Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ACARIENS

Fonctions de relation

Communication chimique

Chez les acariens, la première paire de pattes est fréquemment utilisée pour palper l'environnement à la manière des antennes des insectes. Cependant, chez Eatoniana plumipes, c'est la dernière paire de pattes qui joue ce rôle. Les poils sensoriels impliqués, nommés sensilles, perçoivent des odeurs (substances volatiles) ou des goûts. Ces émanations peuvent provenir de leurs hôtes (kairomones), permettant alors aux acariens parasites de les localiser, ou bien des individus de leur propre espèce (phéromones), jouant alors un rôle important dans le comportement social et reproducteur. Varroa jacobsoni reconnaît ainsi son hôte grâce à des alcanes contenus dans la cuticule de l'abeille. Les acariens parasites de la volaille (Dermayssus gallinae) sont d'abord attirés par l'odeur des vieilles plumes restées quelques jours à terre et non par celle des plumes fraîches. Ils se regroupent ensuite en percevant les produits volatils émanant de leur propre espèce, puis finissent par parasiter les volailles.

Les travaux d'électrophysiologie effectués sur des sensilles de différentes espèces ont permis de montrer qu'elles détectaient de faibles concentrations d'alcools, d'acides carboxyliques et d'aldéhydes à chaînes courtes en vapeur dans l'air. La composition exacte des phéromones sexuelles des Ixodidae demeure controversée. Le 2,6-dichlorophénol a été décrit comme étant la phéromone sexuelle de plusieurs espèces. Toutefois, cette molécule se trouve aussi bien chez des individus immatures que chez des mâles ou des femelles. Chez Dermacentor et Rhipicephalus appendiculatus, des esters de cholestérol et d'acides gras contenus dans la cuticule des femelles sont impliqués dans le comportement reproducteur des mâles en combinaison avec le 2,6-dichlorophénol. D'autres signaux incitant les mâles à s'accoupler sont localisés dans les voies génitales des femelles de Dermacentor. En effet, si la partie antérieure des voies génitales est amputée, l'accouplement n'a pas lieu. En revanche, il devient possible si on applique sur le gonopore des extraits obtenus à partir des conduits génitaux amputés. Les molécules responsables pourraient être des acides gras saturés à longue chaîne (acides gras myristique, palmitique et stéarique), mais aussi des stéroïdes. En effet, de la 20-hydroxyecdysone déposée sur le gonopore induit le comportement d'accouplement et provoque une réponse électrophysiologique au niveau de récepteurs gustatifs situés sur les chélicères des mâles. Toutefois, la composition chimique exacte du mélange aphrodisiaque n'a pas encore été clairement établie.

La guanine, la xanthine et l'hypoxanthine contenues dans les excréments jouent le rôle de phéromone d'agrégation. Le liquide coxal, produit par les femelles Argasidae lors du repas sanguin, joue un rôle aphrodisiaque et stimule le comportement reproducteur du mâle.

Des sensilles associées à la fonction de nutrition se trouvent sur le gnathosome. Il existe également sur le tarse de la première paire de pattes des tiques deux fentes sensorielles formant l'organe de Haller.

Sensibilité à l'humidité

Les petits animaux doivent lutter en permanence contre la dessiccation et leur survie dépend d'une réponse adaptée aux variations d'humidité. A. D. Lees avait noté, dès 1948, que les tiques fuyaient une humidité trop forte et avaient la faculté de sélectionner un environnement adapté à leur état d'hydratation. On suspecte que des hygro-récepteurs soient présents au niveau de la partie antérieure de l'organe de Haller.

Perception de la lumière

Certains acariens possèdent, selon les groupes, un ou plusieurs yeux, jusqu'à cinq chez quelques acariens aquatiques. Chez les tiques, bien qu'il n'existe pas de véritables yeux,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de biologie animale cellulaire et moléculaire à l'université de Bourgogne
  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer cet article

Jean-Louis CONNAT et Gabriel GACHELIN. ACARIENS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Acariens - crédits : power and syred/ Science Photo Library / Getty Images Plus

Acariens

Tique américaine du chien - crédits : Smith Collection/ Gado/ Getty Images

Tique américaine du chien

Autres références

  • ARACHNIDES

    • Écrit par Christine ROLLARD
    • 3 671 mots
    • 12 médias
    Lesacariens sont les seuls arachnides chez lesquels les chélicères et les pédipalpes se trouvent localisés sur une région séparée du corps, une sorte de rostre appelé gnathosome. Ils sont parmi les plus importants en nombre de tous les microarthropodes du sol, où ils jouent un rôle non négligeable dans...
  • ASTHME

    • Écrit par Philippe GODARD, François-Bernard MICHEL
    • 5 857 mots
    • 2 médias
    – Les acariens pyroglyphides (Dermatophagoïdes pteronyssimus et farinae, Euroglyphus manei) constituent l'allergène majeur de la poussière de maison. Ils se nourrissent de squames humains particulièrement abondants dans les matelas, les oreillers et les moquettes. Une concentration en débris d'...
  • CHÉLICÉRATES

    • Écrit par Roland LEGENDRE, Max VACHON
    • 2 480 mots
    • 6 médias
    ...ce tagmosisme. Chez les Mérostomes, les Scorpions, les Araignées, six segments restent extérieurement soudés en un tagme ou prosoma ; chez les Solifuges, quatre segments seulement forment le tagme appelé propeltidium, alors que chez les Acariens, deux segments constituent le tagme nommé gnathosome.
  • GALE

    • Écrit par Pierre de GRACIANSKY
    • 640 mots

    Parasitose humaine, la gale est due à un acarien : Sarcoptes scabiei. La femelle creuse un sillon dans la couche cornée de l'épiderme de la peau de son hôte. Elle y est fécondée puis pond ses œufs dans une logette située à l'extrémité de ce sillon. Après un stade larvaire, l'animal parvient...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi