PANAMÁ AFFAIRE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus grand scandale financier et politique de la IIIe République fut provoqué par la liquidation judiciaire de la Compagnie universelle du canal interocéanique en février 1889. Ferdinand de Lesseps, qui jouissait d'une popularité immense à la suite du percement du canal de Suez, était à la tête de l'entreprise de Panamá. Contre l'avis des techniciens, il prétendit pouvoir mener à bien les travaux considérables que le climat et le relief rendaient particulièrement aléatoires. Pour financer les travaux, Lesseps s'adressa aux petits épargnants. Conseillée par des aventuriers de la finance, une vaste campagne de presse largement subventionnée permit de recueillir et de dépenser des sommes considérables. Cachant au public les difficultés grandissantes de l'entreprise, la Compagnie engloutit, de 1880 à 1888, un milliard quatre cents millions de francs de l'époque. Renonçant au percement d'un canal à niveau, Ferdinand de Lesseps fit appel à Gustave Eiffel pour construire un canal à écluses. En 1885, il voulut lancer un emprunt sous forme d'obligations à lots pour lequel une loi était nécessaire. Celle-ci fut votée en 1888, malgré un rapport défavorable fourni en 1886 par l'ingénieur Rousseau. Baïhaut, Rouvier, Clemenceau et beaucoup d'autres furent accusés d'avoir profité de l'aventure, tandis qu'une campagne d'opinion menée par les partisans de Boulanger empoisonnait l'affaire. La Compagnie fut mise en liquidation : 85 000 souscripteurs, petits épargnants pour la plupart, étaient ruinés. Malgré les plaintes, le scandale n'éclata qu'en septembre 1892, lorsque Édouard Drumont fit paraître une série d'articles intitulés « Micros » dans la revue antisémite La Libre Parole, sous le titre « Les Dessous de Panamá ». Le financier Jacques de Reinach, mis en cause, tenta de contraindre le gouvernement à étouffer l'affaire en livrant à La Libre Parole une liste de personnalités politiques ayant profité des largesses de Lesseps, contre l'assurance que son nom ne serait pas mentionné. Mais il était trop tard. Le ministre de la Justice décida d'intenter des poursuites corre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  PANAMÁ AFFAIRE DE  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 225 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Deux décennies de convulsions »  : […] frauduleuses. La droite et la presse catholiques se déchaînent contre les juifs. Dix années plus tard, le scandale de Panamá, affaire de corruption politique impliquant parmi beaucoup d'autres quelques hommes d'affaires juifs, se solde à nouveau par la ruine de milliers de petits épargnants. Dès lors, l'antisémitisme se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisemitisme/#i_35693

EIFFEL GUSTAVE (1832-1923)

  • Écrit par 
  • Frédéric SEITZ
  •  • 1 598 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le constructeur métallique »  : […] En 1892 éclate le plus important scandale financier de la Troisième République : l'affaire de Panamá. Gustave Eiffel, qui y est impliqué en tant qu'entrepreneur – Ferdinand de Lesseps avait fait appel à lui, en 1887, pour construire un canal à écluses – se retrouve sur le banc des accusés. Le 9 février 1893, il est condamné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-eiffel/#i_35693

LESSEPS FERDINAND vicomte de (1805-1894)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 236 mots

Diplomate, Ferdinand de Lesseps occupa des postes successifs en Égypte, où il devint l'ami du prince héritier Sa‘īd. Ministre à Madrid, puis à Rome en 1849, au moment de l'intervention des troupes françaises, il y signa un accord qui dépassait ses pouvoirs et fut désavoué. Il quitta alors la diplomatie. Après l'accession au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-lesseps/#i_35693

PANAMÁ

  • Écrit par 
  • David GARIBAY, 
  • Lucile MÉDINA-NICOLAS, 
  • Alain VIEILLARD-BARON
  •  • 9 890 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les sociétés françaises du canal (1875-1903) »  : […] en marge de la campagne de calomnies qui va se déchaîner ; il s'éteint en décembre 1894. Le scandale a éclaté, en effet, en 1891 ; les dirigeants de la Compagnie sont traduits devant les tribunaux. S'ils sont finalement absous du chef de fraude, ils sont condamnés, ainsi que plusieurs hommes politiques, pour corruption ; on a trouvé des talons de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/panama/#i_35693

PANAMÁ CANAL DE

  • Écrit par 
  • Wayne D. BRAY, 
  • Burton L. GORDON, 
  • Norman J. PADELFORD, 
  • William E. WORTHINGTON Jr.
  • , Universalis
  •  • 2 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Construction et exploitation du canal »  : […] d'un canal à écluses mais, craignant d'investir à perte, les épargnants français se détournent du projet. Aucun des nouveaux emprunts lancés n'est couvert, et la compagnie est déclarée en faillite puis dissoute en février 1889, à la suite du plus grand scandale financier et politique de la IIIe République. Afin de continuer les travaux, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canal-de-panama/#i_35693

ROUVIER MAURICE (1842-1911)

  • Écrit par 
  • Pierre BARRAL
  •  • 342 mots

Né à Aix, Rouvier travaille pendant sa jeunesse dans la branche marseillaise de la banque grecque Zafiropoulos et y acquiert une excellente formation financière. Élu député en 1871, il appartient aussitôt à l'équipe qui entoure Gambetta au journal La République française ; il se prépare ainsi à devenir, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-rouvier/#i_35693

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 392 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La « question sociale », l'« apaisement » et l'alliance russe (1890-1898) »  : […] À l'approche des élections, en 1892, les boulangistes soulevèrent le scandale du Panamá. La compagnie créée par Ferdinand de Lesseps pour le percement de l'isthme faisait des appels excessifs à l'épargne. Comme elle avait besoin de neutraliser le contrôle des pouvoirs publics, son énorme budget de publicité devenait la proie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_35693

Pour citer l’article

Armel MARIN, « PANAMÁ AFFAIRE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-de-panama/