FĀRĀBĪ AL- (872-950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création et les intelligences

Pour Fārābī, dix intellects ont émané les uns des autres à partir de Dieu : les neuf « causes secondes » et l'« intellect actif ». Chacune des causes secondes a produit l'intellect à elle subordonné (la neuvième cause seconde produisant l'intellect actif, ou dixième intellect), ainsi qu'une âme qui à son tour a produit un ciel, ou « sphère céleste » (un substrat auquel elle s'est incorporée). Des deux premières causes secondes sont de la sorte respectivement issus le « premier ciel » (la « sphère extérieure », motrice) et « le ciel des étoiles fixes » ; et des sept autres, les sphères des planètes. Les âmes des sphères vont réaliser dans le bas monde la création matérielle voulue par Dieu en y envoyant des facultés psychiques. Par leur faculté commune, elles ont donné naissance à la Matière première ; puis, par leurs mouvements particuliers, les facultés que chacune d'elles y envoie sans arrêt y accumulent leurs formes ; ces facultés ou « formes », souvent contradictoires, luttent pour s'imposer, mais s'harmonisent aussi en des équilibres plus ou moins stables ou instables face au monde extérieur. La création des êtres va ainsi se réaliser par une longue évolution, partant de la formation, puis de la combinaison des quatre éléments (avec leurs quatre natures contradictoires : chaud et froid, sec et humide) et passant par des formes de plus en plus complexes et contradictoires : d'abord les minéraux, puis les végétaux, puis les animaux, et enfin l'homme.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur honoraire des Universités

Classification


Autres références

«  FARABI AL- (872-950)  » est également traité dans :

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] La mort de Kindī coïncide, ou peu s'en faut, avec la naissance de celui qui inaugure vraiment la lignée classique des grands e̱alāsifa  : c'est Abū Naṣr Muḥammad b. Muḥammad b. Ṭaraẖān b. Ūsaluġ al-Fārābī, mort, selon l'avis le plus courant, en 339/950. On remarque avant tout chez lui un puissant intérêt pour la logique, à laquelle il a consacré un bon nombre d'ouvrages (commentaires et paraphras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_9757

Pour citer l’article

Yves MARQUET, « FĀRĀBĪ AL- - (872-950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-farabi/