CARREÑO DE MIRANDA JUAN (1614-1685)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'il ait subi l'influence de Velázquez, dont il est en quelque sorte l'héritier spirituel, et celle de Van Dyck — ne l'appelle-t-on pas le Van Dyck espagnol —, Juan Carreño de Miranda est cependant un artiste profondément original qui mérite plus d'attention qu'on ne lui en a jusqu'à présent accordé.

Appartenant à la petite noblesse asturienne, Carreño étudie la peinture à Valladolid, puis à Madrid où il arrive très jeune. Protégé par Velázquez, il commence à peindre des tableaux d'église dont le chef-d'œuvre est la Fondation de l'ordre des Trinitaires peint en 1666 (Louvre). En 1669, Carreño est nommé peintre du roi ; en 1671, il est peintre de la Chambre et le restera jusqu'à sa mort, donnant de la cour de Charles II et de l'aristocratie espagnole une image saisissante. Bien qu'il soit surtout connu comme portraitiste, Carreño est l'auteur de fresques et de peintures à sujets religieux qui révèlent une sensibilité baroque colorée de mélancolie (fresques de San Antonio de los Portugueses).

Portraitiste, Carreño représenta souvent la reine veuve Marianne d'Autriche, et retraça dans une série de toiles le déclin de Charles II, du bel enfant au vieillard décrépit. Il peignit aussi les bouffons et les nains de la Cour, comme la repoussante Eugenia Vallejo dite La Monstrua (Prado). Parmi les portraits des prélats, des grands seigneurs et des dignitaires étrangers qui paraissent à la cour, il faut signaler le très exotique Pierre Potemkine, ambassadeur de Russie (Prado).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CARREÑO DE MIRANDA JUAN (1614-1685)  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 283 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La peinture du Siècle d'or »  : […] Ces déficiences ne rendent que plus digne d'admiration l'épanouissement de la peinture, encore que, dans ce domaine aussi, l'Andalousie fasse preuve d'une plus grande fécondité. À l'exception de Fray Juan Rizi, le peintre de l'ordre bénédictin, les talents sont monopolisés par la Cour, lorsqu'ils ne se consacrent pas à la décoration des églises de la capitale. L'époque de Philippe IV est dominée p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_11999

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le baroque espagnol »  : […] Alors que le xvi e siècle avait connu une prodigieuse expansion grâce à l'arrivée des richesses d'Amérique, le siècle suivant représente une période de dépression, d'inflation, de banqueroutes et d'épidémies meurtrières. La reprise ne s'effectua qu'après l'accession des Bourbons au trône : un dynamisme nouveau de l'État provoqua alors le réveil p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_11999

Pour citer l’article

« CARREÑO DE MIRANDA JUAN - (1614-1685) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-carreno-de-miranda/