ACARIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Acariens

Acariens
Crédits : power and syred/ Science Photo Library / Getty Images Plus

photographie

Acariens : morphologie

Acariens : morphologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Acariens : classification

Acariens : classification
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tique américaine du chien

Tique américaine du chien
Crédits : D. A. Murawski/ National Geographic/ Getty

photographie


Fonctions de relation

Communication chimique

Chez les acariens, la première paire de pattes est fréquemment utilisée pour palper l'environnement à la manière des antennes des insectes. Cependant, chez Eatoniana plumipes, c'est la dernière paire de pattes qui joue ce rôle. Les poils sensoriels impliqués, nommés sensilles, perçoivent des odeurs (substances volatiles) ou des goûts. Ces émanations peuvent provenir de leurs hôtes (kairomones), permettant alors aux acariens parasites de les localiser, ou bien des individus de leur propre espèce (phéromones), jouant alors un rôle important dans le comportement social et reproducteur. Varroa jacobsoni reconnaît ainsi son hôte grâce à des alcanes contenus dans la cuticule de l'abeille. Les acariens parasites de la volaille (Dermayssus gallinae) sont d'abord attirés par l'odeur des vieilles plumes restées quelques jours à terre et non par celle des plumes fraîches. Ils se regroupent ensuite en percevant les produits volatils émanant de leur propre espèce, puis finissent par parasiter les volailles.

Les travaux d'électrophysiologie effectués sur des sensilles de différentes espèces ont permis de montrer qu'elles détectaient de faibles concentrations d'alcools, d'acides carboxyliques et d'aldéhydes à chaînes courtes en vapeur dans l'air. La composition exacte des phéromones sexuelles des Ixodidae demeure controversée. Le 2,6-dichlorophénol a été décrit comme étant la phéromone sexuelle de plusieurs espèces. Toutefois, cette molécule se trouve aussi bien chez des individus immatures que chez des mâles ou des femelles. Chez Dermacentor et Rhipicephalus appendiculatus, des esters de cholestérol et d'acides gras contenus dans la cuticule des femelles sont impliqués dans le comportement reproducteur des mâles en combinaison avec le 2,6-dichlorophénol. D'autres signaux incitant les mâles à s'accoupler sont localisés dans les voies génitales des femelles de Dermacentor. En effet, si la partie antérieure des voies [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur de biologie animale cellulaire et moléculaire à l'université de Bourgogne
  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  ACARIENS  » est également traité dans :

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 667 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les divers groupes d’arachnides »  : […] Au sein des arachnides, on distingue 11 groupes différents (fig. 1 et 2). Les a cariens sont les seuls arachnides chez lesquels les chélicères et les pédipalpes se trouvent localisés sur une région séparée du corps, une sorte de rostre appelé gnathosome. Ils sont parmi les plus importants en nombre de tous les microarthropodes du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arachnides/#i_6869

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'asthme allergique »  : […] L' asthme pollinique est une des formes cliniques typiques de l'asthme où les symptômes, répondant aux critères classiques du diagnostic, surviennent toujours au même moment, indiqué par les calendriers polliniques pour une même région (au printemps pour les graminées, de décembre à février pour les cyprès, en avril pour les oléacées), au même endroit ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme/#i_6869

CHÉLICÉRATES

  • Écrit par 
  • Roland LEGENDRE, 
  • Max VACHON
  •  • 2 476 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'évolution des Chélicérates »  : […] L'ensemble des Chélicérates présente certains phénomènes évolutifs dont on peut suivre le déroulement chez pratiquement tous les représentants du taxon. Un des plus importants phénomènes est celui qui a entraîné la courbure de l'axe longitudinal du corps. Cet axe, rectiligne chez l'ancêtre présumé des Chélicérates, s'est peu à peu recourbé dans la région antérieure du corps ramenant vers le haut, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chelicerates/#i_6869

GALE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 638 mots

Parasitose humaine, la gale est due à un acarien : Sarcoptes scabiei . La femelle creuse un sillon dans la couche cornée de l'épiderme de la peau de son hôte. Elle y est fécondée puis pond ses œufs dans une logette située à l'extrémité de ce sillon. Après un stade larvaire, l'animal parvient à l'âge adulte. La contamination, habituellement directe, a lieu, la plupart du temps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gale/#i_6869

LUTTE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Guy RIBA, 
  • René SFORZA, 
  • Christine SILVY
  •  • 7 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les différentes catégories de biopesticides »  : […] On distingue généralement deux types de biopesticides : ceux qui sont à base d'organismes vivants et ceux qui sont à base de substances biologiques naturelles. La première catégorie inclut des organismes procaryotes ou eucaryotes. Une grande diversité d'organismes biologiques sont ainsi utilisés dans des formulations parmi lesquels : – des bactéries pathogènes d'insectes (dites entomopathogènes) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lutte-biologique/#i_6869

RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES

  • Écrit par 
  • Marcel CAPPONI, 
  • Monique THIBON
  •  • 2 024 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fièvres éruptives transmises par les tiques »  : […] Ce groupe comprend : la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, dont l'agent vecteur est la tique des bois, Dermacentor andersoni , et le germe R. rickettsi  ; la fièvre boutonneuse méditerranéenne, dont le germe, R. conori , est véhiculé principalement par la tique du chien, Rhipicephalus sanguineus  ; la fiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rickettsies-et-rickettsioses/#i_6869

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 453 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Galles d'Acariens ou acarocécidies »  : […] Les Acariens sont de très petits arachnides dont certaines espèces provoquent une grande diversité de galles sur les végétaux. Il peut s'agir soit de galles très rudimentaires, dues à l'hypertrophie de cellules épidermiques formant des poils (érinoses) ou à des excroissances parenchymateuses, soit de galles par enroulement marginal des feuilles ( Eriophyes dispar sur le trem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tumeurs-et-galles-vegetales/#i_6869

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis CONNAT, Gabriel GACHELIN, « ACARIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acariens/