PHYTIQUE ACIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Extrait par Palladin, en 1891, de diverses graines et étudié par Winterstein qui, en 1897, montra qu'il s'agit d'un sel double de calcium et de magnésium dont l'hydrolyse libère un polyol cyclique, le méso-inositol, l'acide phytique est donc l'ester hexa-orthophosphorique du méso-inositol.

L'acide phytique est le constituant phosphoré le plus abondant des végétaux ; il est localisé exclusivement dans les graines (il représente parfois de 80 à 90 p. 100 du phosphore organique) et dans certains tubercules. Il existe dans les plantes appartenant aux familles les plus diverses ; en revanche, il est extrêmement rare dans le règne animal, à l'exception des érythrocytes du sang des oiseaux. Dans les céréales, les cellules à aleurone et le scutellum en renferment davantage que la partie centrale de la graine. Il en résulte que l'élévation du taux de blutage fait passer dans la farine une proportion plus grande d'acide phytique. Celui-ci possède quatre fonctions acides très faibles (pK 9,7 env.), deux fonctions acides faibles (pK 6,3 env.) et six fonctions acides fortes (pK 1,84 env.), qui lui confèrent la possibilité de donner des sels, simples ou mixtes. Les sels alcalins sont solubles, les autres sels métalliques sont peu solubles. En outre, du fait de l'accumulation des radicaux phosphorés dans sa molécule, il manifeste une grande aptitude à former des complexes, en particulier en présence de l'ion calcium. En milieu acide, il précipite les protéines en se combinant aux groupements basiques ; cette propriété est à la base d'une méthode de dosage des protéines. Dans toutes les graines, l'acide phytique coexiste naturellement avec des protéines.

L'acide phytique constitue chez les végétaux une substance de réserve de phosphate, d'éléments métalliques (insolubilisés ou complexés, qui ne retrouvent leur mobilité qu'après hydrolyse) et d'inositol. Le rapport entre le nombre d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur au Conservatoire national des arts et métiers

Classification


Autres références

«  PHYTIQUE ACIDE  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Les nuisances de constitution »  : […] Certains produits naturellement toxiques sont bien connus, et leur introduction dans l'alimentation ne peut être qu'accidentelle : c'est le cas, bien classique, des champignons vénéneux. Un autre exemple, sans doute plus intéressant parce que moins connu, est celui des poissons toxiphores. Ceux-ci se divisent en trois groupes selon l'organe dont la consommation peut être dangereuse : chair muscu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-risques-alimentaires/#i_19932

Pour citer l’article

Armand TIBI, « PHYTIQUE ACIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acide-phytique/