SACRAE SYMPHONIAE (G. Gabrieli)

La publication, en 1597, des Sacrae Symphoniae de Giovanni Gabrieli constitue une étape capitale dans l'histoire de la musique. Ce recueil de 62 pièces pour chœurs et ensembles instrumentaux marque en effet un profond bouleversement : le passage du monde ancien de la polyphonie a cappella rigoureuse à la nouvelle esthétique baroque de la musique concertante avec voix solistes, instruments obligés et basse continue. Gabrieli recourt à la polychoralité des cori spezzati (chœurs brisés, c'est-à-dire séparés), mis à l'honneur par Adrian Willaert (Salmi spezzati, à un ou deux chœurs, de 1550), le prestigieux maître de chapelle de la basilique Saint-Marc, et devenus spécifiques de la musique vénitienne ; mais, avant tout respectueux du texte, le discours musical se fait plus simple et plus expressif. L'accompagnement instrumental – qui ne comprend pas de partie d'orgue – est également novateur puisqu'il acquiert un caractère orchestral, « symphonique » avant la lettre : aux instruments dolci (violes, violons et flûtes) viennent s'ajouter des instruments à la sonorité éclatante, comme les cornets et les trombones. Enfin, c'est dans ce recueil que l'on trouve, probablement pour la première fois dans l'histoire de la musique occidentale, des indications précises d'effectifs instrumentaux et de dynamique.

—  Juliette GARRIGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « SACRAE SYMPHONIAE (G. Gabrieli) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacrae-symphoniae/