de Marc Bloch engagent aussi à entrechoquer le présent et le passé afin d'en mieux comprendre les différences. Ce recours heuristique à la capacité d'interrogation, née de l'anachronisme contrôlé, est partagé par Lucien Febvre. Ainsi, pour les fondateurs des Annales, l'ambivalence de l'anachronisme fonde et hypothèque tout à la fois l'écriture de l'histoire.

Depuis lors, l'anachronisme fait toujours figure d'interdit. Les interventions des historiens dans les procès liés à la Seconde Guerre mondiale (Touvier, Papon) ont été demandées par les magistrats afin d'éclairer le contexte et d'éviter aux jurés les anachronismes nés du recul historique. Pourtant, l'anachronisme n'est plus tabou. Au xxe siècle, chacun à sa manière, Karl Mannheim (la « non-contemporanéité des contemporains ») puis [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités en histoire contemporaine, Institut d'études politiques, université de Lille-II

Classification

Autres références

«  ANACHRONISME, histoire  » est également traité dans :

PROPAGANDE

  • Écrit par 
  • Xavier LANDRIN
  •  • 7 628 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Exemples antiques »  : […] On pourrait ainsi reconnaître dans la constitution à Delphes d'une confédération de communautés religieuses autour d'un même culte , vers 600 avant J.-C., une activité collective de propagande reposant sur une instance centrale (le clergé delphique) chargée d'amalgamer des traditions spirituelles et des légendes différentes pour en attribuer l'origine à son Dieu, Apollon. Les moyens de cette prop […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier LÉVY-DUMOULIN, « ANACHRONISME, histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anachronisme-histoire/