WILLAERT ADRIAN (1490 env.-1562)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Musicien flamand, à l'origine de la prestigieuse école vénitienne. Willaert a réuni en une heureuse synthèse les apports esthétiques néerlandais, français et italiens. À Paris, il fut l'élève de Jean Mouton ; il aurait, selon certains, fréquenté Josquin. Son titre de cantor regis Hungariae, attribué par son contemporain J. de Meyere (Res flandricae, 1531), signifie, semble-t-il, qu'il fit partie de la chapelle de Ferdinand Ier qui fut gouverneur des Pays-Bas avant son élection comme roi de Hongrie (1526). De 1525 à 1527, Willaert est chantre à la chapelle d'Hippolyte II d'Este à Milan ; c'est à la fin de 1527 qu'il succède à Petrus de Fossis (Pietro da Fossa), Flamand comme lui, à Saint-Marc de Venise où il sera maître de chapelle pendant plus de trente ans, jusqu'à sa mort. Avec lui Venise commence à devenir l'un des centres les plus renommés de la musique européenne. Dans ses œuvres, la structure essentielle de la polyphonie néerlandaise est respectée, mais les couleurs de l'harmonie s'enrichissent. Reprenant une manière déjà pratiquée dans l'Italie du Nord, Willaert écrit souvent à deux chœurs (cori spezzati, chœurs rompus), utilisant en cela les deux tribunes de Saint-Marc, dotées de deux orgues. Les chœurs tantôt dialoguent, tantôt chantent en tutti (Salmi spezzati, 1550). Ses motets (plus de trois cent cinquante, de quatre à sept voix) sont au centre esthétique de sa production religieuse. Plusieurs techniques y sont employées (cantus firmus et écriture en canon, imitation libre, déclamation juste et claire sans ornement mélismatique et aux phrases courtes) et dénotent l'influence française. Les neuf messes de Willaert sont du type messe-parodie. Dans ses compositions vocales profanes, on retrouve la prosodie typique de l'esthétique française (plus de soixante-cinq chansons françaises) ainsi que la mélodie et la carrure rythmique des chants populaires italiens (quatorze Canzone villanesche alla napolitana, 1545). Toutefois, le sommet de sa musique profane rési [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  WILLAERT ADRIAN (1490 env.-1562)  » est également traité dans :

GABRIELI ANDREA (1533 env.-1586) & GIOVANNI (1555 env.-1612)

  • Écrit par 
  • France-Yvonne BRIL
  •  • 2 396 mots

Dans le chapitre « Un maître flamand »  : […] Adrian Willaert (1490 env.-1562), quittant la Flandre, son pays d'origine, séjourna à Paris où il fut l'élève de Jean Mouton, disciple de Josquin Des Prés, à Bologne, Rome, Ferrare, Milan, avant de s'installer à Venise où il occupa durant trente ans le poste de maître de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabrieli-andrea-et-giovanni/#i_10130

RORE CYPRIEN DE (1516-1565)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 375 mots

Ce musicien flamand, né à Anvers ou à Malines et venu très tôt se fixer à Venise, est l'un des madrigalistes les plus fameux de sa génération (surnommé « Cypriano il Divino »). Alors que le genre madrigal n'était apparu que depuis vingt ans à peine, Rore, sous l'influence de Nicola Vicentiho le porta à un sommet que peu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyprien-de-rore/#i_10130

SACRAE SYMPHONIAE (G. Gabrieli)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 241 mots

à la nouvelle esthétique baroque de la musique concertante avec voix solistes, instruments obligés et basse continue. Gabrieli recourt à la polychoralité des cori spezzati (chœurs brisés, c'est-à-dire séparés), mis à l'honneur par Adrian Willaert (Salmi spezzati, à un ou deux chœurs, de 1550), le prestigieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrae-symphoniae/#i_10130

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « WILLAERT ADRIAN (1490 env.-1562) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrian-willaert/