Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉTRAUX ALFRED (1902-1963)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Né à Lausanne, où il commença ses études après avoir vécu une partie de son enfance en Argentine (son père exerçait la médecine à Mendoza), Alfred Métraux poursuivit celles-ci à Paris, à l'École des chartes, où il se lia d'une durable amitié avec Georges Bataille et Michel Leiris. Il étudia aussi à l'École des langues orientales, à la Ve section (sciences religieuses) de l'École pratique des hautes études et à la Sorbonne, où il fut l'élève de Marcel Mauss et de Paul Rivet, avant d'y être reçu docteur ès lettres en 1928. Il séjourne ensuite en Suède, à l'université de Göteborg, mais son « besoin d'être ailleurs » le conduit à nouveau en Argentine, où il dirige l'Institut d'ethnologie de l'université de Tucumán. Puis il gagne l'île de Pâques, dans le Pacifique-Sud, comme membre d'une expédition française (1934-1935). Il en reviendra avec la matière d'un ouvrage important, L'Île de Pâques (1941), dans lequel il affirme le caractère polynésien, et non pas asiatique ni américain, de la civilisation qui s'y est manifestée. Les charges qu'il assume aux États-Unis de 1941 à 1945, comme membre du Bureau of American Ethnology à la Smithsonian Institution de Washington, lui permettent de conduire des recherches sur les paysans sud-américains et d'entreprendre des voyages du Mexique au Chili, qui seront la source de nombreux travaux, publiés notamment dans le Manuel des Indiens sud-américains (Handbook of South American Indians, 1946-1959). Sa curiosité historique et son « vécu ethnographique » s'expriment alors dans les intelligentes synthèses qu'il propose des sociétés amérindiennes, comme celle des Tupinamba de la côte brésilienne (édition posthume, Religion et magies indiennes d'Amérique du Sud, 1966). Claude Lévi-Strauss a résumé ainsi l'une des constantes de la méthode de Métraux : « S'entourer de tout l'appareil critique, de toute la masse des informations disponibles, l'analyser, la dépouiller, la discuter, la classer, l'exploiter ; ensuite vérifier tout cela par l'expérience du terrain, et ne jamais céder aux complaisances de l'imagination, trop encline aux reconstructions fantaisistes... »

En 1946 et jusqu'en 1962, A. Métraux est fonctionnaire international à l'O.N.U., puis à l'U.N.E.S.C.O. où il consent à faire un effort important pour rendre accessible son savoir. Il publie des articles sur le racisme et entreprend plusieurs enquêtes de terrain en Amazonie, en Haïti et en Bolivie, où il analyse les problèmes de la paysannerie, notamment le rapport à la terre, les contraintes écologiques, le peuplement et les migrations. En toute occasion, il rappelle qu'il est, selon le mot de R. Bastide, un « ethnologue complet », prenant en compte les techniques matérielles, l'organisation sociale, les mythes et les rites religieux. Son ouvrage sur Le Vaudou haïtien (1958), qui est le fruit de sa mission en Haïti, où il avait retrouvé M. Leiris, en 1948, décrit cette religion dans la complexité de sa structure, dans ses liens avec ses origines africaines et sans son intrication ambiguë avec le catholicisme de l'île. En plus d'une abondante œuvre écrite, dont on peut encore citer Les Incas (1962), A. Métraux a fait plusieurs traductions d'ouvrages en allemand, en suédois ou en anglais et laissé un journal publié sous le titre d'Itinéraires.

— Jean-Claude PENRAD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : anthropologue, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Jean-Claude PENRAD. MÉTRAUX ALFRED (1902-1963) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CANNIBALISME

    • Écrit par et
    • 4 188 mots
    • 1 média
    ...cannibalisme et celle des catégories de la parenté et de l'alliance sont souvent en étroite corrélation. Les Indiens Tupinamba du Brésil, qu'a étudiés A. Métraux et qu'avait déjà mentionnés Montaigne dans son chapitre des Essais « Les Cannibales », constituaient, comme nombre de sociétés amérindiennes,...
  • MASQUES - Le masque en Océanie

    • Écrit par
    • 8 712 mots
    • 2 médias
    Alfred Métraux a collecté dans l'île de Pâques diverses informations concernant une cérémonie, appelée paina, qui était célébrée en été à la mémoire d'un parent décédé. Cette fête durait plusieurs jours et réunissait une nombreuse population. À cette occasion, une grande...
  • PÂQUES ÎLE DE

    • Écrit par
    • 4 619 mots
    • 2 médias
    ...Tepano, le guide-traducteur de Katherine Routledge, né en 1872, est également, en 1934-1935, le principal informateur de la mission franco-belge composée de l'ethnologue suisse Alfred Métraux, dont la synthèse publiée en 1940 reste l'ouvrage de référence sur la culture pascuane, et de l'historien de l'art...
  • POSSESSION

    • Écrit par , et
    • 4 522 mots
    • 1 média
    ...et les individus « affligés », considérés comme possédés, sont initiés à des cultes de possession qui fonctionnent à la manière de processus curatifs. Alfred Métraux en a étudié un exemple fameux, le vaudou haïtien, qui procède des cultes vodun fon du Bénin. Ceux-ci, toutefois, diffèrent de leur...