KHOMIAKOV ALEXEÏ STEPANOVITCH (1804-1860)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un gentilhomme théologien

Alexis Stephanovitch Khomiakov, né à Moscou, appartient à cette noblesse de service qui, dans la Russie de Pierre le Grand, a été longtemps le seul milieu vraiment cultivé. D'une foi virile, il se montre ouvert à la vie. Il étudie les mathématiques et les sciences naturelles à l'université de Moscou, sert dans la cavalerie, démissionne en 1825 pour voyager en Europe occidentale, « la contrée des saintes merveilles », reprend du service en 1828 pour libérer de la domination turque les chrétiens des Balkans, puis, la guerre finie, s'installe dans ses domaines de Bogucharovo et de Lipitzy.

Ce chevalier qui ne frappait jamais l'ennemi en fuite apparaît alors comme un homme de la Renaissance. Fermier attentif à la condition des paysans, il s'initie, pour leur venir en aide, à la médecine et à l'agriculture, et il invente une machine agricole. Il milite pour l'abolition des châtiments corporels et de la peine de mort et pour la libération des serfs, mesure qu'il avait lui-même adoptée sur ses terres. Il étudie les philosophes de son époque et les Pères de l'Église, écrit des poèmes lyriques, compose un vocabulaire des mots russes apparentés au sanskrit, accumule des « Notes sur l'histoire universelle » qui témoignent d'une bonne connaissance des traditions asiatiques et, en même temps, ébauchent toute une philosophie de l'histoire. Théologien laïc, selon une tradition bien établie chez les orthodoxes, il rédige en grec son traité L'Église est une, et en français de nombreux articles où il prend la défense de l'Orthodoxie. Causeur éblouissant, il « combattait sans fatigue ni cesse, taillait et pointait, attaquait et poursuivait, répandait citations et mots d'esprit », ainsi que l'écrit Alexandre Herzen, son adversaire et ami. Khomiakov meurt prématurément lors d'une épidémie de choléra à Ternovskoïe (district de Kazan).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification

Autres références

«  KHOMIAKOV ALEXEÏ STEPANOVITCH (1804-1860)  » est également traité dans :

SLAVOPHILES

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 1 217 mots

Important courant de pensée sociale et politique russe, entre les années 1840 et 1860, le mouvement des slavophiles naît d'une querelle historique avec les occidentalistes. Ce terme d'occidentalistes (à l'origine un sobriquet) est toujours couplé avec celui de slavophiles, mais tous deux sont arbitraires et déroutants. Car pas plus que les slavophiles n'étaient des réactionnaires bornés et rétrogr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « KHOMIAKOV ALEXEÏ STEPANOVITCH - (1804-1860) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-stepanovitch-khomiakov/