FRANÇON ALAIN (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à Saint-Étienne, sa ville natale, qu'Alain Françon s'initie au théâtre dans les années 1960. Élevé par ses grands-parents, tenanciers de bistrot dans un quartier minier, il suit d'abord des études d'histoire de l'art, avant de constituer un groupe de théâtre dépendant de la Comédie de Saint-Étienne. Jean Dasté en est alors le directeur. Il donne sa chance à Françon, faisant figurer ses mises en scène au programme du théâtre. La jeune troupe se tourne vers un répertoire contemporain, qualifié alors d'avant-gardiste, et qui comprend les auteurs du théâtre de l'absurde, Beckett, Ionesco, Pinget, ou Arrabal.

En 1971, Françon fonde le Théâtre Éclaté, installé à Annecy, avec les comédiens André Marcon, Evelyne Didi et Christiane Cohendy. La compagnie pratique un théâtre militant, d'intervention, fonctionnant sans metteur en scène, sur le mode de la création et de l'écriture collectives. L'actualité politique (un premier spectacle sur le procès de Burgos en 1972) ou sociale constitue son matériau, sans véritable souci de la forme. Rapidement, pourtant, la troupe aborde les textes et le théâtre d'auteurs (L'Exception et la règle de Brecht, 1972 ; Soldats de Carlos Reyes, 1973 ; La Journée d'une infirmière d'Armand Gatti, 1973 ; Le Jour de la dominante de René Escudié, 1974). Alain Françon en vient à assumer le rôle de metteur en scène.

La rencontre avec Michel Vinaver sera déterminante. Celui-ci écrit Les Travaux et les jours pour le Théâtre Éclaté en 1979. Suivront L'Ordinaire en 1983 et Les Voisins en 1986, pièce en forme de jeu choral, faussement « quotidienne », où la trame du dialogue seule contient toute la progression dramatique.

C'est vers l'écriture contemporaine que se dirige alors Françon en priorité : Enzo Cormann (Noises, 1984 ; Palais Mascotte, 1988), Marie Redonnet (Tir et Lir, 1988 ; Mobie Diq, 1989), Roger Planchon (La Remise, 1993). [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  FRANÇON ALAIN (1945- )  » est également traité dans :

LA CERISAIE (mise en scène A. Françon)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 104 mots

Le 17 mars 2009, Alain Françon a signé son dernier spectacle en tant que directeur du Théâtre national de la Colline, avant de céder la place à Stéphane Braunschweig, ancien directeur du Théâtre national de Strasbourg. En l'espace de dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cerisaie/#i_97696

FIN DE PARTIE (mise en scène d'A. Françon)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 754 mots

« C'est laid, c'est sale, c'est désolant, c'est malsain, c'est vide et misérable. » Ainsi se plaignait le célèbre critique Jean-Jacques Gautier dans les colonnes du Figaro, quelques jours après la première en France de Fin de partie. S'en prenant à Beckett, qui « a installé sur scène-nue quatre cadavres plus répugnants, plus abjects les uns que les autres », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fin-de-partie-mise-en-scene-d-a-francon/#i_97696

BOND EDWARD (1934- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 243 mots

Dans le chapitre « Construction et concentration »  : […] Edward Bond prolonge ce type de structure avec Café , montée par Alain Françon en 2000, au Théâtre national de la Colline, à Paris, qui prend comme point de départ le massacre de Babi Yar lors de la Seconde Guerre mondiale. Ces pièces à valeur de démonstration entreprennent de sonder les fondements de l'histoire du xx e  si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-bond/#i_97696

EDWARD II et RICHARD II (C. Marlowe et W. Shakespeare)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 656 mots

Deux drames historiques joués en 1996 nous ont fait revivre un grand pan de l'histoire de l'Angleterre au Moyen Âge, deux époques de guerres étrangères (menées contre l'Écosse, l'Irlande, la France) et, surtout, civiles : les féodaux s'y affrontent à des rois faibles et méprisés pour leur prodigalité et leur conduite licencieuse. Les auteurs, Marlowe (1564-1593) et Shakespeare (1558-1623), sont c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-ii-richard-ii/#i_97696

MERLIN SERGE (1932-2019)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 611 mots

Héritier d'Antonin Artaud, Serge Merlin fit partie de ces comédiens d'exception capable de conduire le spectateur jusqu'au bord de l'abîme. Son art se situait au-delà de toute norme, laissant le public dans un état d'émotion à l'intensité indicible. Né le 29 décembre 1932 à Sainte-Barbe-du-Tlélat (Algérie), Serge Merlin a été révélé tardivement au grand public dans les films de Jean-Pierre Jeunet  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-merlin/#i_97696

PIÈCES DE GUERRE, Edward Bond - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 129 mots

Dans le chapitre « Le « postmodernisme » de Bond »  : […] Le moment sans durée de l'explosion dévastatrice est donc oblitéré, absent du présent de l'action dramatique, mais resurgit éclaté en une infinité de récits subjectifs et traumatiques. Le « postmodernisme » dont se réclame le dramaturge désigne ici l'impossibilité de se référer désormais à un grand récit commun, garant du progrès humain et du sens de l'Histoire. Le recours aux dispositifs tragique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieces-de-guerre/#i_97696

ROUSSILLON JEAN-PAUL (1931-2009)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 029 mots

Metteur en scène et interprète de plus d'une centaine de pièces, Jean-Paul Roussillon, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, est décédé le 31 juillet 2009 à Auxerre, à l'âge de soixante-dix-huit ans, au terme d'une vie qui se confond avec le théâtre. Né à Paris, Jean-Paul Roussillon est le fils d'un chanteur de caf'conc' à Bordeaux devenu souffleur, puis directeur de scène à la Comédie-F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-roussillon/#i_97696

Pour citer l’article

David LESCOT, « FRANÇON ALAIN (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-francon/