LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'auteur des Caractères s'inscrit dans cette lignée complexe de moralistes français qui, au xviie siècle, unis dans un même pessimisme, ont rivalisé de mépris pour l'inanité et le caractère hétéroclite du moi. Chrétiens fervents ou libertins, s'il leur est arrivé de célébrer parfois la grandeur de l'homme, ils ont préféré se pencher sur sa « misère » au point qu'à la fin du siècle Bossuet croira légitime de condamner cette fascination vertigineuse de notre néant : « Il ne faut pas permettre à l'homme de se mépriser tout entier... » À égale distance d'un Pascal qui « fait servir la métaphysique à la religion » ou d'un La Rochefoucauld qui « a voulu attaquer partout l'amour-propre », La Bruyère et son expérience de l'homme se situent dans une double perspective : l'homme est un fantoche et le jouet de pulsions diverses – sociales ou individuelles – le plus souvent irraisonnées ; mais, quand bien même elle ne se manifesterait pas toujours, une justice existe, qui est la mesure de notre dérèglement.

Pour la postérité, toutefois, parce que nul n'a comme lui dépeint l'allure grotesque et la vilenie de l'individu dans les divers états qui pouvaient être les siens sous le règne du Roi-Soleil – mais aussi sous tous les rois et dans toutes les républiques –, parce que son cœur solitaire s'émeut de pitié devant les victimes et les faibles, La Bruyère, aux côtés de Fénelon, a souvent fait figure de précurseur des grands philanthropes du xviiie siècle. Sur le plan esthétique également, on s'est plu à voir un « étrange discord » entre son temps – qui est celui du goût tout classique de la composition – et la présentation impressionniste, moderne (préfigurant Flaubert, Mérimée, les Goncourt) de ses réflexions.

En fait, La Bruyère a, dans son attitude comme dans ses procédés, la pénétration rageuse mais aussi la pathétique tendresse des Timon d'Athènes : plus qu'à la charnière d'une époque où la conscience européenne est tout entière en crise, il appartient au royaume de Misanthropie ; c'est là ce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne, responsable du centre international de francophonie de l'université de Paris-IV

Classification


Autres références

«  LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)  » est également traité dans :

CARACTÈRES, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 293 mots

Est-ce un « genre » que celui que ne représente qu'un seul ouvrage (car il faut laisser hors de cause les traités suivis, Caractères des passions , ou De l'amour , ou Des femmes par M me de Pringy, et aussi les versificateurs singes de La Bruyère, les Sellier, les Teissier...) ? À la rigueur, il y en a deux, si l'on adjoint au chef-d'œuvre de La Bruyère le mince volume de Théophraste. Mais ils d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracteres-genre-litteraire/#i_13466

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_13466

LES CARACTÈRES, Jean de La Bruyère - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 951 mots

Les Caractères et mœurs de ce siècle de Jean de La Bruyère (1645-1696) ont été publiés en 1688 dans un même volume, à la suite des Caractères moraux de Théophraste (auteur grec du iv e  siècle av. J.-C.), dont ils constituent une version moderne. Rapidement, on vit que le profil bas adopté par l'auteur cachait un ouvrage original, tout entier porté à décrire, satiriser, juger et mettre en débat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-caracteres/#i_13466

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_13466

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Questions de définition »  : […] À l'exception de Montaigne, dont il faudra reparler, cette famille des « moralistes français » écrit donc la langue classique et pratique dans tous les cas la forme brève : pensées, maximes, caractères, « réflexions ou remarques ». Mais, à ne retenir même que trois auteurs, qu'ont-ils réellement en commun – sinon la qualité exceptionnelle d'un style ? Pascal a voulu livrer une Apologie de la r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_13466

Pour citer l’article

Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO, « LA BRUYÈRE JEAN DE - (1645-1696) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-bruyere/