JANSSENS ABRAHAM (1575/76-1632)

Au début du xviie siècle, Abraham Janssens est un des plus intéressants peintres d'histoire du milieu anversois, ne serait-ce que par sa complexité stylistique qui le place en marge de Rubens. Il est, un moment, son seul vrai rival, comme le rapporte Sandrart, à la jonction du vieux romanisme flamand, du maniérisme tardif et du récent caravagisme plus difficilement accueilli dans les Flandres que dans les Pays-Bas du Nord. Après une première formation, vers 1584-1585, chez Jan Snellinck, peintre d'histoire italianisant dans le goût de Maerten de Vos, on trouve Janssens à Rome dès 1598 (donc bien avant Rubens) où il réside jusqu'en 1601, date de son admission dans la gilde d'Anvers comme franc-maître (en 1601, Janssens a encore peint un tableau en Italie, Diane et Callisto, conservé au musée des Beaux-Arts de Budapest, tout maniériste de conception). Marié en 1602, doyen de la gilde en 1606, il déploie une grande activité à Anvers, vite reconnue puisque son tableau le plus officiel et l'un de ses chefs-d'œuvre, l'Union de l'Escaut et d'Anvers (musée d'Anvers), date de 1610 et avait été exécuté pour la cheminée de la salle des États à l'hôtel de ville d'Anvers.

Spécialisé dans la peinture d'histoire (sujets religieux, allégories et nudités mythologiques), Janssens pratique un style curieux, à la fois dur et froid, d'un éclairage violent et aux formes intensément sculpturales, style d'une indéniable éloquence qui crée une manière parfaitement reconnaissable. On la qualifie souvent, mais non sans abus, de caravagesque : brutalité des éclairages, plasticité des formes ne sauraient pourtant constituer des arguments esthétiquement suffisants. En fait, bien plus qu'à Caravage, c'est à son rival maniérisant, le Cavalier d'Arpin, que le premier Janssens peut faire songer, ne serait-ce que par ses tons aigres, d'une coloration recherchée typiquement maniériste et par sa découpe de formes dures et contorsionnées (par exemple, la Résurrection de Lazare de Janssens, à Munich, signée et datée de 1607). Janssens est également tributaire des outra [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  JANSSENS ABRAHAM (1575/76-1632)  » est également traité dans :

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 801 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le caravagisme »  : […] à Rome ou, avant même leur départ, celles des artistes qui en reviennent. L'Anversois Janssens séjourne en Italie (vers 1598-1600) avant d'y envoyer ses élèves Gérard Seghers entre 1611 et 1620, Régnier vers 1615, Rombouts en 1617. Celui-ci assimile le caravagisme à travers Manfredi et Valentin, tandis que Seghers tente de l'associer au grand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caravage/#i_18129

JORDAENS JACOB (1593-1678)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 3 009 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premières influences »  : […] Plus encore que sous le signe de Rubens, elles sont placées sous celui d'Abraham Janssens, dont l'art robuste n'a pu que convenir à la vigoureuse personnalité de Jordaens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-jordaens/#i_18129

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 173 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] milieu-là qu'appartiennent Adam van Noort et Otto van Veen, les maîtres de Rubens. Comme eux, Abraham Janssens aspire au classicisme ; dans ses œuvres imposantes, son clair-obscur paraît être influencé par Caravage, dix ans environ avant que cette influence se fasse sentir à Utrecht et à Gand. Les nouvelles tendances s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_18129

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « JANSSENS ABRAHAM (1575/76-1632) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-janssens/