AFRIQUE NOIRE (Culture et société)Religions

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'islam noir

Bien que l'islam soit une religion importée, il est nécessaire d'aborder ici son introduction, sa diffusion et ses modifications, dans la mesure où il a marqué de nombreuses civilisations qui en furent transformées, en même temps qu'elles l'adaptaient à leur propre nécessité. En outre, d'importants moments de l'histoire politique d'Afrique noire sont étroitement liés à l'islam, qui a servi d'idéologie de combat à de nombreux conquérants et réformateurs noirs. Actuellement, on estime à plus de trente millions le nombre des musulmans négro-africains, dont la majorité se trouve en Afrique soudanienne, cette portion du continent qui, de l'Atlantique au Nil, est limitée au nord par le désert et au sud par la forêt ; on rencontre aussi des groupements de moindre importance le long de la côte orientale et dans les grandes villes de l'Ouest.

Conquêtes marocaines dans l'Ouest africain (XIe-XVIe s.)

La pénétration s'est faite lentement dès la fin du viiie siècle, mais c'est surtout à partir du xie siècle que l'islam a commencé à jouer un rôle dans l'histoire des sociétés et des formations politiques africaines.

À l'ouest, les Almoravides, disciples berbères d'Ibn Yacin, partent à la conquête du premier grand empire noir connu, le Ghana, qu'ils détruisent, convertissant ses populations Sarakolé, Toucouleur et Soninké. Sur les ruines de cet empire se constitue l'empire du Mali qui couvre une partie de la vallée du haut Niger et dont un souverain, Kankan Musa, fait au xive siècle un pèlerinage fastueux à La Mecque. Attaqué de toutes parts et notamment par les Mossi et les Bambara que l'islam n'avait pas atteints, le Mali s'effondre peu à peu, laissant la place à l'empire des Songhaï qu'il avait soumis au xiiie siècle. Le véritable fondateur de l'empire songhaï est Sonni Ali (1464-1492), défenseur des formes africaines de religion et considéré comme un grand roi-magicien. Un de ses successeurs, l'Askia Mohammed, fait un grand pèlerinage à La Mecque dont il revient chargé par le calife d'Égypte de le représenter dans toute l'Afrique occidentale : de cette époque, le début du xvie siècle, date la renommée de la ville de Tombouctou. Cependant l'empire songhaï, après avoir étendu son influence jusqu'au nord du Dahomey, se heurte aux Mossi, tandis que les Bambara réduisaient encore les vestiges de l'empire du Mali. Les successeurs de l'Askia Mohammed en lutte les uns contre les autres affaiblissent un peu plus la puissance du Songhaï à l'assaut duquel le sultan de Marrakech, désireux de s'approprier les richesses de « l'empire de l'or », envoie une colonne de trois mille Marocains et Espagnols commandés par le pacha Djouder. Les Marocains, armés de mousquets, encore inconnus dans cette région, écrasent en 1591 l'armée songhaï à la bataille de Tondibi. À la faveur des désordres qui suivent cette conquête, les peuples « infidèles » se dégagent des tutelles des souverains musulmans, réduisant considérablement l'influence de l'islam.

La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.)

Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviiie siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et leur royaume du Macina échappe à la domination bambara. En pays hausa où l'islam avait pénétré depuis le xie siècle, mais surtout au xive siècle sous l'influence de pieux voyageurs venus du Mali, la pratique religieuse était limitée aux grandes villes, et les souverains eux-mêmes, bien que convertis pour la plupart, assumaient toujours les fonctions sacrées traditionnelles. Prenant prétexte de ces perversions de l'islam, et accusant les souverains hausa d'impiété, un lettré musulman, le Peul Usman dan Fodio, précepteur du fils du roi du Gobir (au sud de l'Aïr), organise le regroupement des vrais fidèles, et son conflit avec le souverain se transforme en guerre sainte, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., responsable de l'équipe de recherche numéro 225 (sociétés d'Afrique occidentale) du C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  AFRIQUE NOIRE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 906 mots

Les sociétés globales – ainsi appelées parce qu'en chacune d'elles l'individu trouve l'ensemble des réseaux de relations sociales dont il a besoin au cours de sa vie – furent nombreuses dans l'Afrique traditionnelle, celle qui prit fin avec la période coloniale en ses débuts, vers le dernier quart du xixe siècle. Un ethnologue, George P. Murdock, en é […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 270 mots
  •  • 1 média

Il ne semble pas exagéré de dire qu'il existe un « tiers monde » dans le champ d'étude des langues ethniques et que les langues de l'Afrique noire en font partie. On en a progressivement rendu compte depuis le xviie siècle ; mais, jusqu'à une date assez récente, cette documentation descriptive a souvent manqué de rigueur scientifique. À cela il y a de […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Les littératures traditionnelles africaines revêtent différentes formes, du récit appartenant au patrimoine identitaire d'un groupe ou d'une ethnie à la production d'œuvres entièrement nouvelles, inscrites dans les préoccupations les plus actuelles de cette ethnie ou de ce groupe […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 828 mots
  •  • 7 médias

Les arts africains, principalement la sculpture, sont connus en Europe depuis le xve siècle, mais n'ont acquis leur qualité d'expression artistique authentique qu'après 1906, quand les peintres cubistes les eurent fait « découvrir » comme un véritable art nègre. Mais l'art nègre du cubisme est-il vraiment […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Après avoir été longtemps tributaire d'une conception qui ne voyait en lui qu'un ensemble de formes privées de dimension historique, sans véritable référence au contexte qui le portait, l'art africain fait désormais l'objet d’une approche plus englobante, qui s'efforce de rendre aux œuvres leur place chronologique et de décrire au plus près leur environnement fonctionnel.Les arts des cours ancienn […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

La perception que l'Occident a pu avoir des arts africains a été fortement perturbée par ce que, dans les années 1920, on a appelé l'« art nègre ». Le choc esthétique et l'influence de ces formes sur les avant-gardes a un temps eu pour effet de faire passer au second plan la richesse des styles, ainsi que la complexité des liens entretenus avec l'univers social et religieux. Ce n'est que par l'étu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc PIAULT, « AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/