AI WEIWEI (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le temps de la contestation

En 2005, Ai Weiwei est invité à rédiger un blog pour le portail Internet chinois Sina. Bien qu'il utilise dans un premier temps cet outil comme une vitrine de sa vie mondaine, il s'en sert bientôt comme une tribune pour exposer ses critiques souvent radicales du régime chinois. Conçu entièrement par Internet à l'occasion de la Documenta 12 de Kassel en Allemagne, le projet d'« installation vivante » Fairytale (2007) vise à faire venir mille un Chinois pour visiter la ville pendant le festival d'art contemporain. Près d'un an après le séisme survenu en 2008 dans le Sichuan – au cours duquel des milliers d'élèves ont péri sous les décombres d'écoles construites de manière trop expéditive –, Ai Weiwei critique sévèrement les autorités pour avoir caché le nombre des victimes, et demande à ses lecteurs, de plus en plus nombreux, de mener l'enquête. Née de cette initiative, l'installation Remembering (2009) réunit à Munich neuf mille sacs à dos colorés, disposés sur un mur pour constituer une phrase en chinois, citant les propos d'une mère dont l'enfant a péri au cours du séisme. Son blog est rapidement censuré et Ai Weiwei placé sous surveillance, mais il refuse de réduire ses activités. Il utilise dès lors Twitter pour se faire entendre en ligne et diffuse des photographies prises par le biais de son téléphone portable.

En 2010, Ai Weiwei présente une installation dans la Turbine Hall de la Tate Modern à Londres. Elle rassemble des millions de « graines de tournesol » en porcelaine, fabriquées et peintes à la main par des artisans chinois. Il encourage les visiteurs à marcher sur les graines, considérant ces sculptures fragiles comme une métaphore des masses chinoises piétinées par le pouvoir en place. Créée à l'occasion de la biennale de São Paulo en 2010, son installation Circle of Anim [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AI WEIWEI (1957- )  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Les magiciens de la terre »  : […] En 1989, au Musée national des beaux-arts de Pékin, l'exposition China/Avant-garde fédère toute cette effervescence. Dans la bonne humeur et le chahut, 185 artistes s'y trouvent réunis. On lance au sol de longs draps avec des slogans, on montre de la peinture traditionnelle et de la peinture abstraite. On accueille des installations et des performances. Au cours de l'une d'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_53071

Pour citer l’article

John M. CUNNINGHAM, « AI WEIWEI (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ai-weiwei/