LESAGE ALAIN-RENÉ (1668-1747)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un romancier par ironie

La production romanesque de Lesage, considérable de 1707 à 1715, se ralentit durant la période foraine puis s'intensifie après 1730 : rêve et fantaisie, réalité et ironie, platitude et scepticisme en marquent les étapes.

Lesage avait trouvé sa prime inspiration dans le maniérisme alexandrin et le baroque espagnol. En 1707, il prend le Diablo cojuelo (1641) de Luis Vélez de Guevara, l'œuvre la plus coruscante du Siècle d'or espagnol, ôte l'outrance du langage, conserve le thème merveilleux : Asmodée découvre à son libérateur d'une nuit le dessous des toits de Madrid. Anecdotes, mots d'esprit, historiettes contrastent avec deux histoires sentimentales contées à loisir. L'ensemble, allègre et varié, introduit le style Régence en littérature : Le Diable boiteux fut un des cinq ou six succès de librairie du siècle. Plus exotiques, Les Mille et Un Jours (parus de 1710 à 1712 sous le nom de Pétis de la Croix) partagèrent la célébrité des Mille et Une Nuits d'Antoine Galland. L'ouvrage a beaucoup d'humour, de grâce et une finesse déjà « philosophique ».

Les deux premiers tomes de Gil Blas (1715) commencent en fantaisie : les brigands ressemblent à ceux d'Ali Baba, les grands seigneurs rapportent des aventures fort romanesques. Cela plaît à la cour de Sceaux et aux lectrices du Mercure galant, pour qui Lesage adapte assez fidèlement, en 1717, le Roland amoureux de Matteo Boiardo (1441-1494). Mais les beaux sentiments, les scènes de route, d'auberge ou d'intérieur perdent, dans la proche Espagne, l'étrangeté de la fiction : l'ironie indulgente de Gil pour sa naïve jeunesse déniaise les dupes et démasque les trompeurs ; aristocrates et bourgeois sont concernés. Le troisième tome (1724) gagne en ampleur : l'élévation et la chute du héros ajoutent une dimension historique et contemporaine ; l'écriture s'enrichit d'images et d'expressions familières, d'exemples et de sentences pris en particulier à Horace. Le quatrième tome (1735) répète, en les moralisant, des situations antérieures : la sensibilité lar [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur en sciences de l'information et de la communication à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  LESAGE ALAIN-RENÉ (1668-1747)  » est également traité dans :

HISTOIRE DE GIL BLAS DE SANTILLANE, Alain-René Lesage - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 030 mots

Pour les lecteurs contemporains, Lesage n'est pas, comme l'abbé Prévost avec Manon Lescaut ou Bernardin de Saint-Pierre avec Paul et Virginie, l'homme d'un seul livre, Gil Blas. Turcaret surtout, mais aussi Le Diable boiteux ont un public, des lecteurs. Mais l […] Lire la suite

TURCARET (A.-R. Lesage)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 834 mots

La seconde partie du xviie siècle et le début du xviiie siècle marquent un moment de crise des valeurs. Tout s'achète, tout se vend, et tout doit aller très vite dans un monde – le Paris de 1708 – où, avant tout, on échange des biens, où l'on joue et où l'on consomme frénétiquement. En montant le […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 11 625 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

PICARESQUE ROMAN

  • Écrit par 
  • Maurice MOLHO
  •  • 2 139 mots

Dans le chapitre « Les pícaros hors d'Espagne »  : […] Les romans picaresques coururent l'Europe, et le ton s'en retrouve dans des œuvres telles que l' Histoire comique de Francion , de Charles Sorel (1623), ou le Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen (1668). Mais l'imitation la plus célèbre reste l' Histoire de Gil Blas (1715-1735) de Lesage, qui reprend des thèmes espagnols afin de construire le portrait d'un « Picarro » ( sic ) très différent […] Lire la suite

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 922 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le droit de regard »  : […] Né dans la marge des lectures sérieuses ou rêveuses d'une époque, mais tout contre elles, le roman « picaresque » ne recevra son nom qu'après coup : il sera forgé au xix e  siècle sur l'espagnol pícaro , « aventurier, coquin ». Au xviii e siècle, Fielding hésite encore sur l'étiquette et hasarde, pour faire reconnaître ce bâtard, une formule hybride : «  a comic epic in prose  ». Pourtant, le pic […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger LAUFER, « LESAGE ALAIN-RENÉ - (1668-1747) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-rene-lesage/