SÁNCHEZ COELLO ALONSO (1531/32-1588)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans la province de Valence, ce peintre espagnol passa sa jeunesse à Lisbonne auprès d'un grand-père qui avait servi dans les armées de Jean III de Portugal. Une pension royale lui aurait permis de se rendre dans les Pays-Bas, où il fit son apprentissage chez le Hollandais Anthonis Mor (l'Antonio Moro des Espagnols, 1517-1576), mais où il se prit aussi d'un goût très vif pour les peintures de Titien.

De retour en Espagne, Sánchez Coello succéda à Antonio Moro comme peintre de Philippe II. À l'Alcázar de Madrid, puis à l'Escorial, les collections royales, qui comptaient un grand nombre de tableaux de Titien, lui permirent de pénétrer davantage encore dans l'intimité du grand Vénitien.

Portrait de Philippe II roi d'Espagne et du Portugal, A. Sánchez Coello

Portrait de Philippe II roi d'Espagne et du Portugal, A. Sánchez Coello

photographie

Alonso SÁNCHEZ COELLO, Portrait de Philippe II roi d'Espagne et du Portugal, huile sur toile. Museo del Prado, Madrid. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-Images

Afficher

Néanmoins, la peinture de Sánchez Coello n'est ni flamande ni vénitienne, mais bien espagnole, surtout dans le genre du portrait de cour, auquel l'artiste sut imprimer une impulsion originale et réellement décisive. Il excelle à rendre l'allure hautaine et triste de personnages prisonniers de la plus rigoureuse des étiquettes. Leur maintien aristocratique les fige dans des compositions pyramidales. Le peintre les isole de tout décor pompeux ou simplement flatteur, comme pour accentuer leur solitude profonde. Leur gloire, ces infantes et ces reines la portent sur leur costume, et Sánchez Coello détaille avec un soin méticuleux la splendeur du satin, l'éclat des perles et des bijoux. Ces portraits officiels ne sont pas pour autant de simples ombres ou des allégories. La sensibilité artistique leur confère une poésie qui supplée à l'absence de personnalité propre.

Les portraits de Sánchez Coello sont nombreux à Madrid, tant au Prado qu'au musée des Descalzas Reales, mais on en trouve aussi dans divers autres musées d'Europe et d'Amérique.

La grande école de portraitistes de la cour d'Espagne, continuée par le successeur de Sánchez Coello, Juan Pantoja de la Cruz (1553-1608), allait atteindre son apogée au siècle suivant avec Velázquez, Juan Carreño de Miranda et Claudio Coello.

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  SÁNCHEZ COELLO ALONSO (1531/32-1588)  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 283 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Retard de la peinture »  : […] Le parallélisme observé dans le développement de l'architecture et de la sculpture ne se poursuit pas dans le domaine de la peinture. Un très bel ensemble de fresques, réalisé dans la salle capitulaire de Tolède par Juan de Borgoña dans le style du Quattrocento finissant, aurait pu constituer au début du siècle l'heureux départ de la Renaissance. En fait, il demeura pratiquement sans suite jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_12269

PANTOJA DE LA CRUZ JUAN (1553 env.-1608)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 228 mots

Peintre castillan, disciple et successeur de Sánchez Coello comme portraitiste de la cour, Juan Pantoja de la Cruz continue si fidèlement la manière de son maître que l'attribution de ses œuvres de jeunesse prête souvent à discussion. Sa galerie de portraits royaux qui s'étend de la fin du règne de Philippe II aux premières années de Philippe III est un peu monotone. Les personnages se ressemblent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-pantoja-de-la-cruz/#i_12269

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « SÁNCHEZ COELLO ALONSO (1531/32-1588) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alonso-sanchez-coello/