KOSELLECK REINHART (1923-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

en 1923 à Görlitz (Saxe), Reinhart Koselleck entreprend, après la guerre, des études à Heidelberg où son intérêt pour des disciplines aussi diverses que l'histoire, la philosophie, le droit constitutionnel et la sociologie lui assurera cette culture encyclopédique dont témoigne le choix de ses thèmes ultérieurs comme l'ensemble de son œuvre. Enseignant aux universités de Bochum puis de Heidelberg et de Bielefeld, il contribue à faire de cette dernière, une université dite « de réforme » fondée en 1969 dans un esprit résolument critique, pluridisciplinaire et européen. Longtemps membre du comité de direction du Z.I.F. (Centre international de recherche rattaché à l'université de Bielefeld), qu'il avait contribué à créer, il fut l'initiateur de groupes de recherches internationaux et l'organisateur de colloques d'auteurs qui firent date avec, pour invités, Norbert Elias ou Hans Georg Gadamer, dont il était proche. Plus tard, il a répondu à de nombreuses invitations, enseignant aux États-Unis, à Chicago notamment, et en France, à l'École des hautes études en sciences sociales et au Collège de France. En 1992, il a assuré la Conférence Marc Bloch à la Sorbonne. Membre de nombreuses académies, il était docteur honoris causa des universités d'Amsterdam et de Paris-VII et a reçu le prix d'histoire de la R.F.A. ainsi que le prix Marc Bloch et la médaille d'honneur de l'E.H.E.S.S. de Paris et du Collège de France.

En France, Reinhart Koselleck a d'abord été considéré plus comme un philosophe que comme un historien. Lui-même se définissait volontiers comme un « témoin du temps » et un « théoricien de l'expérience ». D'abord spécialiste de l'histoire politique et culturelle du xviiie siècle, il a renouvelé l'approche de la pensée des Lumières avec Kritik und Krise, paru en 1959 (trad. franç. : Le Règne de la critique, 1969). Contemporaine des travaux de Jürgen Habermas et du Max Weber de Wolfgang J. Mommsen, cette première publication, qui relate l'intensité de la crise conceptuelle marquant l'avènement de la modernité, est un moment fort de l'histoire intellectuelle européenne et un premier contact avec l'histoire française. Ce dernier se renforcera avec la publication simultanée en France et en Allemagne d'un volume de l'histoire universelle L'Âge des révolutions européennes (1780-1848), écrit en collaboration avec François Furet et Louis Bergeron. En 1967, Koselleck publie La Prusse entre réforme et révolution (sa thèse d'État) qui, par le mélange d'enquêtes empiriques, de déconstruction conceptuelle et de récit de l'expérience, annonce nombre de travaux ultérieurs, Geschichte-Ereignis und Erzählung (1973) et Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten (1979) [Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, 1990], proche des réflexions de Paul Ricœur, avec lequel s'instaure un fructueux dialogue.

Tous ces ouvrages s'inscrivent dans un « passé-présent » qui va de l'époque moderne au monde contemporain, des guerres de religion à celles du xxe siècle et relèvent d'une même interrogation sur les caractères fondamentaux de la modernité. En introduisant les notions de « Erfahrungsraum/espace d'expérience » et de « Erwartungshorizont/horizon d'attente », devenues catégories de référence pour tout historien d'aujourd'hui, il innove dans le champ de la réflexion sur la nature et la genèse de la modernité et en renouvelle les approches historiques en misant sur la convergence entre histoire sociale et histoire des concepts. Un recueil de textes L'Expérience de l'histoire (1997) publié par Michaël Werner permet au public français de se familiariser avec la démarche de la sémantique historique développée par Koselleck. La publication des Grundbegriffe. Historische Semantik und Begriffsgeschichte, (9 volumes, 1972-1997) est une entreprise collective réalisée en collaboration avec les historiens Otto Brunner et Werner Conze puis, après leur disparition, avec de nombreux chercheurs proches du groupe Poetik und Hermeneutik dont Koselleck fut, avec Gadamer, un des initiateurs. Un dernier ouvrage, Zeitschichten. Studien zur Historik (2000) reprend les réflexions de toute une vie sur les temps de l'histoire, leurs différents niveaux et rythmes, leurs structures de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire moderne et contemporaine à l'université de Paris-VII-Denis Diderot

Classification

Pour citer l’article

Jochen HOOCK, « KOSELLECK REINHART - (1923-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reinhart-koselleck/