Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WESTON EDWARD (1886-1958)

Le photographe Edward Weston est le maître incontestable de la « photographie pure » et de la « prévisualisation ». Pour ce novateur radical, la photo est donnée telle quelle par le réel, donnée à qui sait la « prévisualiser » et non la construire. La photo est déjà là, complète et achevée, il suffit de la capter avec une absolue fidélité et le moins d'interventions possible. Si l'apport capital de Weston à la photographie fut bien perçu et apprécié, par contre, il s'est trouvé par la suite peu de photographes qui s'en tinrent aux limitations intransigeantes que celui-ci imposait à sa pratique. Sa contribution à l'art du xxe siècle fut analysée et intégrée dans de nouvelles approches de la photographie, ses méthodes furent revues et interprétées bien plus qu'elles ne furent appliquées stricto sensu.

Depuis 1902, l'année où il reçoit à seize ans son premier appareil, cadeau de son père, jusqu'en 1958, année de sa mort, la vie d'Edward Weston fut tout entière consacrée à la photographie. Dès 1906, on le retrouve en Californie où il travaille comme photographe ambulant, proposant ses services de porte en porte. Il réalise alors des portraits de famille pour illustrer les noces, les enterrements et tous les autres événements du quotidien. Plus tard, il travaille dans des studios commerciaux, ce qui lui permet d'acquérir la maîtrise du travail en laboratoire, avant de s'installer à son compte en 1911. Ainsi, jusqu'à l'âge de trente-cinq ans, Weston va-t-il exercer son métier en bon professionnel et acquérir une solide réputation de portraitiste et d'artiste dans la lignée du pictorialisme, ce qui lui vaudra de recevoir plusieurs prix. Commerçant bien installé, il va rompre en 1920 avec l'esprit, les sujets et les techniques du pictorialisme et par conséquent avec un certain succès. Sa carrière de photographe connaît une véritable révolution durant la période qui va de 1917 à 1924, au cours de laquelle Edward Weston recentre progressivement ses positions esthétiques. Confronté à l'art moderne, à l'architecture industrielle, au cubisme et à l'abstraction, il est de moins en moins satisfait par son art dont il sent les limites et les artifices. Sa rencontre à New York avec Alfred Stieglitz et Paul Strand en 1922 est capitale. Leurs photos, publiées dans la revue Camera Work, lui ouvrent de nouvelles perspectives : la prévisualisation et la photographie pure ou straight photography. Dès lors, Edward Weston va subordonner la technique à l'image : pas d'artifices ni de manipulations, peu de moyens et un contrôle absolu de la part du photographe toujours à la recherche de l'image pure et parfaite qui n'a rien d'autre à nous proposer qu'elle-même. Cette recherche de la pureté des formes et de la matière s'accompagne d'une intense réflexion sur l'art photographique dans ses Carnets de notes (Daybooks. 1923-1934).

En 1924, la rupture est consommée : Weston abandonne le flou artistique, le travail de studio et les retouches en laboratoire. Il va même jusqu'à abandonner l'agrandissement, lui préférant le tirage direct par contact sur papier brillant. Nus, paysages naturels ou industriels, gros plans d'objets aussi divers que coquillages, arbres, rochers, légumes, sans oublier la célèbre cuvette de W.C., Edward Weston nous propose une nouvelle définition de la photographie : une étude précise et fidèle des formes, un art du réel saisi en toute simplicité en lumière naturelle sur le verre dépoli d'une chambre de grand format (20 × 25) avec le maximum de netteté, de profondeur de champ, de détails. Weston va droit à l'essentiel pour le révéler au spectateur.

La création en 1934 du groupe f/64 (indice de la plus petite ouverture d'un objectif, celle qui donne la plus grande[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de communication à l'Institut supérieur des sciences sociales et pédagogiques de Marcinelle, Belgique, chargé de cours à l'université de Liège

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • COQUILLE DE NAUTILE (E. Weston)

    • Écrit par Hervé LE GOFF
    • 215 mots

    La vente, au prix de 190 000 dollars, d'une épreuve d'Edward Weston (1886-1958), la Coquille de Nautile, datant de 1927, marque l'entrée, en 1990, de la photographie dans le marché de l'art. Réalisée par un marchand de San Francisco, la transaction de près d'un million de francs va donner...

  • ALVAREZ BRAVO MANUEL (1902-2002)

    • Écrit par Christian CAUJOLLE
    • 942 mots
    • 1 média
    ...1923, il fait la connaissance du photographe documentariste d'origine allemande Hugo Brehme et s'adonne à son tour à la photographie dès l'année suivante. Il fréquente Edward Weston et Tina Modotti, alors installés à Mexico, qui l'initient à la technique du tirage au platine et il adopte la présentation...
  • MODOTTI TINA (1896-1942)

    • Écrit par Universalis, Martine RAVACHE
    • 1 118 mots
    • 1 média
    ...ingénues « mexicaines », notamment dans The Tiger's Coat (1920). Elle pose également pour des photographies d'art et rencontre ainsi, en 1920, un photographe déjà très réputé : Edward Weston. Une passion amoureuse les lie immédiatement, qu'ils décident d'aller vivre au Mexique, en 1923.
  • PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

    • Écrit par Gérard LEGRAND
    • 5 146 mots
    • 8 médias
    ...soucier ni des valeurs ni du cadrage ni de l'angle de prise (deux notions trop souvent confondues), bien que pouvant se réclamer de précurseurs tels qu' Edward Weston en 1937, vise en fait à « dépasser » toute querelle esthétique. Il est intéressant de noter qu'elle coïncide dans le temps avec les débuts...
  • PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

    • Écrit par Hervé LE GOFF, Jean-Claude LEMAGNY
    • 10 750 mots
    • 21 médias
    Cette limite sensible entre la réalité du sujet et la forme que lui imprime l'artiste concerne aussi bien l'Américain Edward Weston que l'Allemand Albert Renger-Patzsch, et en France les natures mortes d’Emmanuel Sougez comme les portraits de Daniel Masclet. Ainsi, les regards posés par ...

Voir aussi