SÉLINONTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sélinonte, Sicile

Sélinonte, Sicile
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Temple C, Sélinonte

Temple C, Sélinonte
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


L'un des hauts lieux de l'implantation grecque en Sicile, l'acropole de Sélinonte fut fondée vers le milieu ou dans la seconde moitié du ~ viie siècle par les gens de Mégara Hyblaea, trop à l'étroit dans leur plaine côtière et trop enserrés par Syracuse et Léontinoi pour pouvoir se dégager. Le site domine la mer par un plateau allongé du nord au sud entre deux dépressions qu'emprunte le cours des deux fleuves, Cotone et Sélinos. La ville s'étendait vers le nord, et, à l'est, une autre colline fut couronnée au cours du ~ vie siècle par trois temples dont les ruines attestent l'ampleur des proportions et la qualité du style.

Sélinonte, Sicile

Sélinonte, Sicile

photographie

Vue aérienne des temples de Sélinonte. VIe-Ve siècle avant J.-C. Sicile. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Sélinonte, la dernière des grandes cités grecques, dressée en face du monde punique, connut très vite une magnifique prospérité et prit un développement dont l'architecture et les sculptures attestent la qualité et l'originalité. Dès le début du ~ vie siècle, un plan de rues et de constructions fut imposé à l'acropole et sans doute aussi aux deux autres régions du site, plan caractérisé par l'ampleur des proportions, le goût du monumental et l'abondance des ressources. Les temples C, vers ~ 540, et D succèdent à des édifices plus anciens dont le décor sculpté, fait de métopes (exposées au musée archéologique de Palerme), permet d'évoquer la personnalité des dieux et les thèmes légendaires qui ont inspiré ces œuvres. Citons encore le temple d'Apollon (G), commencé vers ~ 520 et dont on ignore s'il fut achevé, aux proportions considérables (110,12 m × 50,07 m), et le temple d'Héra (E) consacré peu avant le milieu du ~ ve siècle.

Temple C, Sélinonte

Temple C, Sélinonte

photographie

Le temple C. Vers 540 avant J.-C. Sélinonte, Sicile. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

La position comme la richesse de Sélinonte l'exposaient aux convoitises et aux attaques des Carthaginois. Elle subit les coups les plus violents à la fin du ~ ve siècle, fut pratiquement rasée en ~ 409-~ 408 et définitivement soumise dix ans plus tard. C'est alors qu'une véritable ville punique succède à la cité grecque et s'implante dans le cadre qui avait été précédemment dessiné (des sanctuaires puniques à salles voûtées juxtaposées ont été identifiés ainsi qu'un habitat de type carthaginois : une petite cour rarement entourée d'un péristyle, recouvrant une citerne). Son déclin est marqué par la conquête romaine qui néglige ce site et le laisse à un grandiose abandon d'où il ne sortit qu'avec l'exploration archéologique.

—  Roland MARTIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SÉLINONTE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_38388

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 722 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Sélinonte »  : […] Le site urbain de Sélinonte s'étend sur plus de deux cents hectares ; il enferme deux plateaux reliés par un pédoncule : au sud, l'acropole ; au nord, le plateau de Manuzza. Ils s'allongent entre les vallées des deux fleuves : à l'ouest le Sélinus, à l'est le Cotone ; c'est à l'embouchure du premier que fut aménagé le port principal. À l'est, s'étendait une zone sacrée au-delà du Cotone, sur la co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-urbanisme-et-architecture/#i_38388

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'urbanisme »  : […] Cette colonisation grecque a conditionné pour des siècles l'histoire de la Sicile. Les cités qui s'édifièrent alors se dotèrent d'un urbanisme véritable et rationnel. C'est là que les Grecs expérimentèrent l'organisation de l'espace urbain, et ces expériences furent codifiées deux siècles plus tard par Hippodamos de Milet. Depuis un demi-siècle, les études sur l'urbanisme colonial sont au centre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sicile/#i_38388

Pour citer l’article

Roland MARTIN, « SÉLINONTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/selinonte/