Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) Religions

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Sociétés initiatiques

La religion cependant n'est pas uniquement accomplissement des rituels ; elle est aussi représentation et connaissance active. Sans doute les prêtres sont-ils ceux qui sont censés atteindre au mieux cette connaissance, mais tout homme y participe à un certain degré. Il y a une progression de la pratique des rites les plus extérieurs, liée aux représentations populaires, à la connaissance profonde à laquelle certains seulement peuvent atteindre au terme d'une longue initiation qui peut s'étendre à la vie entière.

Classes d'âges

Masque bamana - crédits : ni Schneebeli,  Bridgeman Images

Masque bamana

Sans doute l'initiation est-elle d'abord un mode d' intégration à un groupe social et, la plupart du temps, elle coïncide avec les âges de la vie, notamment avec les passages de l'enfance à l'âge adulte. C'est un processus de socialisation des jeunes, qui peuvent, rassemblés en classes d'âges, passer un temps plus ou moins long, en dehors du village, à recevoir l'éducation que tout homme du groupe doit avoir. La circoncision des garçons, l'excision des filles marquent un changement de la personne même, et l'achèvement des rites de passage est le signe d'une véritable mort et résurrection que symbolisent les mutilations corporelles et les changements de nom. Ces premières initiations, où garçons et filles sont strictement séparés, ouvrent parfois l'accès à ce qu'on a appelé les sociétés secrètes, qui sont plutôt des confréries plus ou moins fermées, attachées généralement à un culte particulier et remplissant des fonctions précises pour le compte de la société. Chez les Bambara, le komo assure l'ordre et le maintien d'une certaine morale sociale et ses cérémonies groupent tous les circoncis du village sous la direction d'un forgeron, le komotigi, maître du sanctuaire et gardien du masque qui est le réceptacle des forces qui animent le groupe. Le komo règle la vie du village comme gardien des traditions et conservateur des mythes. Mais c'est surtout dans les régions de forêt que les sociétés secrètes sont nombreuses : leurs manifestations se font sous le couvert de masques et de vêtements véhiculant les forces de l'univers invisible. Les ancêtres et les esprits apparaissent ainsi et le vrombissement des rhombes est leur propre voix. En pays yoruba, ce sont les esprits des morts qui animent la société oro ; chez les Ibo, les membres du Mmo agissent sous l'impulsion des forces de la terre et des ancêtres ; au Gabon, l'initiation au bwiti doit permettre de dégager les neuf corps de chaque individu qui correspondent aux neuf sphères de l'univers. Certaines de ces associations regroupent tous les hommes de la société, à des stades différents d'initiation, d'autres sont plus sélectives.

Extension des sociétés secrètes

Un certain nombre d'associations ont perdu de leur caractère sacré et sont devenues des groupes de pression politique, économique ou sociale. Enfin ces groupements ne sont pas toujours restés spécifiques et dans de nombreux cas les associations secrètes sont passées d'un peuple à l'autre : c'est le cas notamment du poro en Guinée et en Sierra Leone, que l'on retrouve en particulier chez les Mendé, les Guerzé, les Toma.

Sans doute, avec les associations secrètes, déborde-t-on rapidement sur l'ensemble des organisations sociales et politiques, et ce n'est pas l'effet du hasard si des mouvements contemporains comme celui des Mau-Mau, en lutte contre la colonisation anglaise au Kenya, en ont repris les formes. Véhiculant de nouvelles idéologies et poursuivant d'autres buts, ils utilisent des formes classiques d'adhésion, d'apprentissage et de contrôle.

Une image de l'homme

Il faudrait également, avant d'aborder les formes religieuses empruntées à l'extérieur, mentionner au moins les relations étroites[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., responsable de l'équipe de recherche numéro 225 (sociétés d'Afrique occidentale) du C.N.R.S.

Classification

Pour citer cet article

Marc PIAULT. AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Masque bamana - crédits : ni Schneebeli,  Bridgeman Images

Masque bamana