FĀRĀBĪ AL- (872-950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prophète philosophe

Un tel homme est dit « celui qu'occupe l'intellect actif ». Par l'intermédiaire de ce dernier, il reçoit la révélation : il est philosophe grâce à l'influx qui se répand directement sur son intellect patient, et prophète grâce à celui qui se répand sur son imagination. Seul il peut guider les autres hommes vers le bonheur suprême et peut donc seul être légitimement chef de la Cité. Dans celle-ci, les hommes qui se rapprochent plus ou moins de son niveau, réceptifs à différents degrés d'inspiration selon leur échelon, seront en tête de la hiérarchie des « croyants », chacun de ceux-ci étant à la place qui convient. Cette cité est la « Cité vertueuse » (couronnement du système de Fārābī). À celle-ci il oppose les cités « païennes » (combinaison d'anté-islam et de platonisme), les cités « pécheresses » et les cités « d'erreur ». Les deux premiers types se divisent l'un et l'autre en cités (et nations) « des nécessités premières » (chez Platon, « cité de nature »), « de vilenie » (naḏāla : mercantiles), « de bassesse » (khissa : dépravées), « timarchiques » (karāmiyya), «  tyranniques » (taġallub), «  démocratiques » (jamā‘iyya). Leur description est inspirée, librement mais manifestement, de La République de Platon.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire des Universités

Classification


Autres références

«  FARABI AL- (872-950)  » est également traité dans :

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] La mort de Kindī coïncide, ou peu s'en faut, avec la naissance de celui qui inaugure vraiment la lignée classique des grands e̱alāsifa  : c'est Abū Naṣr Muḥammad b. Muḥammad b. Ṭaraẖān b. Ūsaluġ al-Fārābī, mort, selon l'avis le plus courant, en 339/950. On remarque avant tout chez lui un puissant intérêt pour la logique, à laquelle il a consacré un bon nombre d'ouvrages (commentaires et paraphras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_9757

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves MARQUET, « FĀRĀBĪ AL- - (872-950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-farabi/